Vers l'aperçu

Comment les jeunes apprennent-ils à gérer les médias sociaux de manière responsable?

30.10.2018 |
  • Société

Les nouvelles à ce sujet sont alarmantes: cybermobbing, photos de personnes nues et vol de données – notamment parce qu'elles impliquent souvent les jeunes. A quel point les jeunes évoluent-ils en sécurité sur les médias sociaux? Ont-ils conscience des risques auxquels ils s'exposent par des publications imprudentes et des photos explicites? Nous avons parlé avec les apprentis Raiffeisen (qui sont, entre autres également, des influencers à succès sur les médias sociaux) et souhaité savoir comment ils les utilisent et s'ils ont des conseils pratiques à donner aux parents de jeunes.

Une jeune femme entre les médias sociaux et la vie privée.

Les médias sociaux font partie de notre société depuis longtemps. Qu'est-ce qu'il faut y révéler et qu'est-ce qu'il y a à se taire ?

Tout s'apprend: marcher droit, parler correctement, comment se tenir à table. Les parents aident leurs enfants à devenir des personnes autonomes, et à développer leurs aptitudes et leurs talents. Les enseignants contribuent, eux aussi, au développement des enfants et des jeunes. Or, ce qui ne doit manquer en aucun cas dans l'éducation d'aujourd'hui: une formation détaillée à l'utilisation des médias sociaux, autant à la maison qu'à l'école. Selon Philippe Wampfler, enseignant et expert en nouveaux médias: «Les parents sont responsables de l'éducation des enfants: Celle-ci couvre également les aspects de la pédagogie des médias. Or, dans leur travail éducatif, les parents se limitent la plupart du temps au cocon familial, alors que l'école élargit l'horizon des enfants et des jeunes, qui y font de nouvelles expériences. Ceci est d'autant plus important que les parents ne peuvent pas savoir, à quoi les enfants seront confrontés sur le net à l'avenir. L'école peut les y préparer.»

 

Selon l'influencer Fabio Zingg: «Les médias sociaux grouillent de personnes aux mauvaises intentions»

Toutefois, on entend souvent dans les médias que les jeunes connaissent trop peu les dangers qui guettent sur les médias sociaux, et qu'ils perdent le contrôle de leur données personnelles. Qu'ils sont trop insouciants dans la gestion de leurs photos et de leurs profils. Fabio Zingg, anciennement apprenti dans la Banque Raiffeisen Sirnach, n'est qu'en partie d'accord. Le jeune homme de 18 ans connaît de nombreuses pairs qui ont créé un profil privé sur Instagram et qui ne publient leurs photos que pour leurs amis et membres les plus proches de leur famille. Selon lui, de nombreux jeunes font attention. En même temps, cependant, trop d'adolescents envoient des photos intimes d'eux-mêmes via les médias sociaux, sans réfléchir aux conséquences. «Il est donc important que les parents fassent prendre conscience à leurs enfants que les médias sociaux grouillent de personnes aux mauvaises intentions», affirme M. Zingg.

Fabio Zingg, 18 ans, influençant de Suisse orientale.

À 18 ans, Fabio Zingg alias @theaplinist est l'un des influenceurs les plus connus de la Suisse.

Il est lui-même rompu aux médias sociaux, et un influencer reconnu en Suisse. Le suisse oriental compte plus de 220'000 followers sur Instagram et s'est fait un nom (@thealpinist) en tant que photographe passionné de paysages de montagnes spectaculaires. Ses parents lui ont enseigné comment manier les médias sociaux, puis il s'est formé notamment grâce aux médias en ligne. Les apprentis Raiffeisen sont eux aussi formés en interne sur la manière d'utiliser les médias sociaux. Fabian Christ, Head of Social Media chez Raiffeisen Suisse, accompagne tous les nouveaux apprentis dans un workshop de plusieurs heures sur ce thème. «Il nous tient particulièrement à cœur que les apprentis comprennent dès le début nos principes et notre code de conduite sur les médias sociaux, et qu'ils apprennent à connaître notre offre interne et externe comme les blogs, wikis et réseaux en ligne», explique M. Christ.

Une photo de l'influenceur Fabio Zingg.

Avec de telles photos, Fabio Zingg a atteint plus de 220'000 fans sur Instagram.

Les écoles informent aujourd'hui au sujet des risques liés à l'utilisation des médias sociaux

Luigj Laski (18) est lui aussi apprenti Raiffeisen et fait son apprentissage commercial à la Banque Raiffeisen Olten. Ses grandes passions sont la comédie, l'animation et les médias sociaux. Il s'est constitué une large communauté de fans sur Instragram (@theluigjlaski), enthousiastes par ses phrases et photos créatives. Par ailleurs, il travaille comme mannequin et ambassadeur de marques pour divers labels de modes.

Luigj nous raconte que ni ses parents, ni ses enseignants, ne lui ont parlé des dangers d'Internet. «J'aurais aimé que mon école de l'époque nous informe de manière plus proactive sur le thème de la sécurité sur le net. Heureusement, j'ai toujours été très prudent dans mes publications – mais d'autres élèves auraient pu en profiter également», affirme le jeune de 18 ans. L'apprenti Raiffeisen se rappelle d'un cas malheureux de détournement de photos sur les médias sociaux qui a profondément marqué sa personne et toute l'école. Ce n'est qu'une fois qu'on ait pris des mesures que l'école a organisé des formations sur une bonne gestion des médias sociaux. «Dommage qu'il ait fallu attendre que quelque chose se passe.»

Philippe Wampfler confirme que la plupart des écoles gèrent aujourd'hui les côtés négatifs de la communication digitale de manière professionnelle. «Comme les écoles vivent régulièrement des cas de cybermobbing et d'autres attaques dans les chats de classe, elles sont bien préparées et ont généralement des partenaires de coopération solides.» Il met toutefois en garde que les formations sur les dangers ne doivent pas faire oublier que les médias sociaux sont aussi un espace d'apprentissage très créatif.

Luigj Laski a 18 ans et est Instagram-Influencer.

Du point de vue actuel, l'influenceur Luigj Laski aurait préféré une approche plus proactive du thème de la sécurité sur les médias sociaux dans l'école.

 

La fascination pour les médias sociaux

Un espace d'apprentissage créatif, voire une plateforme de communication fantastique – tout n'est pas si mauvais sur les médias sociaux. C'est également ce que pense Luigj Laski. Les médias sociaux lui ont déjà ouvert de nombreuses portes. Il a donc besoin de ce canal pour communiquer avec des personnes du monde entier ou comme support publicitaire pour son Late Night Show. Il tourne son regard sur le reste de sa carrière et espère compter sur les médias sociaux. «Malgré ma présence sur ces médias, je souhaite protéger ma sphère privée. C'est pourquoi je tiens à utiliser les médias sociaux de manière prudente. Mais je reste fasciné par ce médium, car il me permet de toucher beaucoup de gens», dit l'apprenti Raiffeisen du canton de Soleure. 

L'interaction avec les personnes du monde entier, que permet une plateforme telle qu'Instagram, fascine, elle aussi, Fabio Zingg. Il a décidé de quitter le secteur bancaire et de réaliser son rêve: travailler en tant que photographe professionnel. «S'il n'y avait pas les médias sociaux, je n'aurais jamais envisagé sérieusement de franchir ce pas. Ce n'est que grâce à eux que je suis devenu plus reconnu en tant que photographe paysagiste», se réjouit M. Zingg.

Comme Zingg et Laski, la plupart des jeunes voient les avantages des médias sociaux, tout en étant conscient des inconvénients éventuels en cas d'imprudence. Mais comme chacun sait, les exceptions confirment la règle. Les réseaux aiment se ruer sur ces exceptions. Voici l'interprétation de Philippe Wampfler: «Les médias sociaux sont surtout une aubaine pour la presse à sensation, car le thème relie sexualisation des jeunes et panique morale. Cependant, les jeunes sont prudents en règle générale et savent bien utiliser les médias sociaux. Il leur arrive de perdre le contrôle sur les relations sociales, ce qui se reflète ensuite dans les médias sociaux. Mais c'est à prévoir: cela fait partie tant de cette phase de la vie, que de la vie en général», affirme l'expert et le didacticien spécialisé.

 

 

 

 

Un couteau de poche prolongé avec des plateformes de médias sociaux.

Les plateformes de médias sociaux ne doivent pas être diabolisées, mais il ne faut pas sous-estimer la façon de les gérer.

Conseils pour les parents

Conseil 1:

«Laisser participer les enfants aux activités des parents, dès le jardin d'enfants: les laisser écrire un message WhatsApp aux grands-parents. Leur dire si l'on aime une photo sur Instagram. Montrer aux enfants comment trouver des informations spécifiques sur les médias sociaux en faisant une recherche. Il est ensuite possible d'élargir les connaissances et l'expérience des enfants.» Philippe Wampfler, enseignant, didacticien, chercheur en études culturelles et expert en apprentissage avec les nouveaux médias.

Conseil 2:

«Ne jamais communiquer avec des étrangers, ne jamais rencontrer d'étrangers, se montrer prudent lors de la publication de contenus privés et ne pas envoyer de photos de nus. Une autre mesure raisonnable serait de bloquer, dès le départ, l'accès à certains sites Internet.» Fabio Zingg, influencer sur les médias sociaux et photographe paysagiste.

Conseil 3:

«Je vous conseille tout d'abord de discuter des dangers des médias sociaux avec vos enfants au moyen d'articles de journaux sur le cybermobbing ou sur l'envoi de photos de nus. Deuxièmement, ne transmettez jamais votre adresse privée sur le net. Enfin: interdire totalement les médias sociaux est contre-productif. Il vaut mieux fixer des règles d’utilisation et de gestion conjointement avec les enfants.» Luigj Laski, influencer sur les médias sociaux, acteur, animateur et apprenti Raiffeisen.

 

 

 

 

Ceci pourrait vous intéresser également:

La Protection des données
Le scandale du vol de données dans Facebook a fait les gros titres cette année et semé le doute parmi les millions d'utilisateurs de médias sociaux dans le monde entier.

Nos données sur le net: ce que nous divulguons et comment nous protéger

D'après une étude, les Suisses pensent leurs données clients sont en sécurité au sein de leur banque principale. Mais ils se méfient des réseaux sociaux.

Beitrag lesen

Un écran de téléphone portable avec des applications de médias sociaux.
Les médias sociaux deviennent de plus en plus attrayants pour le service à la clientèle.

Ici, maintenant: les clients recherchent de plus en plus le contact via les médias sociaux

Temps de réponse bref et conseil personnalisé: le service à la clientèle demande l'avis des clients là où ils se sentent le mieux.

Lire l'article