Meilleure transformation 2018: les gagnants

Le Prix de la «Meilleure transformation 2018» livre des exemples représentatifs de rénovations, d'assainissements et de transformations d'immeuble pour les adapter à des besoins particuliers, à l'avant-garde des possibilités techniques contemporaines. Laissez-vous inspirer par ces projets remarquables!

 

 

Lors de la dernière édition du salon professionnel Swissbau, le magazine «Umbauen + Renovieren» a décerné pour la septième fois son Prix d'architecture pour la «Meilleure transformation». Celui-ci privilégie les projets qui se démarquent de par leur qualité architecturale, le traitement du bâti existant, la durabilité du concept spatial et énergétique, l'intégration dans l'environnement donné, la qualité de l'aménagement intérieur et de l'habitat, et l'innovation des procédés de construction. Ce concours est ouvert aux architectes ayant travaillé sur des immeubles d'habitation privés entre 2014 et 2017, en Suisse ou au Liechtenstein. Parmi les 93 dossiers répondant aux exigences formelles du concours, douze projets ont été présélectionnés par un jury de cinq personnes.

L'édition de cette année comportait une nouveauté. Deux projets très différents ont séduit le jury et se partagent donc le prix de 10'000 francs: la transformation et l'agrandissement d'une maison citadine à Bâle, œuvre de sabarchitekten, et la transformation d'une maison rurale sise près du lac de Zurich, par Käferstein & Meister Architectes. Le premier projet est un bon exemple de densification dans le contexte urbain, et le second de mise en valeur contemporaine du paysage rural.  

 

 

Prix du jury et Prix spécial Energie

Transformation et agrandissement d'une maison citadine (sabarchitekten, Bâle; aujourd'hui: Salathé Architectes et Reuter Architectes, Bâle)

Année de construction: 1872

Années de rénovation: 2015-2016

Dans ce projet, le jury a tenu à récompenser le traitement respectueux du bâti existant et l'ajout très réussi d'un étage supplémentaire. Ce projet est un excellent exemple de densification urbaine, fidèle à l'héritage historique. Les appartements simples des deux étages inférieurs, qui disposaient de pièces bien proportionnées, sont équipés de nouvelles cuisines et salles de bain. Les matériaux anciens ont été mis à nu et restaurés autant que possible. Surélevée, la maisonnette de ville allie l'ancien et le neuf dans un ensemble aéré, où des matériaux simples viennent compléter la structure historique. La surélévation consiste en une construction en bois plâtrée, qui se fond dans le bâtiment d’origine: les nouvelles fenêtres reprennent en effet la géométrie des façades existantes et des murs historiques. 

En outre, l'efficacité énergétique et l'économie des ressources, à la fois judicieuses et pragmatiques, ne se sont pas faites au détriment de l'esthétique architecturale. Aussi, le cabinet sabarchitekten s'est également vu octroyer le Prix spécial Energie, doté de 5'000 francs. L'efficacité énergétique du bâti existant a été améliorée discrètement, notamment par l'isolation de certaines parties et le doublage des fenêtres, tandis que l'étage ajouté résout efficacement le problème du toit vétuste, en améliorant nettement le bilan énergétique du bâtiment. Le chauffage provient à présent du réseau municipal. Le système de distribution a été en grande partie préservé, quoique modernisé et agrandi.

Photos: Michael Fontana, Bâle

Architectes: https://www.salathearchitekten.ch et http://www.reuter-architekten.ch

 

 

Prix du jury

Rénovation d'une maison rurale (Käferstein & Meister Architectes, Zurich)

Année de construction: 1924

Année de rénovation: 2016

Cette maison rurale en bordure du lac Zurich comprend une partie résidentielle, à laquelle sont accolées une étable et une grange, ainsi qu’un toit en longueur avec un vaste surplomb du côté de la grange. Pour dégager les lieux, Käferstein & Meister ont supprimé les annexes et ajouts accumulés au fil des décennies. Le bâtiment peut ainsi déployer toute sa majesté d'origine. Si les modifications extérieures restent très discrètes, le réagencement intérieur joue avec les éléments structuraux, créant des pièces aux dimensions très variées et un double accès extérieur, qui lui confère son caractère unique. Le grand espace cuisine et salle à manger s'étale sur deux niveaux, tandis que les salles plus compactes du premier étage présentent de nombreux axes visuels, et les salles du grenier s'élèvent jusqu'au faîtage.

Le jury a trouvé le résultat plein d'esprit et de poésie, sans que la qualité de l'aménagement n’en soit négligée. L'ancienne maison de ferme a subi un traitement perfectionniste et de très haute qualité, jusque dans les moindres détails. Bien que l'intérieur soit désormais luxueux, l'ensemble préserve son caractère rural, grâce notamment à la subtilité des interventions extérieures et à l'intégration d'éléments de ferme originaux.

Photos: Jürgen Beck

Architectes: http://www.kaefersteinmeister.ch/km

 

 

 

Prix du public

Transformation d'une maison en terrasse (Diethelm & Spillmann, Zurich)

Années de construction: 1959-1960

Années de rénovation: 2015-2016

Cette année, le projet lauréat de ce Prix de 5'000 francs est particulièrement réjouissant. Il s'agit en effet d'une architecture qui n'est pas encore très populaire parmi la population suisse, mais qui intéresse de plus en plus les acteurs du secteur. Le cabinet Diethelm & Spiellmann a travaillé sur une partie de ce qui, en 1959-1960, était la première maison en terrasse de la ville de Zurich.

La maison-terrasse a été construite d'après les plans de Cramer, Jaray & Paillard. Les architectes y ont logé un atelier, transformé en un logement en 1969, suite à la fermeture de la galerie. Dans le cadre d'une remise en état, le bâtiment a fait l'objet d'une nouvelle rénovation, visant à restaurer le concept d'origine. Les architectes ont à nouveau supprimé les pièces au-dessus de la galerie, et rouvert l'espace vers le niveau du dessous. Ils ont repoussé la cuisine vers le séjour et ont installé, à la place de l'ancienne cuisine où se trouvait autrefois une salle de réunion, une nouvelle salle de bain. Pour le mur arrière de la cuisine, ils ont repris les briques apparentes des murs démolis. Comme la maison-terrasse figure dans l'inventaire des bâtiments au patrimoine, tous les travaux ont été réalisés en concertation avec l’office de conservation des monuments.

Photos: Lucas Peters

Architectes: https://www.dsarch.ch

 

 

 

 

Mention spéciale

Transformation d'un immeuble d'habitation (Wülser Bechtel Architectes, Zurich)

Année de construction: 1931

Année de rénovation: 2017

La stratégie choisie par Wülser Bechtel Architectes pour transformer cet immeuble d'habitation de 1931 à Brugg-Windisch (AG) lui a valu une «mention spéciale» du jury. Cette maison nécessitait de vastes travaux de rénovation, avec ses deux petits logements collectifs et sa mansarde. Elle a été transformée pour héberger une jeune famille. Ce projet se démarque par le traitement doublement radical de la structure existante: d'une part le caractère direct de la rupture, d'autre part la préservation sans compromis des éléments existants. La renonciation volontaire aux mesures d'uniformisation a permis de conserver les caractéristiques d'origine. Ainsi, on a gardé certains revêtements de sol datant de 1931. Les éléments brisés ou endommagés ont simplement été comblés avec du ciment. Des traces des poutres ou murs démolis restent apparentes, pour créer une atmosphère particulière. Le cloisonnement d'origine a été éliminé pour ouvrir l'espace sur les trois niveaux. Les deux nouvelles lucarnes baignent l'intérieur de lumière.

Photos: Nicolaj Bechtel

Architectes: http://www.wuelserbechtel.ch

 

 

 

Meilleure transformation 2018: les autres projets nominés

Rénovation et agrandissement d'une maison de vacances (Althaus Architectes, Berne)

Année de construction: 1946

Année de rénovation: 2016

Cette maison de vacances, édifiée par l'architecte bernois Willi Althaus à Scharnachtal (BE), traite le thème du chalet de montagne traditionnel avec luminosité et une légèreté moderne. Pour être habitable toute l'année, la maison a été rénovée, et complétée sur sa face nord par une aile comportant deux chambres. La zone de service centrale, qui en résulte, libère de la place pour la nouvelle salle de bain et deux espaces de rangement. Le séjour reste identique mais prend une nouvelle dimension, avec son ouverture vers la cuisine. Dans la tradition des immeubles d'habitation ruraux, l'îlot central en pierre avec poêle en stéatite réunit en un seul élément cuisine et chauffage. Le bois des alentours sert à chauffer les pièces, les collecteurs solaires réchauffent l'eau et la pompe à chaleur intervient au besoin. La stéatite est également utilisée pour le sol de la cuisine et de la salle de bain, tandis que les nouveaux murs, rappelant l'ancien lambris en épicéa, sont revêtus de panneaux en bois massif.

Photos: Alexander Gempeler

Architectes: https://www.althaus-architekten.ch

 

 

 

Rénovation d'une maison d'habitation (Buchner Bründler Architectes, Bâle)

Année de construction: 1967

Année de rénovation: 2016

Réalisée par Justus Dahinden, cette construction à Greifensee (ZH) comprend de nombreux volumes impressionnants et des ambiances lumineuses variées. Dans la cuisine et la salle de bain, cette maison pourtant spacieuse était divisée en petits compartiments, qui ont été supprimés pour former plusieurs grandes pièces. Des vitrages jusqu'au plafond apportent plus de lumière à la cuisine et à la chambre et une plus grande ouverture sur l'extérieur, comme c'était déjà le cas dans le séjour. L’aménagement intérieur original comprend des briques apparentes et des lambris. Les nouveaux revêtements en céramique, sur les murs et les plafonds de la cuisine et de la salle de bain, renversent le principe des carreaux horizontaux. Comme à l’origine, les armoires intégrées sont en bois. Le nouveau sol en béton poli teint en noir crée une base calme, pour les pièces riches en formes et en matières.

Photos: Ruedi Walti

 

 

 

Rénovation et restauration d'une maison d'habitation (Christ & Gantenbein, Bâle, et Sven Richter Architect, Bâle))

Année de construction: 1929

Années de rénovation: 2013-2014

Cette villa est une variante de la maison préfabriquée que Lux Guyer a initialement édifiée à Küsnacht (ZH) et conçue pour l'Exposition nationale suisse du travail féminin (en allemand SAFFA) de 1928, soit un prototype de «Reformhaus» moderne, aujourd’hui complété par des pièces supplémentaires. Grâce aux volumes généreux et aux chambres bien proportionnées, la qualité de l'habitat est élevée, malgré la sobriété du plan de base. Dans le cadre de sa rénovation complète, les architectes ont reconstitué les détails et les structures spatiales en s'appuyant sur les plans originaux et sur des photos. Ils ont mis à nu les couleurs et matériaux et, au besoin, les ont restaurés. Des mesures ingénieuses ont permis d'améliorer sensiblement l'efficacité énergétique du bâtiment, sans nuire à ses qualités architecturales. Ce projet répondant aux règles de l'art en matière de protection du patrimoine prouve que les configurations spatiales d'autrefois ne sont pas incompatibles avec l'habitat moderne.

Photos: Christian Kahl, Walter Mair

Architectes: http://www.christgantenbein.com

 

 

 

 

Rénovation d'une maison d'habitation (Krähenbühl Architectes, Davos)

Année de construction: partie la plus ancienne: XVIIe siècle ; 1ère rénovation autour de 1850; ajout en 1995

Années de rénovation: 2014-2015

Située à Davos Clavadel (GR), cette bâtisse est un important témoin de l'histoire du développement de Davos. La ferme «de Wals» du XVIIe siècle a été rénovée pendant l’âge d’or des établissements de cure et sanatoriums, au XIXe siècle, où elle a reçu ses colombages, son toit plat et son balcon typique sur la face sud. Une extension sur la face nord a suivi en 1995. Les derniers travaux de rénovation ont mis en valeur les éléments d'origine de la maison. Pour répondre aux exigences actuelles en matière d'enveloppe, il a fallu isoler et rénover sols, plafonds, toit et fenêtres. Les architectes ont opté pour une nouvelle façade extérieure isolée, car le coffrage en bois peint n'était plus réutilisable. La façade a été conçue sur le modèle de l'ancienne, afin de ne pas altérer le caractère propre de l’objet.

Photos: Ralph Feiner

Architectes: https://kraehenbuehlarch.ch

 

 

 

Transformation d'une maison de vacances en maison d'habitation (lilitt bollinger studio, Bâle)

Année de construction: 1860; convertie en maison de vacances en 1986

Année de rénovation: 2016

Dans ce projet de rénovation à Obstalden (GL), la finalité initiale de la bâtisse jouait un rôle important. Utilisée comme maison de vacances depuis les années 1980, elle servait initialement d'étable avec grange. L'architecte a repris ses caractéristiques d'origine et choisi un agencement intérieur typique pour cette fonction, en créant un grand espace ouvert autour d'un îlot central en bois intégrant le palier, une salle de bain, un cagibi et un coin lecture. La cuisine, la salle à manger et le séjour, ainsi que la salle de jeux et les espaces bureaux, sont répartis tout autour de ce centre rond. Au premier étage, la galerie dessert les chambres. L'ouverture de la façade nord et la transformation de l'ancienne porte de grange en baie vitrée pleine hauteur offrent un panorama spectaculaire sur le lac et la montagne.

Photos: Mark Niedermann

 

 

Transformation d'une grange-étable (architecte Michael Hemmi, Haldenstein)

Année de construction: vers 1850

Années de rénovation: 2014-2015

Cette ancienne petite grange-étable abandonnée est située au sud du village de Vignogn (GR) et fait partie intégrante du paysage local. L'étable est faite en partie en maçonnerie, en partie en bois équarri; le grenier à foin qui la surmonte est orné de poutres cylindriques espacées. Pour transformer la bâtisse en maison de vacances, les architectes ont cherché à préserver le caractère brut et archaïque de la construction. Ainsi, l'enveloppe caractéristique est restée quasi inchangée. Elle sertit désormais une nouvelle unité autonome, comme une ossature extérieure. L'espace s'articule autour de la structure de la grange. Cela permet d'éviter autant que possible les ouvertures dans la nouvelle enveloppe, qui constitueraient des points faibles sur le plan thermique. Les architectes ont résolument renoncé aux contrastes entre l'ancien et le nouveau à l'intérieur.

Photos: Benedikt Redmann

Architectes: http://www.michaelhemmi.ch

 

 

 

Rénovation et expansion d'une maison d'angle (architecte Oliver Brandenberger, Bâle)

Année de construction: 1913

Année de rénovation: 2016

La rénovation et l’agrandissement de cette maison d'angle, créée en 1913 dans une rangée d’habitations destinées aux ouvriers de L. & C. Arnold, usine de fabrication de mobilier en fer à Pratteln (BL), répond aux besoins actuels des nouveaux résidents. Les interventions nécessaires à la rénovation se ressentent sur le plan structurel, définissant un nouvel espace de vie qui intègre le caractère original de la modeste maison. La forme de l'extension de séjour côté jardin rappelle les pavillons et kiosques à l’arrière des parcelles profondes, générant ainsi une atmosphère intime. Le côté rue a été laissé inchangé, à part le nouvel accès. Un nouveau perron légèrement surélevé offre aux habitants un espace extérieur couvert. Les modifications discrètes mais précises assurent l’équilibre entre l'ancien et le neuf.

Photos: Atelier weisswert, Bâle

Architectes: http://www.oliverbrandenberger.com

 

 

 

Rénovation et agrandissement d'une maison d'habitation et de vacances (Oliver Christen Architectes, Baden)

Années de construction: 1752-1753

Années de rénovation: 2015-2017

Le projet Sagerberg a consisté à la rénovation d'une maisonnette historique de 1753, sise dans un ancien alpage à Erstfeld (UR). Les impuretés de la structure et de la construction ont été éliminées, et la maison a été étendue à l'ouest pour retracer ses presque trois siècles d'évolution architecturale. Les plafonds bas, les coupe-feux, les linteaux bas et les seuils sont des éléments clés qui ont été intégrés au projet et perfectionnés. L'expansion suit la même coupe transversale et permet de préserver, sous forme de mur intérieur, l'ancienne façade ouest en complète décadence. Les cloisons intérieures de la construction en chalet ont été mises à nu, tandis que les murs extérieurs ont été isolés par l'intérieur et revêtus. L'ancien et le neuf contrastent tout en se respectant mutuellement; chaque élément ayant la place qu'il mérite.

Photos: Valentin Jeck

Architectes: http://www.oliverchristen.ch