«298 tonnes de CO2: cela fait froid dans le dos»

À Lucerne, les grands immeubles locatifs du quartier d’Eichenstrasse ont été chauffés à l’énergie fossile pendant 45 ans. Alors que le chauffage au mazout nécessitait d’importants travaux d’assainissement, le chauffage à distance de l’UIOM de Perlen s’est avéré être la solution de remplacement idéale. Le passage à un chauffage pauvre en CO2 a été facile pour toutes les parties concernées et personne ne souhaite revenir en arrière, explique le retraité Alois Kiser, en charge du projet de chauffage.

Alois Kiser vit avec son épouse dans un appartement ensoleillé de Reussbühl, un bel endroit situé en périphérie de Lucerne. Pour lui, être à la retraite ne signifie pas du tout le repos. Son crédo, c’est le bonheur des autres. Il y a tout juste deux ans, lorsqu’il a fallu rénover le chauffage des bâtiments de la Eichenstrasse 16 – 22, c’est lui qui a assumé la responsabilité du projet. « Depuis le dernier grand assainissement de 1998, nous avions toujours le même chauffage au mazout dans la cave. En 2018, le temps était venu de le remplacer définitivement », explique Alois Kiser, qui a pris en main la direction du projet en tant que gestionnaire du chauffage.

 

Faits concernant le projet

  • Système initial de production de chaleur: chauffage au mazout
  • Nouveau système de production de chaleur: chauffage à distance (UIOM de Perlen)
  • Économie de CO2: 298 tonnes par an (selon la perspective de la loi sur le CO2)
  • Nombre de bâtiments/logements: 4/88
  • Surface de référence énergétique: 9283 m2
  • Besoins en chaleur annuels estimés: 875 000 kWh
  • Coûts globaux bruts du projet: CHF 272 040.-
  • Contributions: subvention de la Ville de Lucerne (CHF 95 054.-), fonds de rénovation (CHF 45 000.-)
  • Coûts globaux nets: CHF 131 986.-
  • Durée du projet: près de trois ans se sont écoulés entre la décision prise par les propriétaires d’étage et la mise en service.

 

Précédent
  • La production de chaleur dans les immeubles locatifs est garantie par le chauffage urbain.
  • Comme le chauffage au mazout devait à nouveau subir une rénovation majeure, le chauffage urbain de l’incinérateur de Perlen offrait la solution de remplacement idéale.
Suivant

    Vote à l'unanimité en faveur des avantages du chauffage à distance

    Une majorité des deux tiers était nécessaire pour décider du remplacement du chauffage. A-t-il fallu faire preuve de persuasion pour convaincre les autres propriétaires? « Absolument pas », répond Alois Kiser, « les arguments en faveur d’un remplacement étaient solides. J’étais partagé au début, car le chauffage au mazout fonctionnait bien, mais je sentais qu’une alternative respectueuse du climat serait la bonne solution. »

    Le résultat fourni par un calculateur des coûts et de la consommation du chauffage a été le déclic. « Lorsque j’ai vu que le chauffage de nos immeubles collectifs générait à lui seul 298 tonnes de CO2 par an, cela m’a fait froid dans le dos. » Les 88 propriétaires par étage étaient d’accord à l’unanimité et ont rapidement convenu que le chauffage fossile devait laisser place à un chauffage renouvelable.

    Collaboration avec ewl et subventions importantes

    Le raccordement du quartier au nouveau réseau de chauffage à distance d’ewl energie wasser luzern a largement contribué à la décision. Le réseau utilise de la chaleur à distance produite à partir des rejets thermiques de l’usine d’incinération des ordures ménagères Renergia de Perlen. Après s’être entretenu avec ewl, Alois Kiser s’est aperçu qu’un raccordement valait la peine du point de vue énergétique, écologique mais aussi financier, car les propriétaires de logement pouvaient bénéficier d’importantes subventions versées par la Ville de Lucerne dans le cadre du remplacement de l’installation de chauffage.

     

     

     

    «S’il y a du chauffage urbain dans votre région, il faut impérativement s’y raccorder.»

     

    Alois Kiser, copropriétaire

    Alois Kiser

    Un remplacement de chauffage sans accroc et une nouvelle solution pour l'eau chaude

    Les travaux de transformation effectués dans le local de chauffage situé au sous-sol de l’immeuble 18 se sont parfaitement déroulés. Les installateurs ont démonté le chauffage au mazout hors d’usage le 17 août et le nouveau chauffage à distance a pu être mis en service dès le 4 septembre pour les quatre immeubles locatifs et le jardin d’enfants. Mais Alois Kiser a été encore plus loin: «Quand je fais quelque chose, je le fais bien.» Fidèle à sa devise, il a augmenté la capacité des réservoirs d’eau chaude de 2000 à 6000 litres, garantissant ainsi l’approvisionnement en eau chaude avec ce nouveau système de chauffage. «Nous sommes désormais tranquilles pour les prochaines décennies», estime-t-il tout en préconisant la chose suivante: «Si vous avez un chauffage à distance à proximité de chez vous, vous devez absolument vous y raccorder.»

    Soutien apporté par votre Banque Raiffeisen

    Quand on a une vue d’ensemble, on peut évaluer l’investissement nécessaire et, sur cette base, établir avec la banque une planification financière optimale pour la mise en œuvre. Faut-il effectuer un retrait depuis la caisse de pension? Les fonds nécessaires doivent-ils être épargnés préalablement? L’augmentation de l’hypothèque est-elle une solution envisageable? Votre banque principale vous présentera volontiers les possibilités concrètes qui s’offrent à vous.