Etudes & conseils sur le thème de la gestion des liquidités

«Les PME suisses sont tout à fait capables de faire face à la concurrence internationale»

Imprimer

La «Swiss Manufacturing Survey» (SMS) prouve que le label de qualité «Made in Switzerland» perd de son importance au niveau international, ce qui a un impact sur l'attractivité des produits développés localement. Conséquence: les grandes entreprises suisses délocalisent de plus en plus leur production à l'étranger, une décision que seules peu de PME peuvent se permettre. Posons quelques questions à ce sujet à Urs P. Gauch, responsable du département Clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse.
 

Urs P. Gauch, responsable du département Clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse

Urs P. Gauch, Leiter Departement Firmenkunden bei Raiffeisen Schweiz
Urs P. Gauch

Urs P. Gauch (58 ans) travaille depuis bientôt 30 ans dans le domaine des opérations de crédit et des opérations avec la clientèle entreprises où il a occupé diverses fonctions. Sa longue expérience et son savoir solidement étayé font de lui un spécialiste dans le segment de la clientèle entreprises. Il dirige depuis le 1er octobre 2015 le département Clientèle entreprises et est membre de la Direction de Raiffeisen Suisse.

Monsieur Gauch, l'étude SMS cite un directeur de PME de Suisse orientale qui déplore que personne ne s'occupe vraiment des problèmes des petites entreprises en Suisse. Etes-vous d'accord?

Il est facile de comprendre que des conditions économiques complexes, comme la suppression du taux plancher entre l'euro et le franc par la BNS, puissent entraîner ce genre de remarques. Au moment de l'enquête, le problème de la monnaie était encore un peu plus grave qu'aujourd'hui. Traditionnellement, le Groupe Raiffeisen s'occupe des PME et a beaucoup investi dans de nouveaux produits et des prestations à leur intention, ces derniers temps.

 

Raiffeisen ne se sent donc pas concernée par cette critique?

Raiffeisen applique des valeurs comme l'esprit d'entreprise, la crédibilité, la durabilité et la proximité. C'est ce que nous prouvons, entre autres, à travers nos 250 Banques Raiffeisen autonomes, très proches de leurs clients dans toute la Suisse. De plus, nous proposons des conseils à valeur ajoutée par les entrepreneurs et pour les entrepreneurs, dans les Raiffeisen Centres des Entrepreneurs (RCE) de Gossau, Aarau Ouest et Baar. De nombreux entrepreneurs profitent de cette possibilité pour se faire conseiller sans engagement et de manière professionnelle. D'autres RCE ouvriront prochainement en Suisse romande, comme à Yverdon, et dans le canton de Berne entre 2018 et 2019.

 

Etant donné qu'aujourd'hui, la marque «Made in Switzerland» a moins d'importance sur le plan international que certains critères tels que la qualité et la fiabilité des livraisons, cela incite beaucoup d'entreprises à délocaliser leur production à l'étranger. Pour les PME qui ne peuvent pas se le permettre, c'est un inconvénient en termes de concurrence, n'est-ce pas?

Le choix du site de production est un facteur déterminant pour une entreprise. L'idée est de soupeser les opportunités et les risques. Les coûts de production élevés appliqués en Suisse ne constituent pas un obstacle. Certes, du point de vue économique, cela incite à délocaliser la production à l'étranger. Mais la Suisse est considérée comme un pays bénéficiant d'une énorme force d'innovation et d'une grande stabilité politique. Ce sont des atouts très importants pour choisir un site, à l'heure actuelle. En cas de transfert des usines de production à l'étranger, des problèmes de qualité ou des coûts supplémentaires et élevés de coordination et de synchronisation peuvent avoir des conséquences négatives et provoquer un effet «boomerang». De plus, je pense que la numérisation, en particulier dans l'industrie 4.0, est une grande chance pour accroître l'efficacité dans la production suisse.

 

Malgré tout, les petites entreprises ont plus fortement besoin de bons partenaires financiers et de prêteurs fiables pour la mise en œuvre de leurs projets internationaux. Quelle aide peuvent-ils leur apporter?

Il s'agit, dans un premier temps, de bien clarifier les besoins individuels de chaque entreprise: dans quel domaine faut-il agir, sous quelle forme et dans quelle mesure? Nos conseillers à la clientèle entreprises s'efforcent de proposer un concept de financement et de suivi adapté à chaque modèle d'affaires. La proximité avec nos clients et le suivi personnel permettent de créer les conditions optimales, pour une relation de partenariat à long terme.

 

Quelles sont les options si une entreprise ne dispose pas d’importantes réserves de liquidités?

Elles peuvent, par exemple, acheter des droits d'utilisation en leasing selon le principe «utiliser sans acheter». Cette variante évite d'entreprendre des investissements généralement très élevés. Le leasing préserve en effet les liquidités, car les coûts peuvent être répartis sur plusieurs années. Le factoring, au moyen duquel les créances des débiteurs sont vendues à la Banque, est également une autre forme de financement intéressante. Il permet de soulager le bilan. Les liquidités sont en même temps rapidement débloquées. Enfin, certaines PME misent également sur le crowdfunding, en particulier pour le développement de produits. En contrepartie, les petits investisseurs reçoivent une incitation sous forme d'un taux d'intérêt intéressant ou du droit d'acheter le produit à l'avance.
 

«Utiliser sans acheter» – Le leasing comme modèle d'affaires

Le modèle d'affaires «utiliser sans acheter» est à la mode. Friderici et Jungheinrich font état des avantages dont ils profitent.

 

Ces formes de financement doivent-elles impérativement servir à soutenir la compétitivité des petites entreprises suisses novatrices, dans l'environnement international?

Raiffeisen est consciente de son importance économique en Suisse. Les entreprises sont un pilier primordial dans le modèle d'affaires de Raiffeisen et nous nous sentons fortement liés et engagés pour l'entreprenariat. Nous sommes convaincus que les PME et entrepreneurs suisses sont tout à fait capables de faire face à la concurrence. Comme je l'ai déjà dit, la Suisse est considérée comme un pays pionnier en matière d'innovation. C'est pourquoi j'envisage l'avenir des PME suisses avec optimisme.

 

La production suisse – Flexible et résistante aux crises

Malgré la problématique du taux de change actuel, l'industrie de la production suisse reste compétitive face à la concurrence internationale. C'est ce qu'atteste la «Swiss Manufacturing Survey» (étude SMS) parue en juillet 2017. Cette étude, réalisée par l'université de Saint-Gall (HSG) en partenariat avec l'association Swissmem et Raiffeisen Suisse, donne un aperçu captivant du secteur de la production.