Pack de soutien aux PME, à l'heure du coronavirus

Conséquences du confinement

Imprimer

Les mesures visant à endiguer la pandémie de Covid-19 ont plongé l'économie mondiale dans la crise la plus profonde depuis la Grande Dépression des années 30, entraînant une hausse sans précédent du chômage. Avec les premiers assouplissements du confinement, la Suisse entame son retour à la normalité.
 

Le confinement impacte les activités commerciales

L'exemple de la Chine montre que le chemin est long et ardu. Par crainte d'une deuxième vague de la maladie, beaucoup de personne n'ont pas encore repris leur vie sociale. De plus, le moral des consommateurs est assombri par la chute des revenus et la hausse du chômage.

La Suisse risque de connaître cette année une récession aussi violente qu'en 1975, lorsque la crise pétrolière a fait chuter le PIB de presque 7 %. Le confinement a particulièrement nui au secteur tertiaire. Il n'y a pas eu d'ordre de fermeture générale dans l'industrie; or à présent, la crise frappe de plein fouet le secteur manufacturier.

Indice PMI PME de Raiffeisen

Indice PMI PME de Raiffeisen

Comme l'indiquent les prévisions conjoncturelles, la persévérance s'impose

C'est ce que montre l'indice PMI PME de Raiffeisen, un sondage mensuel qui mesure l'état de santé des PME industrielles suisses. En avril, leur activité s'est fortement contractée. La demande étrangère est cruciale pour l'industrie exportatrice, or celle-ci s'est effondrée dans tous les marchés cibles de la Suisse et ne se redressera pas de sitôt, au regard du désarroi de l'économie mondiale. Il est donc beaucoup trop tôt pour se montrer rassurant.

La crise du coronavirus impactera vraisemblablement l'économie suisse pendant des mois, même si nous échappons à une deuxième vague d'infections.

Croissance de l'économie suisse (réelle, en  %)

Croissance de l'économie suisse (réelle, en %)

Domagoj Arapovic, Senior Economist chez Raiffeisen Suisse
Domagoj Arapovic, Senior Economist chez Raiffeisen Suisse

Domagoj Arapovic a étudié l'économie à l'Université de Zurich avant de travailler, de 2007 à 2012, dans les départements Economic Research et Gestion des risques de la Banque nationale suisse. Il est titulaire d'un diplôme de Chartered financial analyst depuis 2011 et travaille en tant qu'économiste senior chez Raiffeisen Suisse, depuis 2013.