Vers l'aperçu

A vos marques, prêts, «sans numéraire»

19.10.2017 |
  • Économie

Cela fait des années qu'on nous le dit: la numérisation est en marche et on ne l'arrêtera pas! En tant qu'utilisateurs de smartphones, cela fait longtemps que nous sommes partie prenante de cette évolution inexorable. En introduisant TWINT, Raiffeisen pose un nouveau jalon sur la voie de la numérisation. payer sans numéraire. Cela change-t-il notre comportement? Si oui, comment? Nous avons recueilli divers avis.
 

Beaucoup d'entre vous se souviennent encore des années 90, le doux temps de l'innocence… A l'époque, rares étaient ceux qui connaissaient la signification des trois lettres WWW, et quasiment personne – (mis à part quelques spécialistes) – ne pouvait imaginer l'ampleur de la révolution numérique qui allait bouleverser en l'espace de quelques années notre vie, notre communication mais aussi notre comportement d'acheteurs.
 

C'était le bon temps…

Il y a 20 ans, qui aurait imaginé que nous paierions un jour nos achats à la caisse du supermarché avec notre Natel (ou notre mobile comme on dit aujourd'hui) ou que nous pourrions transférer de l'argent à des amis le plus simplement du monde via nos appareils mobiles. Tout cela sans avoir à sortir le moindre franc de sa poche.

TWINT est une solution de paiement numérique en service en Suisse depuis quelques semaines, et est déjà activement utilisé. Les avantages sont la rapidité de l'application et le processus de paiement totalement sûr.

Certes, ce n'est pas encore demain que l'argent liquide disparaîtra totalement de notre vie, comme nous l'explique par exemple ((lien vers article 3)) Sandro Graf, directeur du Swiss Payment Research Center de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) (Article: En liquide, par carte ou avec votre smartphone?) . Néanmoins, la part croissante que prennent les possibilités de paiement numériques est indéniable.
 

Des questions pour aller plus loin 

Poussés par cette actualité, nous avons donc demandé à trois représentants du monde de l'économie, de la science et du divertissement de nous dire ce qu'ils voient dans la «boule de cristal magique», et nous leur avons posé la question suivante:
 

«Comment notre comportement en matière de paiements va-t-il selon vous évoluer quand les espèces auront totalement disparu de notre quotidien?»
  

Martin Neff, chef économiste de Raiffeisen Suisse, en est certain: «Nous sommes déjà en plein dans la transformation numérique»:

Martin Neff, chef économiste de Raiffeisen Suisse

Martin Neff, chef économiste de Raiffeisen Suisse

«Peut-être avons-nous aujourd'hui le sentiment de perdre quelque chose. L'argent liquide, que ce soit les pièces ou les billets, le porte-monnaie font tout de même partie de notre quotidien, n'est-ce pas? Mais après y avoir mûrement réfléchi, cette peur de perdre quelque chose me semble injustifiée. En fait, tout va devenir beaucoup plus simple. Tandis que la sécurité augmente en payant via une solution de paiement mobile comme TWINT, le risque de perdre mon portefeuille rempli de billets, de cartes et autres documents, lui, diminue. Mais c'est le point suivant qui est à mon avis décisif: TWINT est «seulement» une application. Au lieu de payer en espèces ou par carte, je paie maintenant avec mon mobile – un appareil que la majeure partie de la population suisse a toujours sur elle. Le paiement avec le mobile ne remplace pas «seulement» les espèces, mais aussi en partie le paiement sans numéraire par carte, qui s'est imposé dans notre quotidien depuis longtemps. Je ne vois donc aucun danger mais seulement, comme je l'ai dit, une «simplification de notre quotidien», affirme M. Neff.

Le chef économiste de Raiffeisen nous explique aussi pourquoi il ne pense pas que les possibilités de paiement sans numéraire risquent de faire tomber dans le piège de l'endettement. «Les applications comme TWINT ne sont pas des petits crédits, mais sont toujours associées à un compte bancaire. Avec TWINT, les découverts en compte ne sont donc pas possibles. Bref, je suis convaincu que nous sommes au beau milieu d'une phase de changement et qu'il n'y aura pas de retour en arrière. Le paiement sans numéraire n'est plus de la science-fiction. Les formes de paiement numériques vont se diffuser rapidement, grâce notamment à des applications comme TWINT, et vont rendre notre trafic des paiements plus sûr, plus efficace et plus confortable. Le contrôle et la responsabilité personnelle seront l'affaire des utilisateurs. Mais il s'agit d'un débat de société qui n'a pas grand-chose à voir avec la forme de paiement en elle-même.»

 

Gregor Waller MSc, co-directeur du groupe spécialisé Psychologie des médias, ZHAW, fait dépendre le changement de notre comportement en matière de paiements numériques du mécanisme de contrôle mis à disposition par la banque ou par l'application:

Gregor Waller, co-directeur du groupe spécialisé Psychologie des médias, ZHAW

Gregor Waller, co-directeur du groupe spécialisé Psychologie des médias, ZHAW

«Aujourd'hui déjà, nous sommes nombreux à ne plus avoir d'argent physique sur nous, ou seulement quelques pièces de monnaie. Nous payons souvent virtuellement par carte. Dépensons-nous plus quand nous payons en «monnaie comptable numérique» que quand nous payons en espèces, ou moins? Cela dépend selon moi du feed-back, c'est-à-dire du mécanisme de contrôle. Si nous sommes informés en permanence de notre solde en compte via notre montre connectée, nos dépenses resteront dans le même cadre que si nous payons en espèces. Mais si nous devons nous fier à nos propres estimations en ce qui concerne notre solde en compte, beaucoup d'entre nous dépenseront plus. Tout simplement parce que nous avons tendance à le surévaluer.»

 

Michel Gammenthaler est un prestidigitateur et artiste de cabaret suisse de renom. Il pense que l'argent numérique aura tendance à s'envoler plus vite de sa poche que des espèces sonnantes et trébuchantes:

Michel Gammenthaler, artiste suisse. Photo: Mirco Rederlechner www.easypictures.ch

Michel Gammenthaler, artiste suisse. Photo: Mirco Rederlechner www.easypictures.ch

«Tel que je me connais, je dépenserai sans doute plus facilement mon argent s'il n'est plus que numérique et non plus physique. Et je trouve aussi cela un peu dommage car, d'une part, j'aime bien les pièces et les billets suisses et, d'autre part, j'aime le principe de payer en espèces: payer cash – ça a de la classe.»

 

A propos de TWINT

Depuis le 30 mai 2017, la solution de paiement suisse indépendante de la plateforme est disponible au téléchargement pour nos clients. Ils bénéficient d'un raccordement direct à leur compte en banque, de paiements entre amis et de toute une série de valeurs ajoutées supplémentaires. TWINT devient le portemonnaie digital de Suisse.