Stratégie sur devises

Comment couvrir les risques de change avec la stratégie adéquate

Imprimer

Ne pas avoir de stratégie de change peut coûter très cher à une entreprise, indique Rosario Loria, spécialiste en matière de devises Treasury & Markets chez Raiffeisen Suisse. Rosario Loria nous explique dans une interview en quoi l'absence de stratégie en matière de devises peut s'avérer coûteuse pour une entreprise.

Interview de Rosario Loria, spécialiste en devises Treasury & Markets

Andrea Schmits: Pourquoi les PME suisses devraient-elles adopter une stratégie de change? 

Rosario Loria: Parce que les risques de change peuvent être si importants qu'ils peuvent nuire durablement à l'exploitation d'une entreprise – et parfois même la mettre en difficulté. 

 

A. S.: Est-ce valable pour toutes les entreprises qui traitent avec des monnaies étrangères?

R. L.: En principe, toute PME suisse qui exporte ou importe devrait connaître son exposition aux devises et les risques associés. Si à cela s'ajoute une part importante – disons 20 % ou plus – de recettes ou de dépenses en monnaies étrangères, je lui recommande de mettre en place une stratégie de change détaillée. Cela l'aidera à minimiser les risques de change affectant l'exploitation courante.

Interview de Rosario Loria, spécialiste en matière de devises Treasury & Markets
Interview de Rosario Loria, spécialiste en matière de devises Treasury & Markets

«Les PME ont besoin d'une stratégie en matière de devises, car les risques de change peuvent avoir un effet négatif durable sur les opérations de base de toute entreprise.»

A. S.: Pourtant, beaucoup de PME renoncent à une stratégie de change. Pourquoi? 

R. L.: Souvent, elles ne sont tout simplement pas conscientes des risques. En outre, il leur manque généralement le savoir-faire nécessaire. Elles n'ont pas de spécialiste interne; pour la comptabilité, les devises sont pour ainsi dire un à-côté, qu'elles ne traitent que lorsque les paiements arrivent ou qu'il faut payer un fournisseur étranger. Aussi, beaucoup d'entrepreneurs ne veulent tout simplement pas se plonger dans les taux de change ou craignent que cela ne réclame trop de temps. Ne rien faire est certes aussi une stratégie – mais elle est très risquée.

 

A. S.: La couverture des taux de change est un élément central de la stratégie. Quels en sont les avantages pour une PME? 

R. L.: D'abord et avant tout, la sécurité de la planification. En se couvrant contre les risques de change, l'entreprise crée une base de calcul claire et évite des écarts budgétaires indésirables. C'est pourquoi nous conseillons à nos clients d'intégrer, au moment de l'établissement du budget pour l'exercice à venir, les bases d'une stratégie de change pour les douze prochains mois.


A. S.: Combien coûte une stratégie?

R. L.: Les coûts de la couverture diffèrent d'une entreprise à l'autre, en fonction de la stratégie choisie, des instruments sur devises et, bien sûr, du volume des transactions. Raiffeisen garantit à ses clients un pricing simple et tout à fait transparent, les coûts sont donc connus à l'avance. Mais la question la plus importante est: quels sont les coûts si je ne fais rien? Il faut mettre en rapport les frais de couverture avec le risque de l'inaction et se demander: est-ce que ça en vaut la peine?