Vers l'aperçu

Nos données sur le net: ce que nous divulguons et comment nous protéger

25.11.2018 |
  • Société

Le Suisse lambda fait confiance à sa banque et aux autorités pour conserver ses données clients en lieu sûr. En revanche, il a tendance à se méfier des médias sociaux, des applications de chat ou des plateformes de rencontres. Il est surprenant donc de voir qu'un utilisateur sur deux néglige ses paramètres de confidentialité sur les médias sociaux, selon les résultats de l'étude réalisée par comparis.ch en 2018 sur la confiance en matière de données. Nous vous dévoilons les bases qui permettent de préserver notre sphère privée en toute sécurité et tout ce que les géants d'Internet connaissent à notre sujet.

Précédent
  • Comment pouvons-nous protéger nos données personnelles?
    1. L'essentiel: bien réfléchir aux informations que vous souhaitez publier. Tous les commentaires que vous faites en ligne ou toutes les photos que vous publierez sont accessibles à de nombreuses personnes et permettront, dans le pire des cas, de remonter directement jusqu'à vous.
  • Protection des données.
    2. Limiter l'accès à ces informations: bon nombre d'utilisateurs ont paramétré leurs options de confidentialité à la hâte – autrement dit ont laissé les paramètres par défaut sans rien modifier.
  • Clavier rouge allumé.
    3. Bien choisir son navigateur: vous pouvez limiter un peu la collecte des données sur Internet, par exemple lorsque vous surfez sur l'extension de Chrome, Scriptsafe, ou l'extension de Mozilla, Noscript. Mais si vous ne voulez impliquer aucun navigateur, Youronlinechoices constitue une bonne alternative.
  • Crypter les données.
    4. Crypter les données: vous fermez bien les portes de votre maison à clé quand vous partez. Alors pourquoi ne pas utiliser des services de messagerie qui cryptent vos données, vos photos et vos vidéos au moment de l'envoi? Une recommandation toute personnelle d'Edward Snowden: la messagerie «Signal» serait considéré comme l'une des plus sûrs au monde.
  • Les petits mensonges blancs sont permis.
    5. Se permettre de petits mensonges: pour devenir membre d'un réseau social ou pouvoir utiliser d'autres services, il faut parfois renseigner des données personnelles, certes. Cependant, toutes les informations que vous fournirez à votre sujet ne doivent pas forcément être vraies. Que pensez-vous d'une seconde adresse mail, d'une fausse date d'anniversaire ou d'une adresse fictive?
  • Une personne derrière une pile de livres.
    6. Tout change, tout le temps: ce qui est valable aujourd'hui pourrait bien appartenir au passé dès demain. Tenez-vous toujours informé au sujet de la confidentialité et de la sécurité sur net.
Suivant

    Le scandale du vol de données dans Facebook a fait les gros titres cette année et semé le doute parmi les millions d'utilisateurs de médias sociaux dans le monde entier. D'après la NZZ, ce vol a touché directement jusqu'à 29'000 utilisateurs Facebook suisses. Beaucoup ont décidé de supprimer leur compte Facebook pour protester, par peur ou en proie aux doutes. Tourner le dos à Facebook peut s'avérer une solution. Mais pour qui veut continuer à communiquer via Facebook avec ses amis aux quatre coins du monde, il ne reste qu'une seule option: assumer chacun la responsabilité de ses actes. Nous devons réfléchir à ce que nous voulons publier sur nous, nos amis et notre famille sur les médias sociaux. Ce faisant, il faut impérativement respecter certaines règles en matière de paramètres de confidentialité.

    Tout d'abord, posons-nous la question suivante: Que savent déjà Facebook et les autres réseaux à notre sujet? Sur Facebook, vous pouvez consulter sans le moindre obstacle les données que ce géant américain possède à notre sujet. Avec Google aussi, vous pouvez consulter les informations collectées par le moteur de recherche et les autres services Google, tels que Gmail, Maps ou le calendrier. Vous verrez que ces géants de l'Internet connaissent toutes vos habitudes de navigation, jusqu'à votre localisation actuelle. Ces informations sont enregistrées jusqu'à 18 mois sur des serveurs à des fins de publicités ciblées. Si vous ne pouvez échapper totalement à cette collecte de données, vous avez au moins un droit de regard et la possibilité parfois de la limiter.

    Le géant des médias sociaux Facebook.
    Après le scandale des abus de données de cette année, la confiance des utilisateurs dans le géant des médias sociaux Facebook a chuté.

    Découvrez en quelques étapes les informations que Facebook connaît à votre sujet:

    • Sous «Paramètres», dans «Vos informations Facebook», cliquez sur la rubrique «Télécharger vos informations».

    • Cliquez sur «Créer un fichier».

    • Vous recevrez par e-mail un lien de téléchargement à confirmer en saisissant votre mot de passe personnel.

    • Vous pourrez alors exporter et consulter vos données Facebook dans un fichier .zip.

    Tech-Gigant Google.
    Les géants technologiques comme Google peuvent vous montrer quelles informations ont été collectées sur les utilisateurs.

    Et que sait Google à mon propos?

    • Si vous avez un compte Google, cliquez dans la page d'accueil Google sur «Compte Google». Dans le tableau de bord, cliquez sur «Informations personnelles et confidentialité».

    • Consultez les données collectées en cliquant sur «Accéder à mon activité», puis sur «Créer une archive» pour télécharger vos données. 

    Peu de confiance dans les réseaux sociaux

    Depuis 2013, les sondages réalisés par comparis.ch auprès de la population suisse sur le thème de la sécurité et de la protection des données indiquent clairement que les autorités et banques jouissent d'une grande confiance de la part des Suisses en matière de gestion des données d'utilisateurs privées. D'autres sondages nationaux montrent également que les clients bancaires suisses font confiance à leur banque principale. Ils savent que le secteur financier suisse accorde la plus haute importance à la discrétion, à la confidentialité et à la protection des données. Dans le 20 Minutes, un porte-parole du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) l'explique comme suit: «La plus grande confiance dont jouit la branche financière en matière de confidentialité est certainement liée au secret bancaire.» En revanche, le sondage de cette année montre clairement que les personnes interrogées ne font pas confiance aux plateformes de rencontres, aux réseaux professionnels (LinkedIn, Xing) et aux applications de chat et de messagerie (WhatsApp, Snapchat, etc.). Les médias sociaux comme Facebook, Instagram ou Twitter sont eux aussi très mal vus. Depuis la première étude de comparis.ch dans ce domaine, les résultats n'ont pas changé. D'après comparis.ch, il y a cinq ans, la méfiance vis-à-vis de Facebook était importante car la plateforme s'était permis de modifier seule les directives en matière de confidentialité et les utilisateurs avaient appris que les renseignements américains pouvaient accéder à leurs données d'utilisateur. Aujourd'hui, d'autres scandales sur l'usage abusif de données Facebook viennent semer le doute parmi les utilisateurs. Etonnant donc que ces personnes interrogées, malgré leur méfiance envers les médias sociaux, soient malgré tout 48% à négliger leurs paramètres de confidentialité sur ces services.

    «Si c'est gratuit, c'est toi le produit»

    Du reste, saviez-vous que nos données WhatApp sont aussi envoyées à Facebook? En effet, la plus grande application de messagerie au monde fait elle aussi partie de l'empire Zuckerberg, tout comme le média social Instagram. Ainsi, il récolte les données des utilisateurs, leurs habitudes et leurs numéros de téléphones depuis diverses sources. Mais dans quel but? La principale raison de cette collecte de données sont les puissants clients publicitaires, qui font la fortune de Facebook. En effet, ces données de diverses sources permettent aux clients publicitaires de délimiter leurs groupes cibles de manière stratégique, par exemple tous les propriétaires d'un certain modèle de véhicule ou les jeunes parents. Le Zeit-Online résume bien la situation: «A ceux qui croient encore que WhatsApp et Facebook sont particulièrement conviviaux car gratuits, vous apprendrez tôt ou tard l'une des règles fondamentales de l'économie en ligne: si c'est gratuit, c'est toi le produit.» Toute personne qui utilise des services gratuits comme WhatsApp, Google ou Instagram vend ses données d'utilisateur personnelles – voire son numéro de portable et son adresse mail – en échange de canaux de communication gratuits et d'autres services pratiques. En effet, qui paierait pour un moteur de recherche ou des SMS aujourd'hui? C'est pourquoi nous devons en accepter la contrepartie: la vente de données et les annonces publicitaires.

     

    Comment définir mes paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux?

    Un ecran de téléphone portable avec l'application Whatsapp.
    Whatsapp fait partie de Facebook et donc de toutes les données qui se retrouvent sur le service Messenger.

    Whatsapp

    • Avec les smartphones récents, vous pouvez empêcher WhatsApp d'accéder à votre répertoire. Pourquoi est-ce conseillé? Si vous transférez vos contacts vers WhatsApp, Facebook pourra également accéder aux numéros de téléphones, e-mails et adresses de vos amis et connaissances.

    • Pour limiter l'accès à votre statut en ligne, à votre photo de profil ou à votre localisation, cliquez sur «Paramètres», «Compte», puis «Confidentialité».

    Le réseau social Facebook dans une vue mobile.
    Le géant Facebook inclut Instagram et WhatsApp, entre autres.

    Facebook

    • Sous «Paramètres de confidentialité», vous pouvez déterminer qui peut voir vos publications et qui peut vous contacter. En outre, vous pouvez regrouper vos amis. Par exemple, vous pouvez exiger que seuls vos «meilleurs amis» voient vos photos.

    • Via l'élément de menu «Apps et sites web», dans la rubrique «Sécurité» de vos paramètres, vous pouvez interdire l'accès à vos données aux différents fournisseurs d'application.

    • Dans l'application Facebook, désactivez le service de localisation automatique et dans Facebook Messenger, décochez la case du lieu de séjour. Tout le monde n'a pas besoin de savoir de quel endroit vous écrivez vos messages.

    Un écran de téléphone portable affichant l'application Instagram.
    Le réseau d'images Instagram compte aujourd'hui plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde.

    Instagram

    ·         Wenn Sie Ihre Fotos nur mit Freunden und Bekannten teilen möchten, wandeln Sie ihr Profil unter «Einstellungen» in ein privates Konto um.

    LinkedIn

    ·         Eine Voreinstellung erlaubt, dass LinkedIn umfassenden Zugriff auf Ihre Daten verfügt. Experten raten, dass Sie unter «Datenschutz & Einstellungen» alle Punkte unter der Reitern «Profil», «Kommunikation», «Gruppen, Unternehmen & Anwendungen», und «Konto» anpassen.

     

     

     

     

     

     

     

    Ceci pourrait vous intéresser également:

    Un écran de téléphone portable avec des applications de médias sociaux.
    Les médias sociaux deviennent de plus en plus attrayants pour le service à la clientèle.

    Ici, maintenant: les clients recherchent de plus en plus le contact via les médias sociaux

    Temps de réponse bref et conseil personnalisé: le service à la clientèle demande l'avis des clients là où ils se sentent le mieux.

    Lire l'article

    Une jeune femme entre les médias sociaux et la vie privée.
    Les médias sociaux font partie de notre société depuis longtemps. Qu'est-ce qu'il faut y révéler et qu'est-ce qu'il y a à se taire ?

    Comment les jeunes apprennent-ils à gérer les médias sociaux de manière responsable?

    Cybermobbing et photos de personnes nues: les jeunes ont souvent mauvaise réputation lorsqu'il s'agit des médias sociaux. Deux jeunes influenceurs suisses parlent de l'équilibre entre le danger et l'opportunité dans les réseaux sociaux.

    Lire l'article