Rénover: De bonnes connaissances pour une bonne conscience

80% des bâtiments suisses ont plus de 40 ans et ne sont généralement pas suffisamment entretenus. Bien que de nombreux propriétaires souhaitent faire des efforts en matière d'efficacité énergétique, ils appréhendent le temps que les rénovations vont prendre. Dans cette interview, Roland Altwegg, responsable Produits & Coopérations, explique comment la Banque peut ouvrir la voie en matière de rénovation durable grâce à la digitalisation.

Si l'évolution actuelle se poursuit, il faudra attendre encore 100 ans avant que les bâtiments en Suisse seront tous rénovés. Raiffeisen souhaite faire prendre conscience à la population à quel point le thème de la «modernisation énergétique» est important. Les conseillers de la Banque ont d'ores et déjà tout intérêt à commencer à attirer l'attention de leurs clients propriétaires d'immeubles sur le besoin de les rénover et à élaborer avec eux des programmes de rénovation judicieux. «Généralement, les clients sont très reconnaissants lorsque la Banque aborde ce thème», explique Roland Altwegg, responsable Produits & Coopérations chez Raiffeisen Suisse.

Interview avec l'expert Roland Altwegg

Interview: Pius Schärli

 

78% des personnes interrogées dans le baromètre clients de 2018 ont admis être intéressées par les prestations bancaires en matière d'«efficacité énergétique du logement en propriété». La Banque peut envisager de développer ses opérations sur la base de ce constat, n'est-ce pas?

Oui, tout à fait, et nous ne sommes pas surpris. Il y a trois ans, nous avons été la première Banque de Suisse à intégrer systématiquement l'évaluation immobilière énergétique à notre conseil en propriété du logement. A l'époque, nous étions déjà convaincus que le sujet allait prendre de l'importance. En effet, la Suisse a pris beaucoup de retard dans la rénovation du parc de ses bâtiments. Il suffit d’observer les bâtiments de plus près pour s'en rendent vite compte.

 

L'efficacité énergétique n'est donc plus un thème marginal, est-ce que le bien immobilier gagne en valeur?

La valeur d'un bien immobilier reste en tout cas constante et peut même augmenter après la rénovation. Cela vaut pour les propriétaires de maisons ou d'appartements, les propriétaires par étages ainsi que ceux d'objets de rapport. Si aucune rénovation n'est entreprise, la conséquence est claire. La valeur du bien baisse.

 

Beaucoup de personnes souhaitent se lancer dans des rénovations énergétiquement efficaces, mais finissent par ne pas le faire. Pourquoi donc?

Il leur manque une vue d'ensemble et quelqu'un qui leur explique ce que les rénovations sont susceptibles d'améliorer globalement ou dans les détails. Notre objectif est de démontrer tout simplement qu'un bien immobilier a pris du retard dans le domaine énergétique et ensuite, de calculer les coûts à prévoir pour y remédier. 

Quelle est la situation énergétique de votre logement en propriété?

 

Est-il concerné par un retard d'assainissement? Notre calculateur en matière d'efficacité énergétique vous permet d'obtenir une première vue de l'évaluation énergétique de votre bien. Découvrez en seulement quelques clics la classe d'efficacité énergétique de votre bien.

Calculez dès maintenant!

Cette approche est vraiment dans l'optique du conseil global de Raiffeisen.

Oui, tout à fait. Dans le cadre du conseil, nous nous devons de sensibiliser notre clientèle à ce genre de thèmes également, car ils peuvent vraiment coûter cher à la longue. Nous permettons ainsi à nos clients d'être mieux informés et de prendre la meilleure décision possible. Nous conseillons les propriétaires de biens immobiliers de sorte à ce qu'ils réfléchissent et décident en toute bonne conscience.

 

La situation personnelle est-elle également abordée dans le conseil?

Il est essentiel d'aborder cet aspect. Différentes questions se posent en l'occurrence: Les enfants vont-ils déménager? Faut-il équiper la maison en vue de la retraite de ses propriétaires ou plutôt la mettre en vente? L'idée est de rendre le bien immobilier aussi fonctionnel que possible par rapport aux besoins de son propriétaire. C'est le défi qu'il s'agit de relever.

   

Le banquier est-il en passe de devenir un conseiller en matière d'énergie et de vie?

Non, il ne s'agit pas de cela. Nous proposons un premier conseil. Pour une analyse plus approfondie, nous mettons à profit notre partenariat exclusif avec le CECB (Certificat énergétique cantonal des bâtiments, note de la rédaction) et mettons les personnes concernées et compétentes en relation, les unes avec les autres.

Par quel élément commence la rénovation d'une maison: les fenêtres, l'isolation extérieure, la toiture, le chauffage?

Il est impossible de donner une réponse d'office. L'expérience montre que les gens ne réagissent souvent qu'au moment où quelque chose ne fonctionne plus, comme le chauffage, par exemple, qui tombe en panne en hiver. Il s'agit alors de trouver une solution rapide: dans la plupart des cas, un nouveau chauffage. Les propriétaires n'ont alors pas ou plus le temps d'examiner la situation dans son ensemble. D'où l'importance d'anticiper les cycles de renouvellement et d'être paré à une vague de rénovations.

 

Quel est le prix moyen d'une rénovation?

Il faut compter entre 50'000 et 80'000 francs.

 

Qu'est-ce que les clients peuvent attendre de Raiffeisen dans un proche avenir?

Nous sommes en train d'introduire une modélisation 3D de l'ensemble du parc des bâtiments en Suisse. Nous fournissons aux personnes intéressées, dans le cadre d'un entretien conseil, les dimensions exactes de chacun des 2,1 millions de bâtiments en Suisse, comme la superficie de la façade et de la toiture, par exemple. Cela nous permet de réaliser des analyses énergétiques de manière efficace et d'accroître la qualité de nos estimations.

  

A propos de notre expert

Dans le cadre du conseil de ses clients, Roland Altwegg, responsable Produits & Coopérations auprès de Raiffeisen Suisse prend en compte leur cycle de vie personnel.

Quatre conseils sur le thème de la rénovation

1.  Ne rénovez pas les parties de votre bâtiment séparément, mais toujours en tenant compte de sa situation globale. Sinon, faute de bonne planification, vous risquez de ne pas atteindre le rapport optimal (coûts faibles, meilleure contribution énergétique).

2.  Planifiez assez tôt et anticipez afin de ne pas être obligé d'agir sous la contrainte en cas de panne ou de problème impromptu.

3.  Demandez toujours plusieurs offres avant d'opter pour un fournisseur et ne comparez pas que le prix, mais chaque offre dans son ensemble.

4.  Ne considérez pas uniquement le prix de l'offre, mais tenez compte des frais d'exploitation à long terme.

Encadré les baby boomers mènent un grand train de vie

La génération du baby boom (née entre 1945 et 1964) est déjà à la retraite ou sur le point de la prendre. Ces personnes habitent généralement dans des maisons individuelles anciennes et peu efficaces sur le plan énergétique. Elles vivent plus longtemps et restent également plus longtemps dans leur environnement habituel. Elles disposent également de plus d'espace que la moyenne actuelle.

 

La surface habitable moyenne augmente vite de 50 m2 par personne à partir de 50 ans (avec le déménagement des enfants). Les personnes de 60 ans occupent en moyenne plus de 60 m2 de surface habitable chacune, les personnes de 80 ans, plus de 70 m2. A partir de cet âge, la surface habitable augmente encore, car la part des logements individuels s'accroît avec le décès de l'un des partenaires.