La gestion de fortune: plus claire, plus simple

Portfolio Manager Report

Une action de soutien des banques d'émission coordonnée au niveau mondial, un rapprochement dans le différend commercial et la perspective de mesures fiscales de soutien ont récemment renforcé la confiance en les marchés boursiers. Depuis le début de l'année, toutes les catégories de placement enregistrent une progression dans leur cotation.

Podcast 3eme trimestre 2019

 

Messages clés

Messages clés
  • La Fed et la BCE ont abaissé (à titre préventif) les taux directeurs – la BNS n'a cependant pas suivi le mouvement et continue à miser sur des interventions sur les marchés des changes.
  • La conjoncture se stabilise progressivement. La consommation soutient notamment l'économie.
  • Les actions européennes ont déjà largement intégré ce phénomène et devraient profiter d'une rotation au profit des actions «value». Nous améliorons le classement de cette région, qui est désormais «neutre».

  

Performance

Comparaison des catégories de placement 3eme trimestre 2019

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Suisse

 

Conjoncture

En ce qui concerne la conjoncture, nous apercevons la lumière au bout du tunnel. Les indices des directeurs d'achat semblent se stabiliser à un faible niveau et certaines données ont récemment surpris encore favorablement. Les légers signes d'apaisement du conflit commercial sont également positifs pour l'instant. Parallèlement, la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) ont de nouveau resserré leurs taux d'intérêt en septembre. Les acteurs sont de moins en moins d'accord en ce qui concerne le futur taux d'intérêt et les obstacles liés aux nouvelles mesures d'assouplissements semblent de plus en plus difficiles à franchir. L'évolution des intérêts devrait fortement dépendre des nouvelles données macroéconomiques et de l'évolution du conflit commercial. La Banque nationale suisse (BNS) n'a cependant pas suivi la tendance à la baisse des taux d'intérêt dans sa dernière évaluation de la politique monétaire. La pression sur le franc suisse s'est quelque peu relâchée ces derniers temps, de sorte que la BNS devrait pour l'instant s'en tenir à sa tactique d'intervention monétaire éprouvée. Pour autant, force est de constater que, compte tenu de la progression des taux d'intérêt négatifs, l'euro est devenu encore moins attractif. Le franc suisse devrait donc rester fort.

Rétrospective

Fait surprenant: malgré la faible conjoncture, les marchés des capitaux ont fortement évolué au cours des neuf derniers mois. A l'exception du marché monétaire, toutes les catégories de placement enregistrent une performance positive en francs suisses. Le marché des actions suisses arrive toujours en tête de liste depuis le début de l'année. L'or est cependant remonté considérablement au cours des derniers mois. Le métal jaune s'est avéré être l'un des plus grands bénéficiaires des taux d'intérêt toujours plus faibles, de cette économie atone et des incertitudes géopolitiques. Notre investissement actuel dans l'or est «neutre». Nous attribuons à l'or un potentiel de cours important à moyen terme, mais à court terme, la situation est tendue. Notre investissement dans les fonds immobiliers suisses est surpondéré. Ces fonds tirent également profit des taux bas, tandis que les rendements obligataires se sont nettement redressés récemment et pourraient encore augmenter si l'économie se stabilise. A long terme, les obligations resteront donc peu intéressantes, ce qui explique la chute continue des obligations des portefeuilles et leur «forte sous-pondération».

 

Perspectives

Un ralentissement économique sur un vaste front (régional) ne constitue toujours pas notre scénario de base. Nous nous attendons à ce que les taux de croissance de l'économie dominante, que sont les Etats-Unis, mais aussi ceux de la Suisse, soient plus faibles en 2019, tout en restant toutefois nettement positifs. L'économie ne s'est certes pas encore stabilisée en Europe, mais les actions ont largement intégré ce phénomène. Cependant, un raffermissement temporaire des rendements obligataires et la récente rotation des secteurs défensifs des actions et des titres de croissance au profit d'actions cycliques et favorablement valorisées plaident en faveur des actions européennes. Par conséquent, fin septembre, nous avons amélioré le classement de cette région, qui est désormais «neutre». En ce qui concerne le Japon, en revanche, nous tirons des bénéfices des dernières années positives et classons désormais cette région comme «légèrement sous-pondérée». En général, nos investissements en actions restent «neutres».

Podcast 2eme trimestre 2019

Podcast 1er trimestre 2019