Vers l'aperçu

Les jeunes ne se soucient guère de leur prévoyance

14.09.2017 |
  • Économie

Bientôt, le peuple suisse décidera de l'avenir de son système de prévoyance vieillesse. Mais les Suissesses et les Suisses préparent-ils aussi leur retraite par des dispositifs privés? Et dans quel but? Nous les avons interrogés.

Le sort de notre système de retraites est encore en suspens. Le 24 septembre, le peuple suisse votera pour ou contre la réforme Prévoyance vieillesse 2020. Mais s'intéresse-t-il vraiment au thème de la prévoyance? Et à partir de quel âge? Petit sondage de rue à Zurich. Constatation intéressante: ce sont surtout les hommes de 30 ans et plus qui estiment très important de cotiser tôt à un compte de prévoyance. «Il n'est jamais trop tôt pour en ouvrir un», était une réponse fréquente, lourde d'implications. C'est aussi chez les hommes que revient souvent la notion d'«indépendance» – qu'il s'agisse de l'avenir ou de l'expérience vécue.

Les femmes sont plus retenues: peu de participantes au sondage possèdent déjà un compte de prévoyance, même si le taux augmente avec l'âge.

Comme on pouvait s'y attendre, ce sont les hommes et les femmes de moins de 30 ans qui se préoccupent le moins de leur prévoyance – certains parce qu'ils n'ont pas encore terminé leurs études ou viennent de les terminer, d'autres tout simplement parce qu'ils n'en comprennent pas l'utilité. Mais il est bien possible que cela change bientôt...