Stratégie sur devises

L'incertitude politique entraîne des fluctuations monétaires

Imprimer

Le franc fort, les fluctuations monétaires et la politique économique sont autant de facteurs qui peuvent exercer une influence sur les comptes annuels et le budget des entreprises suisses. Alexander Koch, économiste chez Raiffeisen Suisse, nous en explique les conséquences dans un entretien.

Interview avec Alexander Koch, responsable de la macrostratégie chez Raiffeisen Suisse

Janine Löpfe: Quelles répercussions a le franc fort sur les entreprises?

Alexander Koch: Tout dépend de l'activité de l'entreprise. Pour un fabricant qui veut vendre ses produits à l'étranger ou en Suisse par exemple, le franc fort représente un handicap par rapport à ses concurrents étrangers. En revanche, les commerçants qui importent des marchandises profitent de prix à l'importation plus bas. Il ne faut cependant pas limiter le commerce à ces deux situations. Dans les régions frontalières surtout, le négoce de détail souffre du fort tourisme d'achat.


J. L.: Quelles répercussions ont les fluctuations monétaires sur l'entreprise et ses comptes annuels, et sur le budget?

A. K.: Si les entreprises établissent leurs factures en francs suisses, cela n'a aucune conséquence en principe. Mais la facturation en francs suisses est rare, car les transactions sont facturées essentiellement en euros ou en dollars US. On ne peut alors pas savoir comment les fluctuations se répercuteront sur le résultat global en francs suisses, et les entreprises ne disposent donc pas d'une base de calcul solide. 

 

J. L.: Quels événements liés à la politique économique vont concerner les entreprises suisses en 2020, et quelles répercussions prévoyez-vous?

A. K.: En principe, ce seront les mêmes que cette année, à savoir avant tout le Brexit et le conflit commercial. Même si la situation semble actuellement se détendre, ce sujet continuera à nous occuper encore assez longtemps et freinera les investissements des entreprises dans le monde entier. Cela aura donc des répercussions négatives sur les pays exportateurs comme la Suisse.

 

J. L.: Selon vous, comment la politique économique peut-elle influer sur les devises, les taux de change et, en particulier, sur le franc suisse?

A. K.: Une nouvelle escalade des conflits commerciaux pourrait bien sûr susciter à nouveaux des inquiétudes conjoncturelles et donc une poussée du franc suisse. D'un autre côté, une détente pourrait apporter provisoirement une accalmie. La balance peut pencher dans un sens ou l'autre. Une chose est sûre: l'instabilité politique va continuer à entraîner des fluctuations des taux de change.

Alexander Koch, responsable de la macrostratégie chez Raiffeisen Suisse
Alexander Koch, responsable de la macrostratégie chez Raiffeisen Suisse

Alexander Koch a étudié l'économie politique dans les universités de Munich et de Southampton. Après une période de conseil en stratégie chez Roland Berger, il a commencé sa carrière dans le secteur bancaire chez UniCredit, dans les opérations avec la clientèle entreprises. Il a été amené ensuite à l'analyse des risques des pays, puis à l'Economic Research. En 2013, il est entré chez Raiffeisen Suisse pour assumer d'abord l'analyse du marché immobilier et est à présent responsable de l'analyse de la conjoncture et des taux.