Quel est le coût d’un chauffage à pellets?

Outre les systèmes de chauffage tels que les pompes à chaleur ou le chauffage à distance, les pellets sont également de plus en plus utilisés pour se chauffer. Contrairement au milieu des années 1990, où il n’existait pas encore de chauffage à pellets en Suisse, plus de 26’000 sont déjà en service aujourd’hui. Leur succès provient entre autres du fait qu’un chauffage à pellets peut être installé dans toutes les maisons.

Le chauffage au bois local ne pollue guère. En effet, le bilan s'équilibre entre le CO2 émis par la combustion du bois et les nouveaux arbres qui poussent en forêt. Les voies d'approvisionnement courtes pour les bûches, les copeaux de bois et les pellets des environs constituent par ailleurs des solutions exemplaires sur le plan énergétique. En optant pour des produits modernes et de haute qualité, de même qu'en veillant à effectuer les réglages adéquats, il est possible de réduire considérablement la pollution atmosphérique liée à l'oxyde d'azote et aux particules fines.

Un chauffage à pellets implique des coûts d'investissement élevés, mais son fonctionnement est très économique et écologique. Les chauffages à pellets peuvent généralement être installés sans modification de la structure du bâtiment et offrent également de bonnes possibilités de combinaison avec les énergies renouvelables. Un chauffage à pellets est idéalement complété, par exemple, par des capteurs solaires pour la production d'eau chaude.

 

Comparaison des coûts du chauffage au bois ou à pellets

La famille T. habite à Genève dans une maison de 350 m2 chauffée actuellement au fioul et consomme 5’250 litres par an. Elle s’est renseignée auprès d’un voisin qui se chauffe aux pellets. Elle aimerait étudier cette option pour sa maison. 

Système de chauffage Coûts d’investissement uniques Coûts énergétiques et frais d’exploitation par an Coûts totaux sur 20 ans Economie financière par rapport à des systèmes fossiles
Mazout CHF 20'000 CHF 6'883 CHF 157'658  
Granulés de bois CHF 40'000 CHF 4'381 CHF 127'628 20%

 

Pour quelles maisons ce genre de système de chauffage est-il adapté? 

Les chauffages à pellets fonctionnent de manière entièrement automatique et sont économiques. Les poêles à pellets ou les chaudières à bûches automatiques sont particulièrement indiqués pour les maisons individuelles et les maisons jumelées.

Pour le stockage des pellets, il existe des silos prêts à l’emploi, des silos à plancher oblique ou des cuves enterrées. Si une maison individuelle consommait jusqu’à présent 3’000 litres de mazout par an, son besoin en pellets pour une année sera d’environ douze mètres cubes ou d’un espace de cinq mètres carrés. Pour évaluer la dimension du lieu de stockage et du chauffage, il existe deux règles de base: si le bâtiment utilisait auparavant un chauffage à mazout, on peut doubler le nombre de litres de mazout consommés. On obtient ainsi le nombre de kilos de pellets nécessaires pour une année. Si l’on multiplie par deux les tonnes de pellets nécessaires pour une année, on obtient l’espace à réserver pour le stock de pellets en mètres cubes et la taille du chauffage en kilowatts.

L’entretien est comparable à celui d’un chauffage à mazout. Pour un fonctionnement optimal, ce dernier doit être effectué par un ramoneur une à deux fois par an. Le ramoneur ou le livreur de pellets récupère la cendre des pellets. Le propriétaire peut également la jeter lui-même dans les ordures ménagères. Pour une maison individuelle, il est nécessaire de le faire une à deux fois par saison de chauffe.

 

Regardez la vidéo de proPellets.ch pour découvrir les avantages du chauffage à pellets par rapport aux systèmes de chauffage à combustibles fossiles :

Les experts en conseil incitatif «chauffez renouvelable» vous indiquent quel est le meilleur moyen pour installer un chauffage à pellets dans votre maison. De plus, en faisant établir un CECB® Plus, vous apprenez quelles mesures de rénovation énergétique vous devez prendre pour améliorer votre logement. Avec une meilleure isolation et des fenêtres plus étanches, vous pourriez par exemple économiser jusqu’à 60% des frais de chauffage. Une vue d’ensemble globale permet d’éviter des travaux inutiles et peu efficaces.

En les planifiant suffisamment tôt, vous réunissez les conditions financières pour pouvoir effectuer de plus gros investissements. En effet, une stratégie énergétique et l’installation de systèmes fonctionnant aux énergies renouvelables entraînent souvent des investissements de départ très élevés, qui ne sont souvent pas effectués. La solution est de ne pas réagir au moment où le chauffage tombe en panne, mais de demander l’avis d’un expert en amont, qui évaluera l’état de toutes les parties du logement et établira une planification de renouvellement à long terme. Les mesures de rénovation pourront alors être prises à temps et financées à l’aide des différentes solutions qui se présenteront à ce moment-là. Il n’est pas forcément nécessaire de prendre un crédit. Une autre solution est d’épargner sur le long terme, de faire des économies d’impôts et de demander des subventions.