Le Plastique – un problème pour l'homme et la nature

Le plastique – un problème pour l'homme et la nature

Imprimer

La pollution par le plastique, dont la lutte implique un changement de paradigme, est l'un des dangers majeurs pour notre environnement. Les entreprises qui établissent de manière proactive une gestion durable du plastique et misent au bon moment sur des solutions alternatives devraient se procurer des avantages concurrentiels.

 

Dommages écologiques et économiques dévastateurs

La manière désinvolte avec laquelle notre société de consommation gère son plastique risque de conduire l'homme et l'environnement au fiasco le plus total. Les «îles» géantes de déchets plastiques dans les océans ainsi que les animaux marins qui périssent à cause de la pollution plastique sont de plus en plus dénoncés dans les médias, mais ce n'est que la pointe de l'iceberg.

Les conséquences catastrophiques de la pollution par le plastique semblent certes avoir trouvé un certain écho dans l'opinion publique ces dernières années. Mais les milieux politiques tentent de contrer cette tendance de différentes manières, et nous sommes encore bien loin d'une gestion durable des déchets plastiques. Il suffit de penser aux gobelets à café en plastique de la cantine, aux emballages inutiles de nombreux aliments ou aux films alimentaires que nous utilisons dans nos propres cuisines.

Ces exemples illustrent les multiples possibilités d'utilisation du plastique et son gros avantage en tant que matériau de fabrication et de consommation. Pourtant, la résistance chimique généralement très élevée de tous ces plastiques comporte un risque sérieux, vu que le plastique reste des centaines d'années dans la nature si l'on ne prend pas garde à bien l'éliminer. La décomposition d'une ligne de pêche dure environ 600 ans, celle d'une bouteille de plastique 450 ans, tandis qu'il faut environ 50 ans à un gobelet en polystyrène pour se dégrader et 10 à 20 ans à un sachet en plastique pour disparaître sans laisser de traces.

Cette lente dégradation représente un immense risque pour l'homme et la nature. L'accumulation des déchets de plastique dans la mer entraîne souvent des blessures, voire la mort des animaux marins, dont celle d'espèces protégées comme la tortue de mer. Malheureusement, il n'est pas rare que le plastique atterrisse dans les différents océans à un moment ou un autre. D'après des calculs du WWF, 220'000 à 630'000 tonnes de plastique sont déversées dans la mer chaque année rien qu'en Europe, après la Chine, qui est le deuxième plus gros producteur de plastique du monde. Mais il n'y a pas que pour les animaux que le plastique est devenu un risque dans la nature. En effet, s'il prend la forme de microplastique, c'est-à-dire de particules d'un diamètre inférieur à cinq millimètres, le plastique entre dans la chaîne alimentaire et finit par être ingéré par l'homme. Les répercussions à long terme sur la santé ne font l'objet d'une recherche scientifique que depuis très peu de temps.

Enfin, la pollution par le plastique entraîne également des dommages économiques concrets. Les déchets se trouvant dans les océans coûtent environ 8 milliards de dollars par an dans le monde entier. D'après des estimations, la réparation des hélices de bateau dans lesquelles se prennent les «filets fantômes» ainsi que la remise en état des systèmes de refroidissement coûtent environ 280 millions de dollars par an à la navigation dans la zone Asie-Pacifique. Les coûts dus à la détérioration du matériel et des équipements de bateaux de pêche s'élèvent à plus de 60 millions d'euros par an. A cela s'ajoutent également les coûts difficilement chiffrables du secteur du tourisme. Les régions de l'Asie et du Pacifique estiment le montant des dommages à plus de 620 millions de dollars par an.

 

La production mondiale de plastique augmente rapidement

Production de plastique en millions de tonnes

Sources: PlasticsEurope, Raiffeisen Suisse Investment Advisory

La prise de conscience du problème du plastique a également fini par gagner les milieux économiques, et en particulier l'industrie. Le regard critique des consommateurs, la réglementation plus stricte et, enfin et surtout, la pression des bailleurs de fonds plus sensibilisés ont incité de nombreuses sociétés à revoir leur mode de pensée concernant l'utilisation du plastique. Un certain nombre d’industries réputées et spécialisées dans la fabrication de biens de consommation et d'emballages ont, par exemple, signé le «New Plastic Economy Contract» de la fondation Ellen MacArthur. Ce contrat prévoit entre autres que les matériaux d'emballage doivent pratiquement tous être réutilisables, recyclables ou compostables d'ici 2025.

Indépendamment du fait que les entreprises aient signé ce contrat ou non, ou qu'elles se tournent vers une économie plus durable des emballages et des matériaux en dehors d'un contexte obligatoire, ces changements de comportement montrent malgré tout qu'elles s'attaquent au mal par la racine. Car moins on introduit le plastique dans le circuit et plus on le recycle, plus on réduit la quantité de déchets improprement éliminés qui conduit à un désastre écologique.

En abandonnant la consommation (excessive) du plastique, ces entreprises ne contribuent pas uniquement à lutter de manière drastique contre la pollution environnementale. Elles se procurent également des avantages concurrentiels à moyen et long termes. En effet, vu que le taux de recyclage du plastique présente encore un gros potentiel d'amélioration et que les politiciens devraient promulguer des dispositions plus strictes dans ce domaine, l'utilisation de matériaux alternatifs dans les entreprises témoigne d'une vision entrepreneuriale à long terme.

 

Mise en œuvre: Certificat Tracker sur «Solactive Sustainable Plastic Economy Net Total Return Index»

Afin d'investir dans une économie du plastique durable, il est judicieux d'investir dans toute la chaîne de création de valeur. Le certificat recommandé «Open-End-Tracker» représente l'indice boursier «Solactive Sustainable Plastic Economy». Ces principales composantes sont des fabricants de biens de consommation qui souhaitent modifier leurs emballages, des fabricants de matériaux d'emballage alternatifs et des entreprises adoptant des méthodes de recyclage innovantes.

+  Opportunités                                                 

–  Risques

  • Les sociétés qui anticipent ces défis importants et proposent des solutions viables devraient plus particulièrement profiter de cette évolution.
  • Raiffeisen Suisse Investment Advisory vérifie et adapte périodiquement l'univers des actions, sachant que celui-ci évolue en permanence.                                                                                                                                                                                                                                                                                                     
  • Des solutions à court terme ne sont pas en vue. Une couverture médiatique qui change en permanence peut éventuellement reléguer ce problème environnemental au second plan.
  • Les investissements s'effectuent au niveau mondial et parfois dans des entreprises moyennement capitalisées. En plus des variations monétaires, il faut s'attendre à une plus grande fluctuation des cours.                                                                                                                                                                           
Produktinformationen

Informations sur les produits

 

Conseils personnalisés

Vous avez des questions ou souhaitez de plus amples informations sur ce thème de placement? Profitez vous aussi des offres remarquables de votre Banque Raiffeisen.

 

 

Les contenus ci-dessus sont destinés à des fins commerciales et d'informations. Vous trouverez de plus amples informations juridiques ici.