Vers l'aperçu

Enfin son logement en propriété

30.06.2016 |
  • Économie

D'où est venu le désir d'accéder à la propriété, de posséder son PROPRE logement? Est-ce la recherche de sécurité ou le sentiment de vouloir appartenir à une région? «Oui certainement» répond la famille Moser de Würenlos (AG) «mais pas uniquement». Pour la jeune famille, l'acquisition d'une maison et son aménagement a été la réalisation d'un rêve qu'elle avait en tête depuis longtemps et répondait à ses ambitions les plus grandes. Ils nous racontent ce qui a été le déclic.

Depuis quelques mois, nous vivons dans une maison qui nous appartient. Même si nous n’avons pas rêvé toute notre vie d’accéder à la propriété, l’emménagement dans une maison qui nous appartient a quand même été pour nous la réalisation d’un rêve de vie, d’un idéal romantique. Pour nous, le désir de devenir propriétaire est né au fil du temps et s’est amplifié lorsque nous avons fondé une famille. Lorsqu’on a des enfants, les propres exigences en matière de logement changent. Nous voulions offrir à nos enfants un environnement qui ressemble à celui dans lequel nous avons eu la chance de grandir. «Les portes grandes ouvertes sur le jardin!» – Tel est le luxe que nous pouvons offrir à nos enfants. Nous vivons aujourd’hui exactement comme nous l’avons espéré. Ici, en famille, nous nous sentons bien et chez nous.

Lorsqu’on a des enfants, les propres exigences en matière de logement changent.

Notre maison est une propriété de famille depuis toujours, elle appartenait à une communauté d’héritiers à laquelle nous avons pu la racheter. Avant son aménagement et son agrandissement, c’était une de ces petites maisons individuelles des années 50. Elle se composait de quelques petites pièces et d’une cuisine simple, fermée et étroite mais disposait d’un très grand Terrain.

 

Confrontation à la réalité

Dans la partie d’origine de la maison, nous avons beaucoup assaini, rénové et transformé de nous-mêmes. Pour l’agrandissement, nous avons fait faire les plans par un architecte et la réalisation par des artisans.

Au début, nous avions uniquement l’intention de rénover très légèrement la partie ancienne existante de la maison. A peine avions-nous débuté les travaux de rénovation que nous avons vite compris que des sols tout neufs et de la peinture sur les murs ne seraient pas suffisants. La maison était dans un état général normal par rapport à son âge mais bien pire que ce à quoi nous nous attendions ou que ce que nous espérions. Il fallait assainir en profondeur: nous avons donc demandé notamment des devis et plans de réalisation pour une isolation thermique et un pare-vapeur. Tout ceci a eu un coût très important et a quelque peu «ébranlés» nous-mêmes et le budget que nous nous avions prévu. Au début, nous avions tablé sur des coûts nettement inférieurs. Mais à chaque construction ou rénovation, il en est ainsi, je crois.

 

Se fixer des objectifs réalistes

Peu à peu, nous avons réussi à mettre sur pied un plan de dépenses réaliste. Celui-ci prévoyait que nous réaliserions nous-mêmes une grande partie des travaux d’assainissement dans la partie ancienne de la maison. En effet, nous avons pris la bonne décision – même si elle impliquait beaucoup de travail. Beaucoup de travail à domicile avec une réalisation coûteuse par une main-d’œuvre externe, telle a été l’une des premières décisions concernant notre orientation en matière de plan de financement personnel. Heureusement, nous avons apporté suffisamment de savoir-faire, d’aptitudes et de temps pour que la mise en œuvre fonctionne sous cette forme.

Pour la nouvelle partie qui devrait nous permettre de disposer de plus d’espace et de lumière, nous avons fait faire les plans et la réalisation par un architecte – Nous ne nous sommes pas aventurés à mener ce projet par nous-mêmes.

Pour bien faire les choses, il faut du temps

Le facteur temps a été important pour le bon déroulement de notre projet.

Nous n’étions pas pressés.

Quasiment cinq ans se sont écoulées, de la décision d’achat à l’emménagement en passant par les travaux d’aménagement et d’agrandissement.

Heureusement, nous n’avions qu’une petite hypothèque d’environ CHF 500.00 à payer par mois. Une condition idéale pour être en mesure de financer notre désir d’accéder à la propriété. Nous avons réussi à prendre en charge cette hypothèque d’un faible montantpendant la longue phase de réalisation des plans et d’aménagement – sans nous imposer de restrictions au quotidien. Sans cette aubaine, il aurait fallu que nous avancions plus vite dans les travaux. Nous aurions été stressés car nous n’aurions pas réussi à réaliser autant de travaux par nous-mêmes – Et nos dépenses auraient explosé.

C’est pourquoi ça a duré si longtemps?

D’abord, il y a eu le fait de se rendre à l’évidence que les dépenses allaient être supérieures à celles auxquelles nous nous attendions. Ensuite, il y a eu notre difficulté à trouver un architecte partenaire qui nous convienne. Au début, nous nous sommes laissés séduire par un projet de réalisation que nous n’étions en fait absolument pas en mesure de financer. En toute connaissance de notre limite de financement, le premier architecte nous a proposé un budget qui était environ 100% supérieur au nôtre. Nous avons alors dépensé beaucoup de temps et d’énergie à changer nos rêves mais aussi à nous séparer de notre architecte. Mais a posteriori, ces accidents de parcours ont été une expérience très précieuse pour nous et nous ont permis de modifier les rêves et conceptions que nous avions pour mieux les faire coïncider avec la réalité et avec notre budget. Concrètement, nous voulions beaucoup agrandir la maison pour disposer de grandes superficies, voici par exemple une idée que nous avons dû abandonner. Nous avons aussi dû tirer un trait sur une formidable «solution de stationnement».

En résumé, cette phase longue mais précieuse nous a permis de nous confronter à la réalité.

 

Qui cherche trouve

Nous nous sommes remis à la recherche d’un architecte, avec succès – après une phase de démarrage un peu périlleuse, nous avons réussi à faire avancer rapidement le chantier. Puis s’est posée la question du financement adapté. Celle-ci ne nous a jamais empêché de dormir mais il nous fallait toutefois réaliser une planification détaillée et rigoureuse.

L’objectif était clair: définir une hypothèque que nous soyons en mesure de financer et que les banques soient prêtes à accepter. Dès le début, nous nous sommes mis d’accord pour ne pas intégrer les fonds que nous avions à la caisse de pension dans notre plan de financement. Nous avons donc recherché et trouvé d’autres solutions: d’une part, nous avons eu la chance que la maison ait été une propriété de famille. Ainsi, nous avons pu faire évaluer la maison par une personne neutre qui a fixé un prix qui se situe à un niveau réaliste et conforme au marché sans facteur de spéculation qui fasse grimper le prix. En effet, nous n’aurions rien pu mettre en œuvre avec un prix excessif, notamment en matière d’aménagement et d’agrandissement. Nous avons également pu compter sur une avance d’hoirie qui a représenté environ 7% de l’investissement total (achat de la maison, agrandissement et aménagement), sur un prêt privé d’origine familiale d’environ 7% également et nos 20% de réserves épargnées sont venus compléter notre autofinancement. Nous disposions donc d’une base solide pour négocier avec la banque. Tout cela nous a permis d’assurer le financement.

 

Enfin prêts à emménager

Nous avons beaucoup participé à la mise en œuvre des travaux de rénovation et d’assainissement de la partie ancienne de la maison. Heureusement, nous avons pu compter pour cela sur le soutien d’amis et de nos parents.

Nous vivons dans notre chez-nous depuis la fin 2015. A l’intérieur, tout est fini, mais en ce qui concerne la mise en état du jardin, nous avons encore quelques projets à mettre en œuvre. Nous devons être patients et aussi bien sûr disposer de fonds. Nous restons donc fidèles à notre Devise.

A aucun prix, nous ne voudrions aller habiter ailleurs. Les dimensions de la maison et le niveau d’aménagement correspondent à ce que nous voulons. Grâce à des plans bien conçus et à l’important travail que nous avons réalisé par nous-mêmes, nous avons pu par exemple nous offrir le luxe d’avoir un sauna à l’intérieur de la maison, un nouveau dispositif d’extraction des vapeurs ou encore un système d’éclairage numérique que nous pouvons commander depuis une application centrale sur Smartphone. Une merveille! Un plaisir d’y habiter. Ici, en famille, nous nous sentons chez nous.

La longue durée du projet, avec ses hauts et ses bas, a porté ses fruits. Quand nous repensons au chemin parcouru, nous nous disons que si c’était à refaire, nous procéderions exactement de la même façon.

Les exigences personnelles en matière de planification financière sont tout aussi individuelles que nos clients Raiffeisen. Elles évoluent en fonction de la période de la vie ou du mode de vie personnel. Nous nous sommes entretenus avec quatre clients Raiffeisen sélectionnés dans toute la Suisse pour en apprendre plus au sujet de leurs exigences selon les périodes de leur vie, qu’il s’agisse d’une entrepreneuse indépendante, d’un récent propriétaire de son logement, d’un retraité alerte ou d’une jeune famille. Vous pourrez découvrir ici au cours des prochaines semaines ce qui anime ces personnes et quelles exigences elles posent à leur propre planification financière.
Souhaitez-vous notre assistance pour votre planification financière?