Interviews et témoignages sur le thème de la succession d'entreprise

«Nous avons réussi d'emblée à instaurer un excellent climat.»

Imprimer

Savoir anticiper la planification, bien fixer le prix de vente, apprécier le bon conseil de spécialistes – autant de facteurs de réussite dans la recherche d'une solution successorale pour les entrepreneurs. Aurélie Bovigny, de Business Broker, nous relate l'expérience qu'elle a faite lors de la vente de CadSchool, à Genève.
 

A l'été 2017, la famille Deluz Maiwand a remis son entreprise, CadSchool, à Cédric Millioud. Près de deux décennies durant, ce couple sexagénaire a consacré beaucoup d'efforts à mettre sur pied et à faire grandir cet institut de formation continue spécialisé dans l'informatique. Afin de mener à bien la transmission de leur entreprise, les cédants on fait appel à Business Broker. Aurélie Bovigny a coordonné de près ce processus. Nous lui avons demandé de nous raconter son expérience.

Cédric Millioud, Mina Maiwand et Jean-Bernard Deluz

De gauche à droite: le repreneur Cédric Millioud et les vendeurs Mina Maiwand et Jean-Bernard Deluz

 

Dans quelle mesure Business Broker a-t-elle contribué à la réussite de la succession?

Notre soutien a permis au couple vendeur de se concentrer sur la gestion de l'exploitation tandis que nous coordonnions le processus de vente. Sans nous, ils n'auraient pas eu accès à un réseau aussi étendu de repreneurs potentiels. Dans ce cas précis, il y avait près de 160 intéressés! Nous avons rencontré six candidats différents, et reçu trois offres concrètes. De plus, nous garantissons une discrétion et une confidentialité absolue tout au long du processus.
 

Les deux parties affirment que Business Broker a fait du bon travail –  un beau compliment, non?

Recevoir un commentaire positif des deux côtés est évidemment très réjouissant. Ce n'est pas toujours simple de représenter les intérêts du vendeur tout en gagnant la confiance de l'acheteur et afin d'aboutir à une solution optimale pour l'entreprise. Dans le cas de CadSchool, nous avons su créer d'emblée une ambiance très favorable.
 

L'ensemble du processus a duré deux ans – est-ce normal ou plutôt long?

Du premier contact avec Business Broker jusqu'à la signature du mandat de vente, il s'est écoulé deux ans. Sur le plan psychologique, les propriétaires n'étaient pas encore tout à fait prêts. Mais une fois que le processus a démarré, tout s'est déroulé assez rapidement et il n'a fallu que 11 mois pour conclure la transaction avec M. Millioud. D'après notre expérience, un processus de vente d'entreprise prend de 9 à 18 mois, en fonction de la complexité du dossier.
 

Les propriétaires étaient loin de croire qu'ils allaient revendre leur entreprise un jour. Cela semble poser un problème pour bon nombre de personnes, n'est-ce pas?

Oui, c'est souvent le cas. C'est un sujet chargé d'émotion qu'on a tendance à repousser dans le temps lorsqu'on a la tête dans le guidon avec l'exploitation quotidienne de l'entreprise. Aussi, on espère trouver un repreneur parmi ses collaborateurs ou ses descendants – jusqu'à ce qu'on se rende compte que ceux-ci ne sont pas les bonnes personnes pour reprendre le flambeau, pour des raisons personnelles ou financières.
 

La partie venderesse tenait à remettre l'entreprise entre de bonnes mains. Est-ce plus important que d'obtenir un bon prix?

Dans la plupart des cas, le cédant souhaite la pérennité pour son entreprise. Pourtant, lorsque débutent les négociations, on constate que le prix joue un rôle tout aussi important. Pour le vendeur, le prix de vente représente en effet une récompense pour tout le travail fourni durant ses années à la tête de l'entreprise.
 

La «due diligence» est souvent vue comme un moment délicat. Pourquoi?

Pour le vendeur, c'est rarement agréable d'ouvrir entièrement, à une personne jusqu'ici inconnue, les portes de son entreprise. Si, à ce moment, des failles surviennent, cela peut dans le pire des cas engendrer une interruption des négociations; où dans le meilleur des cas, conduire l'acheteur à exiger des garanties plus solides. Il est très important de ne pas laisser place à l'incertitude qui risque de détruire la confiance qui s'est installée.

 

Précédent
  • Inscription sur la porte de CADSchool
    C'est sur la place de marché de Business Broker AG que Cédric Milliou a remarqué CADSchool.
  • Le vendeur Jean-Bernard Deluz
    Jean-Bernard Deluz a créé et développé le centre de cours avec Mina Maiwand en y mettant tout son cœur.
  • Salle de classe de CADSchool
    Institut de formation continue spécialisé dans l'informatique
  • Entretien avec Cédric Millioud
    Cédric Millioud a repris le centre de cours durant l'été 2017.
Suivant

    Y a-t-il eu un moment où vous avez douté de l'issue des négociations? 

    Dans le cas de CadSchool, je n'ai jamais douté que nous trouverions une bonne solution. Les cédants étaient prêts sur le plan psychologique et au niveau des documents. De plus, les attentes en matière de prix de vente étaient correctes. Dans notre base de données, nous avions de nombreux candidats à la recherche d'un prestataire de services desservant un créneau de marché très spécialisé. Toutes les conditions de succès étaient réunies.
     

    Dans cette histoire de succession, quel a été le plus grand défi? 

    Au vu de la taille de la transaction, le défi était de trouver un repreneur non seulement avec les bonnes compétences, mais aussi qui dispose des capacités financières. Un investisseur purement financier n'aurait certainement pas convaincu les vendeurs.
     

    Faut-il toujours un courtier – un Broker – ou peut-on régler la succession sans assistance externe? 

    Beaucoup de transactions se font sans intermédiaire. C'est souvent le cas lorsque les deux parties se connaissent. Or en renonçant à l'aide d'un spécialiste externe, l'entrepreneur se prive de toutes sortes d'avantages: accès à un réseau étendu d'acheteurs potentiels, soutien individualisé à chaque étape du processus, définition d'un prix de vente réaliste, médiation dans les négociations et assistance juridique pour la rédaction du contrat de vente.
     

    Comment procèdent les chefs d'entreprise qui ne souhaitent pas faire appel à un intermédiaire?

    Ils essaient de trouver une solution en abordant directement leurs connaissances. Ils finissent souvent par se tourner tout de même vers un intermédiaire pour obtenir un soutien individualisé. Il faut savoir que la transmission de son entreprise est un processus complexe, qui n'a lieu en général qu'une fois dans sa vie. Il est donc recommandé de mettre toutes les chances de son côté pour aboutir à une issue optimale.
     

    Quel rôle a joué la Banque Raiffeisen?

    La Banque Raiffeisen a permis de financer la transaction. Dans ce cas-ci, Business Broker a aussi fait gagner un nouveau client à la Banque!

     

    Interview: Pius Schärli

     

    Une succession d'entreprise réussie chez Stewi AG
    Portrait Aurélie Bovigny
    Aurélie Bovigny, Senior Broker Mergers & Acquisitions, Business Broker AG

    Senior Broker Mergers & Acquisitions chez Business Broker à Lausanne depuis plus de cinq ans, Aurélie Bovigny est chargée des règlements de succession. Auparavant, elle a travaillé pendant cinq ans dans diverses banques retail en Suisse.