L'économie en temps de crise: ces questions préoccupent les entrepreneurs

Quatre questions et leurs réponses: comment les PME sortent-elles grandies de la crise?

Imprimer

Mon modèle d'affaires est-il vraiment orienté vers l'avenir et résistant aux crises? Cette question est aujourd'hui cruciale. Voici quelques éléments de réponse.

Sortez grandi-e de la crise

Imaginer des scénarios aide à se préparer à des changements rapides sur le marché et à s'y adapter.

Question 1: «J'ai provisoirement élargi mon modèle d'affaire, et souhaite à présent développer de nouveaux canaux et débouchés. Pour cela, je dois investir. Mais n'est-ce pas le mauvais moment?»

Bien au contraire! C'est justement l'occasion de se tourner vers l'avenir et remettre en question les habitudes. Quels secteurs sont-ils vraiment rentables? Quels nouveaux produits, marchés et segments de clientèle pourraient renforcer ma compétitivité à long terme? Investissez dès maintenant dans des idées et technologies novatrices. Parce que l'économie et le monde du travail évoluent rapidement, il est crucial d'anticiper et de façonner activement l'avenir. Profitez de l'accalmie actuelle dans les affaires courantes pour réfléchir à des ajustements structurels et organisationnels.

 

Question 2: «Il me faut des fonds supplémentaires pour réaliser des investissements urgents et développer mes canaux de vente digitaux. Puis-je obtenir pour cela un prêt de Raiffeisen?» 

Après examen de votre demande de crédit, nous serons heureux de vous aider. Le leasing constitue souvent une alternative judicieuse à l'achat de biens d'investissement: il vous permet de préserver votre trésorerie, tout en exploitant le matériel nécessaire sans délai.

 

Question 3: «Comment rendre mon entreprise plus résistante aux crises?»

Tournez votre regard vers l'avenir, et passez en revue différents scénarios, sans négliger «l'impensable». Construire des scénarios permet de se préparer ou s'adapter à des situations de marché en évolution rapide. La digitalisation omniprésente crée un canal de distribution supplémentaire, en cette période de confinement et de distanciation sociale. Par exemple, en fournissant des services à plus longue distance, vous deviendrez moins vulnérable aux évolutions des marchés.

 

«Imaginer des scénarios procure une longueur d'avance et des repères dans la "nouvelle normalité" à venir.»

Matthias Weibel, directeur du RCE

 

Question 4: «Qu'est-ce qui pourrait me rendre ma motivation, en ces temps de chômage partiel, d'endettement, de contraintes réglementaires et de manque de main-d'œuvre?» 

Il faut se rappeler que les PME suisses sont mises à rude épreuve tous les cinq à dix ans: crise financière, choc de l'euro, et maintenant le coronavirus. Il n'est pas évident de ressortir fortifié de telles crises. Or, pour les entreprises suisses en particulier, l'univers «VUCA» – Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity – n'est pas quelque chose d'inédit. En comparaison internationale, nos entreprises se distinguent depuis longtemps par leur productivité élevée et leur formidable capacité d'innovation. Et ça, c'est une source d'espoir. Par ailleurs, nous avons la chance d'avoir un Etat fort, qui a réagi rapidement et s'efforce d'atténuer l'effet des mesures sanitaires drastiques par des programmes d'aide économique immédiate.

 

3 conseils: croître

  1. Vérifiez: quels nouveaux produits et canaux de vente continuent de générer une plus-value même pendant le confinement?
  2. Restez présente: exploitez tous les canaux de communication, conventionnels ou avant-gardistes.
  3. Plus que jamais: perfectionnez davantage votre modèle d'affaires et investissez dans des concepts et technologies novateurs: cela vous rendra plus résilient-e.