Vers l'aperçu

Le savoir-faire de Raiffeisen au service du plus grand parc naturel de Suisse, le Parc Ela

04.01.2018 |
  • Société

Changement de décor pour deux collaborateurs de Raiffeisen, Thomas Federer et Nicola Leuenberger: dans le cadre du programme de volontariat «Raiffeisen Community Engagement» dédié au don de compétences, ils ont soutenu le Parc Ela à Bergün. Le récit de leur expérience.
 

La brise fraîche des montagnes au lieu de l'air du bureau. Voilà le cadre de notre mission de volontariat dans le Parc Ela à Bergün. Outre la mission du projet – développer une stratégie dont le but est d'étendre le concept de volontariat – nous devons tout d'abord donner un coup de main! Dans un décor à couper le souffle, nous installons une clôture (presque) parfaite.

 

Mission dans le plus grand parc naturel de Suisse

Que devons-vous faire? Est-ce au final véritablement utile? Et à quoi ressemblera la collaboration avec la classe d'école et les paysans? Nous sommes impatients de savoir ce qui nous attend.

 

Arrivée à Bergün

A huit heures du matin, nous rencontrons le responsable des interventions du Parc Ela à Bergün. L'élégant uniforme du Parc Ela ainsi que les documents que nous avons reçus au préalable font très bonne impression. Entre-temps, les quelque 20 élèves avec qui nous passerons la journée sont également arrivés. C'est déjà leur troisième jour ici. Il n'est pas étonnant que certains paraissent fatigués.

Rassemblement au point de rencontre à Bergün dans le Parc Ela

Rassemblement au point de rencontre à Bergün

Nous nous rendons compte que de telles interventions requièrent une certaine organisation: le matériel doit être disponible, le transport et la restauration organisés, par mauvais temps les scénarios alternatifs doivent être à disposition, etc. C'est vraiment surprenant de voir ce que les responsables ont à gérer.

Nicola Leuenberger transporte des piquets de clôture dans le Parc Ela.
Nicola Leuenberger transporte des piquets de clôture dans le Parc Ela.

Nous nous rendons à Preda en compagnie d'un agriculteur des plus charmants. Une fois arrivés sur place, les responsables de groupe et les agriculteurs nous instruisent. Notre tâche: clôturer une forêt protectrice. Nous y mettons toute notre énergie et transportons les piquets de clôture préparés à l'endroit prévu pour ensuite les planter.

 

Instructions pour une clôture (presque) parfaite

  1. Répartir les piquets en bois

  2. Tailler les buissons le long de la future clôture

  3. Planter les piquets en bois

  4. Tendre le fil métallique

Nicola Leuenberger et Thomas Federer font une petite pause pendant leur mission de volontariat pour le Parc Ela.

Nicola Leuenberger et Thomas Federer font une petite pause.

Mais ce n'est pas aussi simple que ce que l'instruction laisse espérer. De nombreuses gouttes de sueur et un peu plus d'une demi-journée plus tard, nous pouvons enfin planter les piquets de clôture et tendre le fil métallique. Résultat: une clôture tout à fait respectable. Les vaches peuvent désormais venir!

Les deux collaborateurs de Raiffeisen Thomas Federer et Nicola Leuenberger dressent une clôture avec une classe d'école dans le Parc Ela

Une clôture presque parfaite dans le Parc Ela

Pendant toute la journée en pleine nature, nous avons mené de nombreuses conversations riches en enseignements. Les responsables ont notamment beaucoup parlé des différences entre les groupes d'interventions, comme les élèves, les enfants à l'éducation difficile ou les hommes et femmes d'affaires. Nous avons également obtenu des informations de la direction du parc. C'est avec ces informations, quelques égratignures et un léger coup de soleil que s'est achevée notre mission. Avec Dieter Müller, directeur, et Alfred Gantenbein, coordinateur des interventions de groupes dans le Parc Ela, nous avons développé une stratégie pour étendre le concept de volontariat.

 

Objectif atteint

Dieter Müller: «Grâce à ce regard extérieur sur notre travail, la collaboration avec les volontaires nous a montré de nouvelles approches et nous a incités à réfléchir. Et nous avons fait la connaissance de deux personnes sympathiques et très engagées issues d'un environnement de travail qui nous est totalement inconnu! Thomas Federer et Nicola Leuenberger ont pu nous montrer où et comment nous pourrions enthousiasmer d'autres groupes cibles pour une mission de volontariat en faveur de la nature et du paysage dans le Parc Ela.»

 

Précédent
  • Vue depuis la Wiesner Alp sur le massif des Bergüner Stöcke avec le Piz Ela, le Corn da Tinizong et le Piz Mitgel.
    Vue depuis la Wiesner Alp sur le massif des Bergüner Stöcke avec le Piz Ela, le Corn da Tinizong et le Piz Mitgel. (© Lorenz A. Fischer)
  • Paysage entre le col d'Orgel, le col d'Ela et le Lai Grond avec vue sur le Piz Ela.
    Paysage entre le col d'Orgel, le col d'Ela et le Lai Grond avec vue sur le Piz Ela. (© Lorenz A. Fischer)
  • Le village de Stierva avec vue sur la vallée inférieure de l'Albula, vers Lenz et Lenzenhorn.
    Le village de Stierva avec vue sur la vallée inférieure de l'Albula, vers Lenz et Lenzenhorn. (© Lorenz A. Fischer)
  • L’Alp Flix, au-dessus de Sur, avec vue sur le Piz Platta.
    L’Alp Flix, au-dessus de Sur, avec vue sur le Piz Platta. (© Lorenz A. Fischer)
  • La réserve biologique Crap Alv-Ervedi à Bergün/Bravuogn.
    La réserve biologique Crap Alv-Ervedi à Bergün/Bravuogn. (© Lorenz A. Fischer)
  • Sur le Cuolm da Latsch dans la vallée de l'Albula, au-dessus de Bergün/Bravuogn.
    Sur le Cuolm da Latsch dans la vallée de l'Albula, au-dessus de Bergün/Bravuogn. (© Lorenz A. Fischer)
Suivant

    «Community Engagement» de Raiffeisen

    Avec le programme «Community Engagement», Raiffeisen soutient les petites à moyennes organisations à but non lucratif confrontées à des problèmes concrets. Les cadres de toutes les régions linguistiques travaillent sur une période de six mois avec les organisations et apportent leur savoir-faire et des solutions durables. L'objectif de Raiffeisen consiste à soutenir des organisations ou institutions du secteur de l'environnement, de l'économie locale ou bien l'homme et la culture pendant une mission de six mois.