Comment bien planifier sa retraite anticipée?

La jeune génération arrêtera-t-elle de travailler plus tôt?

Pour les anciennes générations, l’âge de la retraite à 65 ans était la limite magique qu’il fallait atteindre à tout prix. Qu’en est-il pour la jeune génération? La responsable du service de recherche de l’Office fédéral des assurances sociales interprète les chiffres disponibles.

Sabina Littmann-Wernli, l’impression que de plus en plus de personnes expriment le désir de se retirer de manière anticipée de la vie professionnelle est-elle fausse? Quels sont les chiffres exacts relatifs à la retraite anticipée?

S. L.-W.: Durant les dernières années, le taux de départs à la retraite anticipée un an avant l’âge légal de la retraite était de 40% pour les hommes, et de 35% pour les femmes. Si l’on compare ces chiffres avec ceux d’il y a dix ans, le nombre de retraites anticipées a plutôt diminué. Cette évolution est souvent attribuée à des motifs économiques. L’allongement de l’espérance de vie est au moins aussi important.

 

Pour l’ancienne génération, l’âge de départ à la retraite à 65 ans était pour ainsi dire «gravé dans le marbre». La jeune génération, quant à elle, accorde beaucoup d’importance à concilier «vie professionnelle et vie privée». Les départs à la retraite anticipée reflètent-ils déjà une modification de ces valeurs?

S. L.-W.: L’importance de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est surtout significative pour la génération Y (née entre 1980 et 1995), qui n’a pas encore atteint l’âge de la retraite. La baisse du taux de départs à la retraite anticipée repose plutôt sur les possibilités accrues de transition vers la retraite ou sur le manque croissant de personnel (qualifié).

 

Le désir d’autodétermination de la jeune génération reflète-t-il l’acceptation de s’en sortir avec une rente diminuée à la retraite?

S. L.-W.: Au fil de leur carrière, on remarque que les personnes de cette génération n’aspirent pas spécialement à un long parcours professionnel, mais qu’elles planifient de manière ciblée des parenthèses pendant lesquelles elles se contentent d’un plus petit salaire. Certains couples se partagent les tâches familiales et l’activité professionnelle, ce qui peut entraîner une baisse des revenus. De telles interruptions d’activité professionnelle et des revenus plus bas entraînent une baisse des prestations sous forme de rente, surtout dans le deuxième pilier. Il est plutôt difficile de juger si les personnes concernées acceptent vraiment ces conséquences ou si elles ne leur accordent pas d’importance en raison de leur jeune âge.  

 

Quelles différences sont constatées entre les indépendants et les employés?

S. L.-W.: Les employés sont trois fois plus nombreux que les indépendants à partir à la retraite un an avant l’âge légal. Il existe également de grandes différences entre les secteurs de l’économie. On enregistre le taux de départs à la retraite anticipée le plus élevé dans les secteurs financiers et des assurances, le plus bas dans le domaine des «arts, divertissements et autres prestations de service».

 

Quelles tendances observez-vous quant au nombre de personnes réduisant, dans un premier temps, leur taux d’occupation et qui bénéficient partiellement de la vie d’un retraité tout en continuant à exercer une activité lucrative accessoire?

S. L.-W.: Nous n’observons aucun changement radical. Depuis longtemps déjà, les personnes quittent le monde du travail entre 63 et 65 ans, en fonction de la façon dont est définie cette transition. Le temps partiel n’est pas encore très répandu auprès des employés plus âgés. Peu de règlements des caisses de pension ou directives internes des entreprises offrent des possibilités de transition souples. Il serait temps que ces règlements soient assouplis, ce qui serait tout à fait possible grâce à la digitalisation. Les statistiques sur l’emploi révèlent également que le taux d’occupation diminue à partir de 60 ans et que la part d’indépendants augmente. Cependant, pratiquement aucune analyse n’a été réalisée pour savoir si cette activité indépendante est réalisée dans le même secteur ou si certaines personnes se réorientent une fois qu’elles ont abandonné leur activité principale.

 

Les planificateurs financier de Raiffeisen prévoient que le départ à la retraite anticipé jouera bientôt un rôle plus important sur le marché du travail en raison des conséquences du coronavirus et afin d’éviter des licenciements. Est-il possible que les employeurs conseillent plus qu’auparavant à leurs employés de prendre une retraite anticipée?

S. L.-W.: Il est difficile d’évaluer les conséquences de la pandémie. Nous ne disposons pas encore de chiffres fiables. Ils seront exploitables au plus tôt l’année prochaine. Il faudra encore plus de temps avant de pouvoir établir un lien statistique entre les conséquences du coronavirus et les départs à la retraite anticipée. Cependant, lors de périodes de crise conjoncturelle, les retraites anticipées offrent des options d’économie de frais de personnel. Par contre, si l’économie se redresse rapidement, c’est la qualification qui reviendra au premier plan. 

Sabina Littmann-Wernli

Sabina Littmann-Wernli, responsable du service de recherche et évaluation à l’Office fédéral des assurances sociales.