Les abeilles sauvages, des pollinisateurs oubliés

La mortalité des abeilles à l’échelle mondiale fait régulièrement les gros titres. Une sérieuse baisse de la pollinisation nous menace, ce qui pourrait avoir des répercussions catastrophiques sur l’alimentation et l’environnement. Pourtant, ces mauvaises nouvelles font souvent oublier l’existence des abeilles sauvages autochtones qui peuvent polliniser les plantes cultivées et sauvages.

Les abeilles constituent un facteur économique considérable et elles font partie des travailleurs gratuits les plus importants de l’agriculture. Leur travail de pollinisation génère chaque année une richesse de 200 milliards de francs dans le monde. Ce montant a été calculé par le laboratoire d’économie théorique et appliquée du CNRS de Montpellier, en France. Sans les abeilles, non seulement il n’y aurait pas de miel, mais les fruits et les légumes deviendraient des denrées rares. En effet, les insectes pollinisent environ 80% de nos plantes cultivées et sauvages. 

 
Précédent
  • Modèle «BeeHome Observer» avec tiroir.
    Modèle «BeeHome Observer» avec tiroir.
  • Kit de départ avec «BeeHome», dispositif de suspension, carton de retour, population de départ.
    Kit de départ avec «BeeHome», dispositif de suspension, carton de retour, population de départ.
  • Abeille maçonne en train d’extraire de l’argile.
    Abeille maçonne en train d’extraire de l’argile.
Suivant

    Les abeilles sauvages sont également menacées

    Si nous ne parvenons pas à maintenir le niveau de population des abeilles et à empêcher que la moitié d’entre elles périssent chaque hiver, l’extinction de ces insectes extrêmement utiles ne sera plus qu’une question de temps – et d’après les chercheurs, les conséquences seront désastreuses pour l’humanité. Cette citation, qui n’est probablement pas d’Albert Einstein, décrit bien la gravité de la situation: «Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre» Cette perspective peu réjouissante fait toutefois complètement oublier que la Suisse abrite encore plus de 600 autres espèces d’abeilles.

    Les petites abeilles sauvages ne produisent pas de miel et vivent en solitaire, mais elles sont responsables de la pollinisation d’une grande partie de nos plantes cultivées et sauvages. Il existe plus de 17‘000 espèces d’abeilles sauvages dans le monde. La majeure partie niche sur le sol, certaines dans des cavités et d’autres dans des tiges contenant de la pulpe, dans du bois pourri ou dans des coquilles d’escargot abandonnées. Cependant, les abeilles sauvages sont également de plus en plus menacées en raison de l’expansion urbaine et de l’intensification de l’agriculture. Elles trouvent de moins en moins de zones leur permettant de s’occuper de leur progéniture.

    De même, les abeilles sauvages ont de plus en plus de mal à trouver de la nourriture car les prairies sèches et maigres se raréfient et, ainsi, la variété de la flore diminue. En outre, trop d’engrais et trop de pesticides, insecticides et herbicides sont utilisés. Les abeilles sauvages trouvent toujours de moins en moins d’endroits où nicher car les haies sont déboisées et les abris naturels disparaissent au profit de nouvelles constructions. «C’est une des raisons principales pour lesquelles la moitié des abeilles sauvages en Suisse est gravement menacée et figure sur la liste rouge des espèces menacés en Suisse», révèle Claudio Sedivy. Il y a quatre ans, lui et son ami de l’EPFZ Thomas Strobl, ont créé la start-up «Wildbiene + Partner» à Zurich. Depuis lors, ils produisent des abris en bois avec toit dans différents ateliers sociaux. Les ruches «BeeHome» sont composées de tubes en roseau de différentes épaisseurs ou de morceaux de bois perforés dans lesquels les abeilles sauvages élèvent leur progéniture. 

    Stades de développement de l’abeille maçonne.

    Stades de développement de l’abeille maçonne.

    Des insectes pacifiques

    Soit dit en passant, les abeilles sauvages ne sont absolument pas agressives. Il est tout à fait possible de s’approcher de la ruche sans danger et d’observer les abeilles de plus près. De même, elles ne sont jamais attirées par la nourriture ou les boissons sucrées. Pour des raisons climatiques, les abeilles sauvages ne peuvent pas bâtir de colonie à une altitude de plus de 1300 mètres. Le lieu idéal pour installer la ruche est un endroit chaud et sec, sachant que le soleil matinal est ce que les abeilles sauvages apprécient le plus. De nombreuses plantes à fleurs, telles que la scille, le prunelier, l’aubépine, l’amélanchier, toutes les variétés de fruits, mais également le colza et l’érable, sont tout indiquées.

     

    Cycle de parrainage des abeilles sauvages

    Cycle de parrainage des abeilles sauvages: suspendre la ruche, héberger la population de départ envoyée par la poste dans la «BeeHome», envoyer l’intérieur de la ruche en automne, celui-ci est nettoyé puis retourné au printemps suivant.

    Voici comment commander vos abeilles sauvages

    Kit de départ avec «BeeHome»
    Kit de départ avec «BeeHome»

    Grâce à la «BeeHome» de l’entreprise zurichoise «Wildbiene + Partner AG», issue de l’EPFZ, vous aussi, vous pouvez engager activement en faveur de la reproduction des abeilles sauvages et contribuer à une pollinisation plus sûre et durable en Suisse. Les petites ruches en bois peuvent être fixées facilement dans votre jardin, sur votre balcon ou sur le rebord d’une fenêtre. Cette idée cadeau originale, avec une population de départ de 25 cocons pour abeilles maçonnes, est disponible en ligne sur www.wildbieneundpartner.ch pour 120 francs. 

    Informations complémentaires

    Vous voulez en savoir plus sur les abeilles sauvages? Regardez la vidéo «Les abeilles sauvages vont à l’école», qui est le fruit d’une coopération entre Raiffeisen Suisse et Wildbiene + Partner AG. Pour accéder à la vidéo: Lien

    Egalement intéressant: www.wildbieneundpartner.chwww.wildbienen.info   
    l'auteur
    Pius Schärli
    Une osmie cornue referme un tube de roseau avec de l’argile.

    Une osmie cornue referme un tube de roseau avec de l’argile.