Interviews et témoignages sur le thème de la succession d'entreprise

Swissness renouvelée – Succession réussie chez Stewi AG

Imprimer

En Suisse, personne ne dit «séchoir à linge», mais Stewi. Son produit phare est devenu un nom à part entière, la marque étant ce qu'il y a de plus suisse. Toutefois, l'esprit autrefois si innovant des produits s'est perdu au fil des décennies.

Depuis février 2017, Stewi AG est dans les mains de nouveaux propriétaires. L'objectif des deux entrepreneurs: renouveler cette entreprise qui prenait de la poussière.

Des bâtiments industriels anonymes à l'extérieur; un Aldi juste à côté, et plus loin une station de lavage. A l'intérieur du siège de Stewi AG, on se croirait en plein milieu des années 70. Une timbreuse accrochée au mur, un panneau d'affichage indiquant la date, de la moquette sur le sol, des petits murs de verre séparant les pupitres et une machine de 1968 crachant des morceaux de plastique dans le couloir à côté.

Les successeurs: Lorenz M. Fäh et Stefan R. Ebnöther
Les successeurs: Lorenz M. Fäh et Stefan R. Ebnöther

Stewi AG respire le passé. Or c'est bien ce qui a attiré les nouveaux propriétaires. Lorenz M. Fäh nous explique: «Nous étions à la recherche d'un endroit où nous défouler et laisser des traces.» Quant au copropriétaire, Stefan R. Ebnöther: «C'est un voyage dans le temps, mais des plus palpitants!»

Qualité suisse – quasiment indestructible

Nous sommes assis dans l'ancien bureau du chef Walter Steiner. Jeune homme, il a fondé Stewi – STEiner WInterthour – en 1947. Son premier séchoir était fait de bois et de cordes de chanvre. La version en aluminium et dotée de cordes en plastique est celle qui a connu un franc succès. En 1962, il a inventé un séchoir pour l'intérieur. Très vite, toutes les femmes au foyer suisses avaient un Stewi à la maison. Le problème du produit: son excellente qualité suisse qui le rendait quasiment indestructible. Comment atteindre de nouveaux clients si le produit dure une éternité? Ainsi, Stewi, jadis à la pointe de l'innovation, a sombré peu à peu dans le déclin au fil des décennies.

Représentant de la communauté d'héritiers Rolf Steiner
Rolf Steiner

Il ne reste plus que 21 employés sur les 120 autrefois. Certes, Stewi faisait encore des bénéfices, «mais de moins en moins», avoue Rolf Steiner. A 63 ans, il s'est tourné vers nous et représente la communauté d'héritiers, composée des cinq enfants de Walter Steiner, dont Walter A. Steiner, qui a dirigé l'entreprise depuis la mort du patron en 2009. Pour Rolf Steiner, tout était clair: «Si nous voulions donner à Stewi AG l'opportunité de survivre, il nous fallait vendre.»

Le processus de cession a été fastidieux et intensif car les héritiers ayant chacun des intérêts différents. Martin Jeker, un conseiller à la clientèle entreprises expérimenté de Raiffeisen, a accompagné la transaction: «C'était l'une des transactions les plus exigeantes que j'aie pue accompagner jusqu'ici, mais finalement aussi l'une des plus réussie.» Les deux entrepreneurs Stefan R. Ebnöther et Lorenz M. Fäh avouent: « A certains moments, nous avons failli abandonner. Il faut une certaine persévérance pour un tel rachat.» Aujourd'hui tout le monde est d'accord: heureusement que tout a marché! Rolf Steiner est fasciné par ses successeurs, alors que les yeux de Stefan R. Ebnöther et de Lorenz M. Fäh se mettent à briller, quand ils parlent de leurs projets.

 

Se sentir mieux un peu plus chaque jour

Comment tout a commencé? «Comme d'habitude: à 7 heures du matin», répond Lorenz M. Fäh en riant. Ils ont pu stabiliser le bénéfice en Suisse au cours des premiers mois d'activité. Ils sont également prêts à conquérir l'étranger. Ils discutent des nouvelles technologies avec des hautes écoles spécialisées, investissent dans de nouveaux modèles et adaptent les anciens. «Nous devons prouver une fois de plus que Stewi est capable d'innover», explique Stefan R. Ebnöther. Il souhaite adapter les produits aux nouvelles formes de ménage, notamment aux célibataires.

Il a déjà créé le «Combi Mini» Stewi qui s'adapte à chaque baignoire. Certes, les nouveaux propriétaires n'entendent pas abandonner le lieu de production de Winterthour, mais ils souhaitent devenir davantage une manufacture. La cure de jeunesse porte ses fruits: Stewi AG crée de nouveaux emplois. «Nous nous sentons mieux un peu plus chaque jour», souligne Stefan R. Ebnöther.

 

Précédent
  • Le revirement est pour bientôt: Lorenz Fäh et Stefan Ebnöther veulent redonner à l'entreprise sa gloire passée.
    Le revirement est pour bientôt: Lorenz Fäh et Stefan Ebnöther veulent redonner à l'entreprise sa gloire passée.
  • Un séchoir Stewi comporte 193 pièces différentes, assemblées par un ouvrier.
    Un séchoir Stewi comporte 193 pièces différentes, assemblées par un ouvrier.
  • L'entreprise de tradition Stewi produit des séchoir depuis 1947.
    L'entreprise de tradition Stewi produit des séchoir depuis 1947.
Suivant

    Les nouveaux entrepreneurs nous guident à travers l'entreprise, nous présentent les employés qui travaillent ici depuis 37 ans. Ils nous expliquent comment se fait le mélange de plastique et qu'un séchoir Stewi est composé de 193 éléments. Au sous-sol. ils nous montrent la quincaillerie et la réserve. C'est ici, dans de grandes caisses en bois que sont conservés les vieux moules d'injection. «Une véritable mine d'or», s'enthousiasme Stefan R. Ebnöther. Peut-être que nous verrons la renaissance du fameux Party-Jack – un outil mi ouvre-boîte, mi tire-bouchon? «Tout est possible», conclut Stefan R. Ebnöther en riant.