Tout ce qu'il faut savoir sur le financement d'entreprise

La durabilité dans les affaires permet d'être compétitif

Imprimer

Appliquer les principes de durabilité dans les affaires est un facteur de succès stratégique pour les PME. Ainsi, on améliore non seulement sa capacité de crédit, mais on investit également dans la viabilité pérenne de son entreprise, explique Daniel Hollenstein, expert chez Raiffeisen.
 

Pourquoi est-ce crucial pour une PME suisse d'appliquer les principes de durabilité dans les affaires?

D.H.: Tout mode d'exploitation durable est un gage de compétitivité qui permet d'améliorer sa position sur le marché grâce à l'innovation et d'économiser les ressources – et donc de réduire les coûts. La durabilité contribue de manière significative à la prospérité d'une entreprise sur le long terme. En termes de réussite, elle n'est plus un simple «ornement» comme par le passé, mais désormais un véritable impératif stratégique. 

 

Réduire la durabilité à l'écologie est donc erroné?

Tout à fait. La durabilité dans les affaires comprend ces trois aspects: économique,  écologique et social. Ça fait longtemps qu'il ne suffit plus de mettre en vitrine quelques projets à vocation écologique. Bien au contraire: il convient de réfléchir assez tôt à la transmission de l'entreprise  pour assurer sa pérennité. Ou encore de développer et former en permanence les collaborateurs, afin qu'ils puissent s'adapter aux exigences de la digitalisation, par exemple. Une PME est durable si ces trois aspects sont intégrés, à parts égales, dans sa stratégie d'entreprise. D'ailleurs, on constate une évolution dans la façon de penser de la société toute entière.

 

Les PME suisses sont-elles suffisamment durables?

En termes de développement durable, nos PME sont bien positionnées à l'échelle internationale. La Suisse fait partie des pays les plus innovants: aucun  autre n'a déposé plus de brevets par habitant auprès de l'Office européen des  brevets (OEB) en 2018. Et l'innovation a beaucoup à voir avec le développement durable. Les nouveaux produits ou les solutions nouvelles renforcent la position concurrentielle, ce qui stimule les ventes et les marges. Un parfait exemple est l'entreprise «Oekosolve», lauréate du Prix Raiffeisen des Entrepreneurs de Suisse orientale. Ses filtres à poussières fines novateurs rendent le chauffage au bois nettement plus écologique. Pour ce produit prometteur, Oekosolve s'appuie notamment sur le progrès technologique qui offre de considérables opportunités économiques à notre pays: prenons, par exemple, nos normes d'isolation thermique élevées applicables  dans la construction, ou encore  l'utilisation déjà bien répandue des énergies  renouvelables.

 

La durabilité aide-t-elle à se financer?

Le fait d'appliquer avec succès les principes de durabilité dans les affaires permet d'améliorer la solvabilité, et donc, en principe aussi, la capacité d'endettement.  Mais la durabilité dans les affaires qui se reflète, par exemple, dans un personnel hautement qualifié et motivé, ou une planification anticipée de la transmission d'entreprise, a aussi une forte incidence positive sur la solvabilité. 

 

Qu'est-ce que cela veut dire concrètement?

Le mot d'ordre est en l'occurrence: «Faites le bien et parlez-en». Prenons l'exemple d'une machine-outil qui consomme deux fois moins d'électricité que l'ancienne, et qui permet en même temps de doubler le volume de production, tout en réduisant les déchets. Cette innovation atténue non seulement l'impact environnemental, mais réduit aussi sensiblement les coûts. En plus, c'est un facteur qui séduit les investisseurs. Un plan d'affaires mûrement réfléchi exprime tous ces aspects de durabilité de manière claire et transparente, ce qui renforce la relation de confiance entre le client et la banque. Le Raiffeisen Centre des Entrepreneurs (RCE), par exemple, aide les PME à établir des plans d'affaires convaincants.

 

Pour beaucoup d'entreprises, la durabilité est également associée aux investissements. Comment est-ce que Raiffeisen les assiste?

Pas besoin de «produits spéciaux» pour financer un investissement dans des projets durables. Comme pour d'autres projets d'expansion, on utilise la palette traditionnelle d'instruments de financement.  Evidemment, il faut vérifier au cas par cas quelle solution se prête le mieux à tel projet spécifique. Selon la situation, il peut être judicieux de choisir le leasing au lieu de financer entièrement l'investissement par un emprunt. Cela préserve les liquidités et accroît la prévisibilité financière. Ou encore, des participations tout au long de la chaîne de valeur suffisent souvent à financer un projet. Forte d'un vaste réseau de spécialistes, Raiffeisen propose une large gamme d'approches pour toutes les situations de financement possibles.

Daniel Hollenstein, responsable Clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse
Daniel Hollenstein, responsable Clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse

Daniel Hollenstein est responsable Clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse. Après des études en économie d'entreprise (HES), il a effectué diverses formations complémentaires, notamment un «Master of Advanced Studies in Finance» à l'Université de Berne.