Interviews et rapports d'expérience

«ISO 20022 constitue un premier pas vers l'intégration digitale du trafic des paiements des PME»

Imprimer

L'automatisation concerne et occupe considérablement les entreprises suisses, comme le démontre le relevé «Situation des PME 2017».

La migration future du trafic des paiements est l'un des projets de digitalisation les plus importants pour le secteur, explique Michael Mäder, responsable distribution du trafic des paiements pour la clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse.

 

Dans le cadre de la «Situation des PME 2017», des entreprises suisses ont été interrogées au sujet de leur relation par rapport à la digitalisation. 72% des entreprises interrogées ont affirmé travailler à au moins un produit digital en ce moment. Trouvez-vous ce taux élevé?

Je trouve ce taux assez réjouissant. Il montre à quel point les PME prennent ce thème au sérieux. Il est cependant judicieux de se demander ce que la digitalisation signifie pour elles. Prenons l'exemple de l'envoi d'une facture par e-mail. Celui-ci se passe de manière électronique. Toutefois, l'ensemble du processus, c'est-à-dire la facturation, le paiement et la comptabilisation, n'est pas encore digitalisé.

 

Le jour de référence de la migration du trafic des paiements vers le standard international de la norme ISO 20022 est le 30 juin 2018. Egalement un projet digital?

ISO 20022 permet de transporter considérablement plus d'informations. En combinaison avec la nouvelle facture QR et le nouveau processus pour les écritures au débit et les e-factures, ces trois initiatives forment la base d'un trafic de paiements sans rupture de médias. L'introduction de l'ISO 20022 constitue une étape importante vers l'intégration digitale du trafic des paiements des PME.

 

Les entreprises, selon la «Situation des PME», associent en premier lieu la digitalisation avec des termes tels que «bureau sans papier» ou «meilleure fidélisation des clients». Sont-ce là tous des avantages qui sont également dus à la migration du TP?

Absolument. La migration du trafic des paiements concerne les trois aspects nommés. L'utilisation systématique de l'IBAN empêche par exemple les erreurs. Et avec ISO 20022, le nombre important de procédés et formats différents est réduit. Tous deux sont clairement propices aux gains d'efficience. La nouvelle e-facture facilite et rend plus confortable la création, l'envoi et le paiement de factures électroniques.

 

Les PME interrogées ont avant tout associé la digitalisation à l'introduction de systèmes de paiement mobiles comme TWINT. En quoi est-ce que Mobile Payment a à voir avec ISO 20022?

ISO 20022 uniformise l'échange de données et les formats de virements correspondants. TWINT est un moyen de paiement mobile qui effectue en arrière-plan sur la base d'ISO 20022 des paiements issus d'un compte.

 

La migration du trafic des paiements est décrite comme projet à trois étapes. En quelle mesure les étapes dépendent-elles de la digitalisation?

Chacune de ces étapes, c'est-à-dire l'ISO 20022, la facture QR et le processus combiné d'e-factures et d'écritures au débit, se base sur la précédente et constitue un élément important de la digitalisation du trafic des paiements dans la chaîne de valeur d'une PME.

 

Est-ce que vous caractériseriez la migration du trafic des paiements comme un projet d'actualité qui offre aux PME un maximum de valeur ajoutée digitale?

Le trafic des paiements et la solvabilité constitue l'artère vitale de chaque entreprise. Si les nouveautés liées à «l'harmonisation du trafic des paiements Suisse» optimise les procédures des PME et les organise de manière fiable et durable, je suis certain que la valeur ajoutée digitale est énorme.

Michael Mäder, responsable Distribution du trafic des paiements de la clientèle entreprises
Michael Mäder, responsable Distribution du trafic des paiements de la clientèle entreprises

Michael Mäder, responsable Distribution du trafic des paiements de la clientèle entreprises, dirige une équipe spécialisée dans le conseil et l'accompagnement de la clientèle entreprises dans toute la Suisse sur le thème des liquidités et du trafic des paiements. Il travaille depuis 10 ans dans l'environnement des canaux électroniques et du trafic des paiements de Raiffeisen et, de par son passé, il possède de nombreuses connaissances en informatique et sur Internet ainsi que sur l'acquisition et l'assistance à la clientèle.