Comment réussir ses opérations à l'étranger

Du succès à l'exportation, grâce aux subventions de l'Etat

Imprimer

L'export reste un thème délicat pour de nombreuses PME, les financements et garanties étant souvent insuffisants. Ce n'est pas le cas pour les sociétés de Paul A. Truttmann, qui peuvent compter sur de solides partenaires.

 

Une pince robuste de Heppenstall.

Les clients de Heppenstall sont répartis dans le monde entier. L'entreprise ne pourrait pas fonctionner sans garanties bancaires et sans la SERV.

 

Monsieur Truttmann, qu'exportez-vous comme biens?

Avec Heppenstall Technology AG, nous exportons depuis longtemps des engins de manutention de l'acier et avec Serbot AG, des robots pour le nettoyage automatique d'installations photovoltaïques et de façades de bâtiments.

 

De nombreuses PME aimeraient bien exporter, mais les risques leur font peur. Comment vous, vous y êtes parvenu?

Beaucoup de PME ignorent que nous bénéficions en Suisse d'un instrument très performant soutenu par l'Etat, l'Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV). Les projets d'exportation peuvent non seulement être préfinancés par la SERV, mais également couverts dans leur intégralité, et même soutenus par une garantie de restitution d'acompte ou une assurance de garanties. De nombreux concurrents étrangers nous envient cet instrument.

 

Dans quel cas vous adressez-vous à la SERV?

Nous n'aurions pas pu accepter de commandes venant d'Inde, du Sri Lanka ou du Mexique si nous n'avions pas eu la possibilité de contracter un crédit de fabrication avec couverture de la SERV. Il est très difficile de passer par un crédit bancaire ou du factoring sur ce genre de marchés, car la solvabilité de ces pays est tout simplement trop faible. Les banques demandent alors des garanties supplémentaires qui sont soit très chères, soit impossibles à apporter. Mais grâce à la SERV, ce n'est plus un problème!

 

Comment financez-vous vos exportations?

Nous travaillons en bonne collaboration avec la Raiffeisen. Pour nos projets d'envergure, nous avons besoin de financements conséquents. Depuis plusieurs années, mon sentiment personnel est que les grandes banques freinent fortement ces activités. A cela s'ajoutent des exigences en fonds propres plus strictes, liées à la réglementation bancaire Bâle III, qui ont également laissé des traces dans ma propre PME. C'est dans de telles circonstances que nous sommes d'autant plus reconnaissants envers la SERV. Et depuis, une étroite coopération est née entre la SERV et Raiffeisen, ce qui nous aide encore davantage pour nos financements.

 

Pour vous, quels sont les facteurs de réussite en matière d'exportations?

Pour nous, c'est avant tout de bénéficier d'une équipe idéale, grâce à la Raiffeisen et à la SERV, pour le financement des exportations et la couverture des risques, mais aussi d'avoir trouvé un partenaire dynamique, fiable et tourné vers l'avenir, en la personne de Daniel With de la Banque Raiffeisen Rohrdorferberg-Fislisbach.

 

Interview: Robert Wildi

 

 

À propos de Paul A. Truttmann

Paul A. Truttmann
Paul A. Truttmann

Paul A. Truttmann est le cofondateur et président du conseil d'administration de Heppenstall Technology AG, trifact AG, tt-toeff AG, Serbot AG et WOKO GmbH. Il est également conseiller en entreprise et forme des cadres dirigeants à la Haute école de Lucerne et à l'Académie professionnelle de l'Association des employés de commerce de Lucerne.

www.heppenstall.ch