Tout ce qu'il faut savoir sur le financement d'entreprise

5 idées reçues sur le crédit bancaire

Imprimer

Environ un tiers des PME suisses possèdent un prêt bancaire ou un crédit cadre. C’est nettement moins que dans nos pays voisins. Qu'est-ce qui retient alors les entrepreneurs suisses de recourir à leur banque? Pour en savoir plus, nous avons interrogé à ce propos Daniel Hollenstein, responsable Produits & Opérations clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse.

5 idées reçues sur le crédit bancaire

Découvrez ce que Daniel Hollenstein, expert Raiffeisen, pense des idées reçues qui circulent sur le crédit bancaire:

 

«S'adresser à la banque, c'est quémander»

Cette idée est tout à fait contraire à nos valeurs, les entrepreneurs et les conseillers clientèle entreprises de Raiffeisen discutent d'égal à égal, et les solutions sont élaborées conjointement. Ce n'est qu'ainsi que l'on peut établir et maintenir des relations d'affaires saines. La confiance et la compréhension mutuelle sont au cœur de notre métier.

 

«La banque ne me comprendra pas»

Raiffeisen suit ses clients sur près de 900 sites dans toute la Suisse. Nos conseillers clientèle entreprises connaissent les entrepreneurs locaux et leurs spécificités. En plus des chiffres clés financiers, l'évaluation comprend toujours des facteurs humains.

 

«Ma demande de crédit sera de toute façon rejetée»

Faux: plus de 90% des demandes sont acceptées! La banque et l'entreprise collaborent étroitement pour trouver une solution de financement adaptée. Le conseiller clientèle entreprises Raiffeisen dispose d'une vraie liberté, afin de répondre individuellement aux besoins du client.

 

«Le crédit bancaire crée une dépendance»

Bien au contraire: la banque facilite la mise en œuvre des plans de l'entreprise. Les investissements, que ce soit dans des installations, de nouveaux produits ou de nouveaux marchés, ont besoin de ressources financières, qu'une entreprise ne peut ou ne veut souvent pas fournir. La banque propose alors des solutions de financement individualisées, procurant plus de flexibilité à l'entrepreneur.

 

«Le processus de crédit est lent et fastidieux»

Certes, il faut fournir à la banque divers documents et informations, et l'octroi d'un crédit n'est pas immédiat. Cela permet toutefois aux entrepreneurs comme à la banque partenaire d'accroître la transparence et la compréhension mutuelle. Une certaine sécurité est ainsi garantie, au bénéfice des deux parties

Daniel Hollenstein, Responsable Produits & Opérations clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse
Daniel Hollenstein, Responsable Produits & Opérations clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse

Responsable Produits & Opérations clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse, Daniel Hollenstein (49 ans) est également chargé de la distribution du trafic des paiements. Il a fait des études d'économie d'entreprise à la Haute école d'économie de Zurich (HWZ), puis suivi plusieurs formations continues, dont un Master of Advanced Studies in Finance à l'Université de Berne.