Du logement pour écologistes convaincus à une norme de construction générale

Les habitants des logements suivant la norme Minergie, apparue il y a une vingtaine d'années, étaient considérés à l'époque comme des écologistes radicaux. Depuis, les mentalités ont bien changé. En effet, la part des maisons à faible consommation énergétique a fortement augmenté par rapport au nombre total des nouvelles constructions. La tendance s'est inversée, suite aux objectifs fixés au niveau fédéral en matière d'énergie et d'économies de CO2 et aux programmes de subvention mis en place par les cantons, entre autres pour les bâtiments de type Minergie.

Mais qu'est-ce que la norme Minergie?

Les principales caractéristiques de cette norme de construction sont le renouvellement systématique de l'air et l'enveloppe du bâtiment de grande qualité, qui garantit une température agréable à l'intérieur, hiver comme été, tout en réduisant les coûts d'énergie et les émissions de CO2. Le mode de fonctionnement de l'enveloppe hermétique est assez simple à expliquer. Qui, à la plage, n'a jamais enfoui ses pieds, voire son corps entier, sous le sable? On constate vite que même à une faible profondeur, il fait nettement plus frais qu'en surface. Or, c'est cette isolation thermique qui caractérise un logement Minergie. 

Créativité et isolation en sous-sol

Comme nous venons de l’évoquer plus haut, le sol semble bien isolé contre les variations de la température extérieure. Pourquoi n'aurait-on alors pas pensé plus tôt à se servir de cette matière première, pour la construction? En fait, les Indiens d'Amérique du nord avaient déjà constaté l'effet isolant de la terre et construisaient parfois leur demeure sous terre. En Suisse, l'une des premières maisons organiques a été construite à la fin des années 1970 par l'architecte Peter Vetsch, pour sa famille. Mais il ne faut pas pour autant croire qu'habiter une maison organique rime à vivre dans une grotte. De telles maisons ne sont pas forcément souterraines; elles peuvent tout aussi bien se situer hors sol. La partie majoritairement construite en terre correspond aux murs et au toit. De vastes baies vitrées côté façade et des lucarnes sur le toit permettent l'apport nécessaire en lumière. Il n'est toutefois pas rare que l'on déplore un certain manque de luminosité à l'intérieur de ces maisons. De par leur construction particulière, la plupart des maisons organiques présentent une forme bombée; il est donc rare d'y trouver des murs verticaux. Cette particularité constitue un défi pour l'aménagement intérieur mais laisse aussi place à la créativité. Pourquoi cette forme de construction durable, et si efficace sur le plan énergétique, ne s'est-elle alors pas imposée en Suisse? En plus de ses caractéristiques mentionnées ci-dessus, la tendance actuelle à construire des logements de plus en plus denses empêche sans doute les maisons organiques de se développer davantage, dans la mesure où il n'est guère possible d'envisager de telles constructions dans un centre-ville moderne. La maison organique restera sans doute une forme d'habitat réservée aux amateurs et aux individualistes disposant d’espace.

Avez-vous une question?

Nous avons bien reçu votre formulaire. Merci!

Le traitement du formulaire a échoué. Veuillez essayer de renvoyer le formulaire ultérieurement.

Nous avons bien reçu votre formulaire et vous en remercions. Malheureusement l'accusé de réception n'a pas pu être envoyé à votre adresse e-mail {0} en raison d'une erreur technique.

Martin Neff, le chef économiste de Raiffeisen

Martin Neff, le chef économiste de Raiffeisen

Martin Neff, le chef économiste de Raiffeisen, est le chef économiste de Raiffeisen Suisse depuis début 2013.  Il a étudié l'économie à l'université de Constance. De 1988 à 1992, il a travaillé au sein de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) de Zurich,  avant d'entrer à l'Economic Research du CS et d'y mettre en place le «Suisse Research».