La gestion de fortune: plus claire, plus simple

Manager Report 1er trimestre 2019

Après une fin d’année décevante en 2018, les marchés financiers ont enregistré un véritable rebond des cours au premier trimestre 2019. Malgré le récent ralentissement conjoncturel, la quasi-totalité des catégories de placement est en terrain positif depuis le début de l’année. Les bénéfices des entreprises ont encore affiché une évolution solide au cours de la dernière période sous revue – néanmoins, les entreprises se sont montrées plus prudentes quant aux perspectives.

 

Rapport du gestionnaire: un début d'année réussi

Cela recoupe nos estimations. Le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis reste irrésolu et le chaos du «Brexit» promet bien des déceptions. C'est pourquoi nous avons légèrement sous-pondéré les actions. En parallèle, l'environnement des taux bas continue à jouer en faveur d'une sous-pondération des obligations. Nous maintenons notre surpondération des placements alternatifs – en l'absence de relèvement des taux, le marché immobilier suisse devrait encore bien évoluer, tandis que l'or permet de diversifier le portefeuille.

Comparaison des catégories de placement

Comparaison des catégories de placement 1er trimestre 2019

Conjoncture: encore assombrie

Les dernières données conjoncturelles ont été le plus souvent décevantes. Après que la BCE a révisé les prévisions de croissance à la baisse pour la zone euro à la mi-mars, la banque centrale américaine table elle aussi sur un assombrissement des perspectives pour les Etats-Unis. Même si l’économie suisse n’a pas échappé au récent creux conjoncturel, elle ne risque toujours pas de tomber en récession.

 

Obligations: relèvement des taux encore différé

En mars, la Fed a confirmé son changement de cap monétaire et ne table sur aucun autre relèvement de taux pour 2019. Cela profite en particulier aux obligations à haut rendement et aux obligations des pays émergents. Comme les banques centrales ont encore différé le relèvement des taux d’intérêt, nous ne nous attendons pas à de fortes variations de taux au cours des prochains trimestres. C’est pourquoi les obligations font toujours partie d’un portefeuille diversifié, même dans un contexte de très faibles taux.

 

Actions: abstraction de la conjoncture morose

Les marchés financiers ont intégré une solution pacifique dans le cadre du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Néanmoins, nous pensons que les parties ne pourront s’accorder parfaitement et que les déceptions seront grandes. La dynamique bénéficiaire des entreprises devrait elle aussi s’essouffler en 2019 avec le ralentissement conjoncturel. Les facteurs de hausse des cours perdent donc en puissance.

Placements alternatifs: réduction de la production en

faveur du prix du pétrole

Comme les marchés des actions, le prix du pétrole ne connaît qu’une seule direction à la hausse depuis le début de l’année. Grâce au soutien de l’OPEP, les prix devraient prochainement se stabiliser au niveau actuel. L’application disciplinée de la baisse de la production convenue en décembre dernier devrait contribuer de manière significative à la hausse des prix, parallèlement à des facteurs techniques de marché.

 

Devises: dans des eaux calmes

Sur le marché monétaire, les fluctuations ont nettement diminué au cours des dernières semaines et des derniers mois. Le cours EUR/USD – une paire de monnaies en principe plutôt encline à fluctuer – n’évolue plus que dans une fourchette de 3% depuis début décembre et fait ainsi état de l’une des périodes les plus stables depuis l’introduction de la monnaie unique. Au vu de la prudence de la Fed, nous tablons sur une légère dépréciation du dollar par rapport au franc au cours des prochains mois. Par rapport à l’euro aussi, le franc devrait encore légèrement s’apprécier.