Qui achète quoi, où et comment?

La Suisse est le paradis des locataires, avec un taux de propriété du logement d’à peine plus de 36%. Or, l’acquisition d’une propriété du logement constitue un véritable but pour la majorité de la population suisse. Les jeunes familles rêvent d’une maison individuelle avec jardin, tandis que les appartements en propriété satisfont plus aux besoins des acquéreurs plus âgés.

La propriété du logement, un objectif de vie essentiel

La Suisse est un véritable paradis des locataires, son taux de propriété n’étant que de 36%, en comparaison internationale. Or, l’accession à la propriété est un rêve partagé par de nombreux locataires suisses et constitue un objectif essentiel de vie pour la grande majorité des foyers, comme le témoignent d’innombrables études. La forte demande se traduit notamment par une hausse constante des prix depuis plus de 25 ans et rien ne semble indiquer un tournant, malgré la pandémie du COVID-19 et les évolutions économiques au fil du temps. Le mot d’ordre reste le même: Ceux qui le peuvent continuent d’acheter.

L’évaluation des ventes de gré à gré financées par Raiffeisen permet de dégager de passionnantes conclusions au sujet des acheteurs de maisons individuelles et d’appartements en propriété d’aujourd’hui. Ainsi, les personnes de moins de 40 ans acquièrent plus de la moitié de maisons individuelles, tandis que l’on constate une répartition démographique nettement plus lisse pour les appartements en propriété. En effet, près d’un quart des objets est acquis par des trentenaires, quadragénaires et quinquagénaires, respectivement. Parmi les acquéreurs, les jeunes de moins de 30 ans sont nettement sous-représentés, car rares sont ceux qui peuvent se permettre d’acheter un logement à usage propre. Ils n’ont acquis que 10% des maisons individuelles et seuls 9% d’appartements en propriété l’an dernier. Autre fait intéressant: les couples acquièrent près de 75% des maisons individuelles, alors que près de 50% des nouveaux financements d’appartements en propriété sont accordés à des célibataires. De nombreuses jeunes familles aspirent donc toujours à la maison individuelle avec jardin dans leur planification de la vie. En revanche, le regard des acquéreurs plus âgés, souvent aussi des célibataires, se tourne davantage vers les appartements en propriété, en raison de leur prix plus attractif

 

De nombreuses jeunes familles aspirent à la maison individuelle avec jardin dans leur planification de la vie.

De nombreuses jeunes familles aspirent à la maison individuelle avec jardin dans leur planification de la vie.

La situation influence le prix des logements

La répartition géographique permet, elle aussi, de tirer des enseignements intéressants. Ainsi, force est de constater que les jeunes foyers boudent les maisons individuelles dans les centres suisses et leur préfèrent les objets situés en campagne. La classe d’âge des 40-50 ans, quant à elle, est nettement surreprésentée dans les villes. Les différences s’expliquent également par les prix, outre le désir plus marqué des jeunes foyers de trouver la maison dans la campagne, pour leurs projets familiaux. A la campagne, il n’y a pas autant d’obstacles financiers que dans les villes. Les jeunes foyers sont donc obligés de se tourner vers les communes plus lointaines, afin de pouvoir répondre aux critères de la capacité financière et des capitaux propres. Il en va de même pour le mode de financement de maisons individuelles. Plus un objet se situe à la campagne, plus son nantissement est élevé au départ, compte tenu des différences plus marquées entre la valeur estimée et le prix d’achat effectif dans les villes, mais aussi de la nécessité de réduire le seuil de capacité financière grâce à des capitaux propres plus élevés. Les acheteurs qui ne disposent pas (encore) d’un capital conséquent doivent donc tenter leur chance dans les régions plus rurales.

Interrogez notre expert

Nous avons bien reçu votre formulaire. Merci!

Le traitement du formulaire a échoué. Veuillez essayer de renvoyer le formulaire ultérieurement.

Nous avons bien reçu votre formulaire et vous en remercions. Malheureusement l'accusé de réception n'a pas pu être envoyé à votre adresse e-mail {0} en raison d'une erreur technique.

 

 

A propos de l’auteur

Michel Fleury

Michel Fleury

Michel Fleury est analyste immobilier au sein d’Economic Research de Raiffeisen Suisse depuis 2019 et étudie chaque jour la structure et l’évolution du marché suisse de l’immobilier. Diplômé de l’Université de Zurich, il a travaillé en tant que chercheur au Swiss Real Estate Institute de la Haute Ecole d’économie de Zurich, avant de rejoindre Raiffeisen.