Tout ce qu'il faut savoir sur le financement d'entreprise

Quatre termes d'un business case expliqués simplement

Imprimer

Cash-flow, escompte, avantages non pécuniaires, Total Cost of Ownership: ces notions sont essentielles pour établir un business case. Découvrez ce qu'elles signifient exactement et utilisez-les pour décider de la pertinence ou de la viabilité d'un nouveau projet.

 

Avantages non pécuniaires

Le rendement d'un investissement ne peut pas toujours être pleinement exprimé en chiffres. Exemples de tels avantages non pécuniaires: une plus grande satisfaction des collaborateurs ou des clients, des processus de travail plus fluides, ou un taux d'erreur moindre. Dans de tels cas, pour déterminer si un investissement en vaut la peine, les entrepreneurs doivent recourir à une alternative aux calculs classiques. Dans une analyse coûts-bénéfices, ils comparent les coûts aux bénéfices estimés, par exemple une réduction espérée des heures de travail. A des fins de comparabilité, l'avantage non pécuniaire est quantifié à l'aide de paramètres appropriés, et converti en montants – par exemple, les heures de travail économisées, au salaire horaire correspondant. Si les coûts et les bénéfices sont générés sur différentes périodes, les flux de coûts et de bénéfices sont escomptés (actualisés) afin de déterminer la valeur actuelle de l'investissement.

 

Cash-flow

Le cash-flow (flux de trésorerie) indique combien d'argent une entreprise a réellement généré au cours de l'exercice. Autrement dit: combien de liquidités, au total, sont entrées et sorties dans le cadre de l'exploitation. Contrairement au bénéfice, le cash-flow ne tient pas compte de postes dits «hors trésorerie», tels les amortissements ou les provisions. C'est donc l'un des indicateurs financiers les plus importants: il permet de tirer des conclusions fiables sur la solidité financière et la rentabilité d'une entreprise – bref, sur sa santé. Car en quelque sorte, la trésorerie est l'oxygène de toute entreprise. Si l'on soustrait les investissements du cash-flow, on obtient les flux de trésorerie disponibles, ou «free cash-flow»: les liquidités dont on peut librement disposer en fin d'année. Il existe deux méthodes pour calculer le cash-flow: avec la méthode directe, les flux sortants sont déduits des entrées. Avec la méthode indirecte, on part du bénéfice auquel on applique les amortissements et les provisions.

 

L'escompte

Combien valent aujourd'hui 10'000 francs que j'obtiendrai dans cinq ans? Pour le savoir, il faut les «escompter», ou les actualiser. Ce processus mathématique convertit des valeurs monétaires du futur au présent. C'est très utile, par exemple, pour évaluer un investissement, ou plus précisément les revenus nets que cet investissement est susceptible de générer dans le futur. En effet, les revenus que l'on obtiendra dans un avenir lointain valent moins que ceux qui nous seront versés dès demain par exemple – car ces derniers rapporteront des intérêts plus longtemps. L'escompte, ou l'actualisation, permet de calculer cet écart de valeur en comparant des montants qui surviennent à différents moments dans le temps. Pour obtenir la valeur actuelle, le montant en question est multiplié par le facteur d'actualisation qui, outre la durée temporelle, tient également compte de l'inflation. A l'inverse de l'escompte, l'accumulation des intérêts composés (ou capitalisation) permet de déterminer la valeur future d'un montant présent.

 

Total Cost of Ownership

Combien coûte vraiment un achat? L'analyse total cost of ownership (TCO) met au jour les coûts totaux d'un investissement (par exemple d'une machine ou d'un système informatique), c'est-à-dire tous les coûts sur l'ensemble du cycle de vie du bien. Outre les frais d'acquisition, cela comprend les dépenses liées à l'utilisation, à l'exploitation et à l'élimination, mais aussi les coûts indirects, résultant de baisses de productivité éventuelles. Toutes ces données doivent être déterminées ou estimées, en coopération avec les prestataires, les fournisseurs et des experts internes et externes. L'analyse TCO nécessite donc des efforts substantiels, mais elle peut faire économiser beaucoup d'argent à l'entreprise, par exemple en révélant les coûts cachés ou les facteurs de dépenses – et ce, en amont de l'investissement. Limitation de l'analyse TCO: les coûts ne peuvent pas toujours être clairement estimés ni attribués.