Vers l'aperçu

Un monde sans numéraire? La Scandinavie montre la voie... ou presque.

30.10.2017 |
  • Économie

Selon comparis.ch, le smartphone représente un assistant et une aide indispensables au quotidien pour près de 80% des Suisses. Cependant, il reste un domaine dans lequel les Suisses hésitent encore à utiliser leur mobile: le paiement sans numéraire à l'aide d'applications de paiement mobiles. En la matière, les pays scandinaves ont une longueur d'avance.

Danemark: le paiement par smartphone remplace de plus en plus le paiement en numéraire.

Danemark: le paiement par smartphone remplace de plus en plus le paiement en numéraire.


L'ère de la Suisse sans numéraire n'est pas encore pour demain, explique Daniel Steingruber, un expert du paiement mobile qui travaille pour e-foresight, le think tank de Swisscom axé sur la banque numérique. «Il est difficile de prédire si nous verrons une situation similaire chez nous et si oui, quand. L'État, en tant que régulateur, ainsi que les banques, jouent un rôle clé à cet égard. Ce sont ces acteurs qui déterminent pour beaucoup le cours que suit le secteur du paiement sans numéraire. Dans les pays nordiques, où l'on est plutôt marginal si l'on paye en numéraire, l'État et les banques ont joué un rôle clé pour promouvoir le paiement mobile.»

Néanmoins, nous pâtissons d'un effet secondaire, comme l'explique M. Steingruber: «Pour les touristes en Suède, il est devenu très compliqué de payer sans l'app de paiement mobile Swish.»

En effet, dans beaucoup de situations du quotidien, les touristes peuvent payer uniquement par carte de crédit ou à l'aide de l'app Swish. C'est le cas dans les transports en commun, les musées, les théâtres, les boulangeries et les cafés, par exemple. Les commerces affichent démonstrativement leur panneau «Vi hanterar ej kontanter» («Nous n'acceptons pas le paiement en numéraire»).
 

La Suède pionnière

Si l'on se penche sur l'histoire, il n'est guère surprenant que ce soient précisément les pays nordiques qui mènent la danse. Prenons l'exemple de la Suède: réputé pour sa force d'innovation et ses prestations sociales généreuses, le pays a également été le premier en Europe à lancer le billet de banque en 1661.

Les Suédois ont également la réputation d'être technophiles (voire obsédés par les nouvelles technologies). Par comparaison avec les autres pays, l'utilisation d'Internet et du smartphone est très répandue.

Mais n'oublions pas certaines particularités géographiques: la Suède a le deuxième réseau de distributeurs automatiques le plus faible d'Europe, puisque la distance entre les appareils peut être très élevée.

Cependant, il reste un point crucial que Daniel Steingruber, comme d'autres experts, tient à souligner: la thématique du «contrôle total» des citoyens, à savoir la peur que l'État puisse tout savoir sur chaque transaction si l'économie est entièrement numérisée, est encore très répandue. En Suède, au contraire, la population fait suffisamment confiance à l'État, au gouvernement et au système financier et n'hésite donc pas à miser sur le tout numérique. 

 

L'histoire à succès de l'app danoise MobilePay

Le Danemark est lui aussi en passe de devenir une société sans numéraire. Ainsi, 90% des smartphones danois disposent de l'app de paiement sans numéraire MobilePay installée. L'app danoise MobilePay a été créée en 2013 par la Danske Bank. Un jour après son lancement, 25'000 personnes (pour la plupart des clients de la Danske Bank) avaient téléchargé l'app sur leur smartphone; quatre mois plus tard, elles étaient 50'000. Aujourd'hui, 3,4 millions de Danois utilisent cette app (dont 70% sont clients d'autres banques). Il s'agit là de chiffres impressionnants, notamment si l'on garde à l'esprit que le Danemark a une population de 5,7 millions de personnes seulement. Progressivement, ce succès gagne la Norvège et la Finlande, puisque le réseau des partenaires de MobilePay s'enrichit régulièrement de nouveaux portails e-shop dans toute la région.

 

Et la Suisse dans tout cela?

La Suisse n'est pas encore au niveau de la Suède ou du Danemark. Nous sommes certes technophiles, comme les Suédois, et l'ensemble du territoire dispose d'une app de paiement sécurisée – elle a été lancée par les principales banques de Suisse. Pourtant, les Suisses sont encore réticents pour ce qui est de renoncer à l'argent liquide.

L'app TWINT est toutefois placée sous de bons auspices, comme le juge l'expert M. Steingruber: «TWINT a un atout de taille: l'app est soutenue par les grandes banques telles que Raiffeisen, UBS ou Postfinance. C'est vrai aussi pour ses partenaires de confiance (à l'instar de la Coop): ils ont un fort rayonnement et véhiculent un sentiment de sécurité. «Il convient désormais, à mon sens, d'ajouter des fonctions supplémentaires, telles que des caisses rapides ou le paiement des factures. Je pense que TWINT a de bonnes chances de succès en Suisse avec cette plus-value», explique M. Steingruber.

Raiffeisen TWINT

Notre solution de paiement mobile suisse: TWINT est disponible pour les clients Raiffeisen depuis mai 2017.

Malgré l'existence de cartes de crédit et de TWINT, le liquide a encore de beaux jours devant lui en Suisse. Les experts et la population suisse s'accordent sur ce point. Il est tout simplement inconcevable que la quête se fasse par carte de crédit ou avec une app. Mais qui sait? Après tout, la Suède a bien été le premier pays européen à utiliser des billets de banque…