Interviews et témoignages sur le thème de la succession d'entreprise

Conseils pour la succession et transmission d'entreprise

Imprimer

Comment les repreneurs peuvent-ils financer l'achat d'une entreprise ? Que faut-il clarifier dans le cadre d'une succession ? Lisez nos dix conseils à ce sujet.

 

Les 4 conseils les plus importants en matière de succession d'entreprise

S'adresser tôt à un conseiller en succession Adressez-vous suffisamment tôt à des conseillers qui ont l'habitude de régler des successions. Dans la plupart des cas, il faut compter de trois à six mois entre la première prise de contact avec le vendeur, la signature du contrat et le traitement du prix d'achat.
Choisir une personne de confiance
Pendant la transaction de la succession, la collaboration avec le conseiller aux clientèles entreprises est intensive. Choisissez quelqu'un qui ait de l'expérience et qui s'intéresse à votre entreprise.
Adresser les bons documents à votre banque
Adressez les bons documents à la banque pour l'examen de crédit : business plan, bouclements des trois dernières années, chiffres renseignant sur la gestion interne et planification financière sur cinq ans. En supplément : évaluation de l'entreprise, ébauche de contrat de vente, CV et déclaration d'impôts de l'acquéreur.
Des garanties bancaires pour garantir le financement
Des garanties sont exigées dans le cadre de financements de succession. La banque fait mettre en gage les actions de la société exerçant une activité opérationnelle et celles de la holding d'acquisition. En fonction de la configuration, une consolidation est opérée au moyen d'une police d'assurance risque décès et/ou d'un cautionnement solidaire personnel.

 

Les 6 conseils les plus importants en matière de rachat d'une société

Disposer de fonds propres suffisants
Déterminez si vous disposez de fonds propres suffisants. En règle générale, le repreneur doit apporter au moins 25 % du prix de vente en fonds propres. Il est fréquent qu'une partie du prix d'achat (20 % par exemple) soit laissée en tant que prêt de vente de rang subordonné, pour augmenter les fonds propres économiques.
Justifier la capacité financière du financement
Justifiez la capacité financière du financement. Le conseiller aux clientèles entreprises évalue sa viabilité sur la base de la planification envoyée et des revenus réalisés par le passé. En général, la durée de crédit pour des financements de reprise est de cinq ans, sept ans au maximum.
Les futurs cash-flows sont-ils suffisamment stables? 
Acceptez la transaction seulement si l'évaluation de l'avenir de l'entreprise à reprendre est positive. De plus, il ne doit y avoir aucun investissement nécessaire cumulé. En d'autres termes, il faut présumer des futurs cash-flows disponibles les plus stables possibles.

Qu'est-ce que le cash-flow disponible ?
Le cash-flow disponible est le montant, sous forme de liquidités, qui sert pour les intérêts, les amortissements des capitaux tiers et les distributions aux bailleurs de capitaux propres, après avoir déduit les investissements nécessaires.
Veiller au transfert ordonné de l'activité 
Veillez au transfert ordonné de l'activité pour bien commencer le travail après l'achat. Dans l'idéal, vous pouvez inciter le vendeur à travailler pendant encore trois mois dans l'entreprise pour vous présenter aux clients et fournisseurs et vous initier aux processus.
Garantir le reporting dans le cadre de la reprise  
N'oubliez pas le reporting. Lors de reprises, la plupart du temps, la banque demande un reporting plus strict, à savoir des rapports trimestriels ou semestriels sur la marche des affaires. Après la reprise également, le contact entre la banque et les repreneurs reste très étroit.
Planifier de manière réaliste la croissance de l'entreprise
Prenez en compte de manière réaliste la croissance de l'entreprise reprise. En effet, les cash-flows disponibles générés sont utilisés avant tout pour amortir le financement de la reprise. Les fonds disponibles pour les investissements et les innovations sont alors nettement réduits, mais il y a quand même toujours des possibilités de croissance : par exemple, chez Stewi AG, il s'agit de l'expansion à l'étranger et de l'extension de la base clients en Suisse.