Vers l'aperçu

Les 5 premières tendances «Digital Workplace»

05.03.2018 |
  • Notre entreprise

La transformation digitale influe tant sur notre quotidien, que notre vie professionnelle, et ce, de plus en plus. Bon nombre de salariés sont d'ores et déjà devenus des habitués d'Internet, en effectuant des tâches sur un ordinateur ou un smartphone; qu'ils travaillent depuis leur bureau, qu'ils soient en déplacement ou à la maison. De nouvelles technologies, prometteuses de plus de productivité, de mobilité et de flexibilité sur le poste de travail, sont développées chaque jour. Découvrez ici les dernières tendances en matière de «Digital Workspace» et la manière dont des entreprises modernes telles que Raiffeisen les intègrent (ou les intègreront) à leur quotidien.

L'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle, garante de plus de mobilité et de flexibilité sur le poste de travail

1. L'assistance virtuelle grâce à l'intelligence artificielle (IA) et à la Voice Activated Search (recherche par commande vocale)

Presque tout le monde connaît la voix de Siri, l'assistant personnel intelligent développé par Apple. Pour l'heure, on utilise la fonction de recherche vocale essentiellement chez soi ou en déplacement. Selon les experts, une assistance virtuelle intelligente, sachant assumer des tâches administratives et organisationnelles fastidieuses, ferait bientôt son entrée dans le monde du travail. Les assistants personnels pourraient gérer un grand nombre de tâches routinières, jusqu'alors effectuées par les collaborateurs - de la planification des rendez-vous et des salles de réunion à la rédaction autonome d'articles basés sur la connaissance en passant par le traitement des e-mails. Ainsi, à titre d'exemple, des sociétés internationales utilisent déjà avec succès, Eva, une assistante de réunion intelligente, dans le cadre de leur activité quotidienne. Cette dernière enregistre les échanges lors des réunions et élabore ensuite un procès-verbal des principales décisions, à l'aide de la technologie de commande vocale et de l'intelligence artificielle. Elle se charge aussi automatiquement des tâches qui lui ont été assignées durant la réunion: envoyer les documents manquants aux participants ou le procès-verbal aux collaborateurs absents.


Mario Keel, le responsable «Digital Workplace & Collaboration Services» chez Raiffeisen, est d'avis que ces assistants intelligents se fraieront un chemin non seulement au bureau ou à l'occasion de réunions, mais qu'ils seront également utilisés avec succès dans les Centres de service à la clientèle de chaque Banque Raiffeisen. «A l'avenir, des assistants virtuels, dotés d'intelligence artificielle, pourraient résoudre les problèmes des clients, voire les assister, dans les interfaces respectives, telles que l'e-banking.»

 

2. Réalité virtuelle

A l'avenir également, Google Glass et des produits similaires nous aideront dans nos multiples tâches quotidiennes, en passant par le virtuel également: bientôt, ils projetteront des plans, présentations ou nos interlocuteurs dans notre champs de vision, tout en distinguant chaque détail, et permettant aux collaborateurs d'effectuer d'autres tâches, voire même déjeuner en même temps.

Microsoft HoloLens, les lunettes du futur

La réalité virtuelle nous aidera dans les différentes tâches de notre quotidien. © Boris Baldiger

La réalité virtuelle (VR) chamboulera également les processus de recrutement des entreprises. Elle créera, d'une part, une téléprésence encore plus réaliste durant les entretiens préliminaires, au moyen de visioconférences. D'autre part, elle mettra les candidats à l'épreuve, en recourant à des simulations virtuelles; ainsi, elle servira à évaluer les atouts tactiques, stratégiques et émotionnels d'un médecin en le plongeant dans une situation de stress, sans devoir impliquer un patient en chair et en os. Enfin, elle permettra également d'observer la réaction d'une conseillère bancaire dans une situation virtuelle avec un client, à l'occasion de laquelle celle-ci est confrontée à différents souhaits et questions.

 

3. Imprimante 3D

Malgré le stade peu avancé, où chaque entreprise possèderait une imprimante 3D afin d'élaborer et d'imprimer immédiatement les produits de son choix, les experts prévoient toutefois que la technologie 3D aura un fort impact notamment sur l'industrie, la santé ou le secteur des biens de consommation. Elle pourrait même toucher le quotidien d'autres branches de la même manière: à Dubaï, par exemple, des immeubles entiers de bureaux ont été construits à partir de l'imprimante 3D. Qui sait? Peut-être qu'un jour nous imprimerons directement nos stylos et blocs-notes sur une imprimante 3D?

Stephan Schillerwein, expert «Digital Workplace», va beaucoup plus loin: «La digitalisation nous libérera des stylos et blocs-notes. On devrait donc plutôt envisager de nombreuses autres possibilités d'application de ces technologies», déclare-t-il. A titre d'exemple, il cite un constructeur automobile qui réfléchirait à la prochaine génération de volants. Plutôt que de développer ces derniers tout seul, il pourrait consulter directement des clients passionnés et en concevoir de nouveaux, sur leurs recommandations, à l'aide de logiciels d'animation et d'une imprimante 3D, avant de les leur faire tester.

 

4. Mobilité et télétravail

La digitalisation facilite désormais, plus que jamais, le travail lors de déplacements professionnels, sur la route ou depuis la maison. Il est non seulement possible d'accéder à ses e-mails depuis différents appareils, mais aussi de consulter des programmes et documents internes à l'entreprise tout en étant loin du bureau. Raiffeisen utilise les dernières technologies en matière de mobilité et des modèles de travail flexibles ainsi que la suppression des postes de travail fixes tout en encourageant le télétravail. Selon Marco Keel, les clients profitent, eux aussi, d'une plus grande mobilité des collaborateurs: «Nos conseillères et conseillers accédant à toutes les données depuis partout en Suisse, de manière sécurisée, les entretiens conseil peuvent, par exemple, avoir lieu au domicile du client. La mobilité signifie, dans pareil cas, répondre davantage et mieux aux souhaits de notre clientèle.»

Il existe un nombre toujours croissant d'entreprises, comme Raiffeisen, dont la mobilité et le télétravail est au cœur de leurs préoccupations. A l'avenir, les plateformes dites collaboratives occuperont une place encore plus importante qu'à l'heure actuelle. Elles regroupent la communication (chat / messagerie et visio- / audioconférences), la gestion des projets et des documents, tout en simplifiant la collaboration d'équipes qui travaillent sur différents sites ou ne se trouvent pas au bureau les mêmes jours. Les experts prévoient donc que le trafic interne d'e-mails évoluera de manière drastique en raison de ces outils de collaboration et que nos boîtes mails seront moins encombrées.

 

5. Technologies tactiles intuitives

Les séries télé américaines, telles que «Les Experts» ou «NCIS: Enquêtes spéciales», décrivent depuis des années déjà comment des agents affichent, déplacent, traitent, puis effacent des images, des tableaux, des vidéos ou encore des preuves et des tests ADN à l'aide de technologies intelligentes et intuitives. Bien que ces technologies ne soient pas encore systématiquement utilisées dans le monde du travail, elles le sont déjà chez Raiffeisen: la Banque Raiffeisen de Lungern, par exemple, conseille ses clients à l'aide de technologies tactiles et basées sur la vidéo. Le client indique ses besoins sur l'écran tactile installé dans l'agence avant d'être mis en relation avec le conseiller approprié du siège, via la technologie vidéo. Raiffeisen utilise, par ailleurs, les technologies tactiles dans les salles de réunion multimédias.

Précédent
  • Banque Raiffeisen de Lungern – la banque de conseil non occupée
    La Banque Raiffeisen de Lungern, par exemple, conseille ses clients à l'aide de technologies tactiles et basées sur la vidéo.
  • Ecran tactile et technologie vidéo au sein de la Banque Raiffeisen de Lungern
    Le client indique ses besoins sur l'écran tactile installé dans l'agence avant d'être mis en relation avec le conseiller approprié du siège, via la technologie vidéo.
Suivant

    Stephan Schillerwein, conseiller indépendant dans le domaine «Digital Workplace», décrit une autre manière d'utiliser cette technologie à l'avenir: «Prenons le cas d'une entreprise avec une équipe de collaborateurs répartis aux quatre coins du globe, qui travaille sur un plan de construction durant une conférence en réalité virtuelle. Certains se trouvent dans des bureaux différents, d'autres à la maison ou en déplacement; toutefois, ils peuvent tous travailler ensemble et en temps réel: les salles de réunion projettent le plan de construction sur les murs, et les collaborateurs peuvent interagir avec ce dernier, grâce à un dispositif multi-tactile. Le collaborateur, se trouvant dans la salle d'embarquement à l'aéroport, peut, lui, le visualiser à l'aide de lunettes 3D et y apporter les modifications de son choix.» Autrement dit, les technologies tactiles et de réalité virtuelle permettent à tous les collaborateurs de concevoir quelque chose ensemble, où qu'ils se trouvent, eux et l'objet concerné.

    Raiffeisen, l'un des employeurs les plus importants et les plus modernes de Suisse, s'efforce de tester les nouvelles technologies au plus tôt et de les mettre à disposition de ses collaborateurs, si elles sont réputées judicieuses. Marco Keel veille, avec son équipe «Digital Workplace & Collaboration Services», à ce que Raiffeisen accompagne ses collaborateurs dans l'évolution permanente de la digitalisation et les forme aux nouvelles technologies et aux nouveaux modes de travail. Par ailleurs, il est dans un échange régulier avec RAI Lab, le laboratoire d'innovation propre à Raiffeisen, afin de s'inspirer mutuellement.

    Il est d'avis que Raiffeisen place bien la mobilité et la flexibilité au cœur de ses préoccupations; par ailleurs, le groupe bancaire suisse table sur une application des nouvelles technologies au profit des services: «Nos collaborateurs peuvent choisir individuellement parmi une multitude de services workplace. Tout le monde n'utilise pas les nouvelles technologies de la même manière. Nous mettons cependant certains services à la disposition de tous, car ils favorisent la collaboration et la communication en interne», précise-t-il.

    Toutefois, il reconnaît qu'il faudra des mois, voire des années, avant que les nouvelles technologies ne soient utilisées de manière optimale en interne. A cet effet, des programmes de formation complets sont indispensables afin que les collaborateurs puissent maîtriser les nouveaux outils et comprendre leur utilité. «La transformation digitale sur le poste de travail ne pourra avoir lieu que si les entreprises accompagnent et aident activement leurs collaborateurs tout au long de ce processus», affirme-t-il.