Des entreprises et leurs histoires à succès

Petite histoire de la fermeture à glissière

Imprimer

Des brevets expirés, un entrepreneur saint-gallois fuyant les nazis et un atelier tessinois qui fait de la fermeture à glissière le dispositif indispensable que nous connaissons aujourd'hui. L'histoire de la fermeture à glissière à tout d'un roman policier!

Un enfant portant une veste à fermeture éclair.

Qu'y avait-il avant la fermeture à glissière? Eh bien, tout simplement – l'on peut dire – les vêtements étaient fermés par des lacets, des rubans ou des boutons. Pas étonnant donc que la fermeture à glissière ait connu cette ascension fulgurante. Mais qui l'a inventée? Impossible de nommer une seule personne; une chose est sûre: les Américains en ont eu l'idée, mais ce sont des Suisses qui en ont fait l'accessoire indispensable que nous connaissons aujourd'hui.

Brevet de la fermeture éclair originale
Brevet de la fermeture éclair originale

Dès le milieu du 19e siècle, plusieurs Américains se sont penchés sur une fermeture rapide et pratique pour les vêtements. Un premier concept est présenté à l'Exposition universelle de Chicago en 1893, mais on est encore loin d'une utilisation pratique. En 1911, deux chercheurs suisses déposent un brevet considéré comme celui de la fermeture à glissière classique. Ils restèrent longtemps incertains de la valeur de leur découverte et le brevet expira.

Un Saint-Gallois découvre le principe de la crémaillère …

Une année après, le Suédois Gideon Sundbäck, qui tâtonnait depuis longtemps à la fermeture à glissière, fait breveter une nouvelle invention. En Suisse, il cherche un acheteur pour son brevet n 99924 – et il le trouve en la personne du juriste saint-gallois Martin Othmar Winterhalter (1889 – 1961), qui en reconnaît immédiatement la valeur. Plusieurs versions nous sont parvenues de l'affaire; l'une d'elle raconte que le Suédois s'est fait avoir, n'obtenant qu'à peine quelques dizaines de milliers de francs. Toujours est-il que Winterhalter perfectionne le concept en y ajoutant le principe de la crémaillère – la fermeture à glissière moderne est née.

Riri est une marque synonyme de qualité

Winterhalter baptise son invention «Ri-Ri» (pour l'allemand «Rippe/Rinne») et débute la production en grande série, à Wuppertal et Halle-sur-Saale, en Allemagne. Bientôt, son usine emploie plus de 1'000 ouvriers travaillant à la chaîne; Winterhalter devient l'un des premiers entrepreneurs l'époque moderne. Chaque jour, dix kilomètres de fermeture à glissière sont confectionnés. 25 nouveaux brevets sont déjà déposés pour la fabrication mécanique. Trois ans plus tard, Riri s'implante au Luxembourg, à Milan et à Saint-Gall. En 1929, M. Winterhalter invente un nouveau procédé de moulage par injection, donnant ainsi naissance à un produit révolutionnaire. Des douzaines d'usines fabriquent la fermeture à glissière Riri sous licence dans le monde.
 

… et doit transférer clandestinement ses usines

Or voilà que s'annonce la Seconde guerre mondiale. En 1936, les autorités allemandes accusent Winterhalter de fraude fiscale et de trafic de devises, et veulent mettre son entreprise sous tutelle de l'État. Du jour au lendemain, Winterhalter déménage alors clandestinement en Suisse tout son parc de machines, pour l'installer à Mendrisio au Tessin, dans une ancienne fabrique de pâtes. À la fin de la guerre, la production d'armement avait causé une pénurie de métaux. C'est alors que Winterhalter invente la fermeture à glissière en plastique – un jalon important, car l'entreprise en détiendra pendant 18 ans le brevet. Riri règne sans partage sur le marché de la fermeture à glissière.

Mais dès les années 50, la concurrence bon marché d'autres régions du monde s'intensifie, ce qui entraîne une chute des ventes. Ce qui n'empêche pas Winterhalter de dilapider sa fortune, à tel point qu'en 1951, ses frères et sœurs le font interner dans une clinique psychiatrique! C'est là que le «roi de la fermeture à glissière» meurt dix ans plus tard, alors que son usine Riri fête son 25e anniversaire.

Aujourd'hui, le siège social de Riri SA est toujours à Mendrisio. La marque s'est toutefois repositionnée; elle ne table plus sur la production de masse, mais fournit en fermetures de haute qualité l'industrie du luxe, dont des maisons aussi prestigieuses que Prada ou Marc Jacobs. Lors des pics de production, les 350 salariés de Riri à Mendrisio produisent 70 kilomètres de fermetures à glissière par jour – le tout entièrement «Made in Switzerland».

Fermeture éclair d'une poche