Aventure de l'entrepreneuriat

«Qu'est-ce que le nouveau départ a changé dans ma vie?»

Imprimer

Les uns prennent un nouveau départ après un échec. D'autres se lancent parce qu'ils ont un rêve ou une idée à laquelle ils croient. Certains font table rase du passé, d'autres reconstruisent sur ce qui existe déjà. Mais tous ont le courage d'oser.
 

Six entrepreneuses et entrepreneurs nous expliquent leurs raisons pour un nouveau départ. Dans ces courtes vidéos, ils nous racontent leurs expériences fort diverses.

 

Un nouveau départ avec de nouvelles idées

Stefan Brunner, agriculteur à Spins (BE) près d'Aarberg procède différemment que son père dont il a repris la ferme en 2010. Il a converti ses 14 hectares à l'agriculture biologique et se diversifie. L'année dernière, il a insufflé un nouvel élan à son activité grâce à une idée novatrice et s'est donné un second souffle: «Je cherchais des possibilités afin de réduire ma dépendance vis-à-vis des gros distributeurs», explique-t-il. Devenu «Bionär», il cultive sur commande, par exemple dix sortes de concombres pour le chef d'un restaurant à la mode ou des haricots verts qu'il récoltera à un stade précoce pour un autre cuisinier de renom. De plus, l'agriculteur propose des légumes à un prix fixe, pour tout le monde. Convaincu par l’avenir du digital, il fait participer ses clients au développement de «leurs» légumes par l'intermédiaire d'une app.

 

Nouvelle orientation professionnelle

Juriste au sein d'un groupe international, Sofia de Meyer se préparait à une grande carrière. Pourtant, au bout de sept ans, elle a tout arrêté, expliquant qu'elle «voulait quelque chose de plus authentique». Elle crée alors des hébergements touristiques atypiques (Whitepod) en Valais dans l'idée de «passer des vacances en pleine nature sans la détruire». Il lui manquait juste les jus de fruits qui s'intégraient parfaitement à son concept de développement durable. Elle se met alors à bricoler avec des pommes, coings, betteraves dans sa cuisine. C'est ainsi qu'est née Opaline: des jus pressés frais à partir de fruits et légumes du Valais, fabriqués «avec un esprit axé sur les enjeux sociaux et écologiques» dans une usine fonctionnant à l'énergie solaire au cœur du Valais. Tous les agriculteurs, les producteurs, les collaborateurs et les partenaires commerciaux travaillant avec Opaline profitent de sa croissance et les bénéfices sont partagés.

 

Précédent
  • Sofia de Meyer
    Le nouveau départ de Sofia de Meyer répondait à un désir d'épanouissement personnel.
  • Pommes du Valais
    Elle produit en Valais, des jus pressés frais à partir de fruits et légumes du Valais.
  • Chaîne d'embouteillage d'Opaline
    Son but est de produire des boissons de haute qualité avec un esprit axé sur les enjeux sociaux et écologiques.
  • Assortiment de produits Opaline
    En 2017, Opaline a reçu le prix «Best for the World» pour ses méthodes entrepreneuriales responsables.
Suivant

     

    Echouer et se relever

    «Se relever chaque fois que l’on tombe», c’est ce qu’entend Alan Frei quand il dit  «Je fonctionne plutôt à l'américaine.» Ces 15 dernières années, il a en effet tenté les idées commerciales les plus folles et fait naufrage plus d'une fois, mais sans jamais couler. Pour l'instant, il a l'air de remonter la pente avec Amorana, la plateforme en ligne spécialisée dans les sextoys. La différence par rapport à avant? «Nous sommes super concentrés sur notre activité, nous ne faisons que ce qui est important pour la société et seulement lorsque nous disposons des ressources nécessaires.» Cet homme de 36 ans met donc en pratique ce qu'il a appris de ses précédents échecs. Son conseil pour les jeunes entrepreneurs? «Il faut se discipliner dès le début.»

     

    Nouveau départ par nécessité

    Que faire lorsque pratiquement plus rien ne va? Abandonner ou repartir à zéro? Rony Bieri a opté pour cette dernière solution et s'est présenté devant son conseil d'administration avec un concept pour mener la société Entlebucher Medienhaus, vieille de 104 ans, vers son avenir et non vers la faillite. Il a reçu le feu vert et a été nommé nouveau CEO. C'était en 2009. «Nous avons réussi à redresser l'entreprise et poursuivi la transformation digitale.» Aujourd'hui, la petite entreprise propose de nombreux services, du journal local à des sites Internet clés en main, en passant par des concepts marketing. D'après Rony Bieri, aujourd'hui, la PME est «en pleine forme et sans dettes». De plus, elle étend ses activités avec une start-up axée sur la réalité augmentée.

     

    Nouveau départ par passion

    Avant de devenir entrepreneur, Ronald Herculeijns dirigeait un groupe de luxe. Il y a quatre ans, il a créé le Swiss Alpine Fish avec un ami, dans l'intention d'élever des saumons dans notre pays. C'est ainsi qu'est né le premier élevage de saumons indoor, financé par les deux amis et une vingtaine d'autres investisseurs. L'installation offre à ces poissons migrateurs tout ce dont ils ont besoin pour se développer: éclore en eau douce, grandir en eau salée, se fortifier dans des bassins avec du courant. Le développement et la construction de l'installation ont englouti des millions, tout ne s'est pas déroulé comme prévu et deux augmentations de capital ont été nécessaires. Les deux pionniers sont dans la dernière ligne droite: leur première génération de saumons se développe comme ils le souhaitaient.

     

    Précédent
    • Saumons dans l'eau
      Ronald Herculeijns a tout de suite été séduit par l'idée d'élever du saumon en Suisse.
    • Bassin d'élevage
      Deux augmentations de capital ont été nécessaires pour achever la construction de la ferme à Lostallo dans le val Mesolcina, en raison de dommages et de retards dans les travaux.
    • Saumons suspendus pour la fumaison
      Ronald Herculeijns ne cache pas son ambition: produire chaque année 600 tonnes de saumon de l'Atlantique.
    • Saumon fumé prêt à la vente
      Le premier saumon suisse sera commercialisé au début de l'été 2018.
    Suivant

      Auteure: Iris Kuhn-Spogat
      Photos / vidéo: Anna-Tina Eberhard