Être propriétaire rend-il heureux?

L’article 108 de notre Constitution contraint la Confédération à encourager l’acquisition d’appartements et de maisons familiales destinés à l’usage personnel de particuliers. Malgré cela, seuls 38% des habitants de notre pays sont propriétaires de leur logement. Avec ce faible taux de propriété du logement, la Suisse est la lanterne rouge de l’Europe, loin derrière les autres Etats. De nos jours, au vu des taux d’intérêt très bas, il est pourtant beaucoup moins coûteux d’acheter que de louer son logement. Or le taux de propriété du logement en Suisse semble ne pas progresser depuis des années et ce, malgré des coûts de logement plus attractifs.

Est-il utile d’encourager l’accès à la propriété?

Il n’est pas naturel que la propriété soit moins chère que la location. La doctrine économique est d’ailleurs très claire sur ce point: le fait de louer ou d’acheter son logement n’a aucune influence sur les coûts de logement à long terme. La loi du prix unique s’applique en effet aussi à long terme dans l’immobilier.

Du point de vue économique, il y a également peu d’arguments qui soutiendraient un encouragement financier ciblé de l’accession à la propriété du logement. Bien au contraire, de nombreuses études indiquent que les pays où le nombre de propriétaires est élevé sont plus vulnérables aux bulles immobilières. Si l’on en croit les économistes, la stabilité financière peut également être menacée par l’endettement important de ces derniers. Il faut également savoir que la location permet de mettre à disposition les biens fonciers existants bien plus efficacement que la propriété. Une caisse de pension possédant cent logements peut en effet gérer ses biens de manière plus avantageuse qu’un particulier grâce aux économies d’échelle et à la professionnalisation.

 

Le Bonheur National Brut

Au vu de ces arguments économiques, pourquoi est-il malgré tout souhaitable d’encourager l’accès à la propriété, et pourquoi en est-il même fait mention dans la Constitution fédérale?

C’est la recherche sur le bonheur qui nous donne la réponse, bien simple en vérité: être propriétaire rend heureux. De multiples études ont montré une corrélation évidente et significative entre le niveau de satisfaction d’un individu et la possession de son propre logement. L’analyse des données du panel, cadre dans lequel les mêmes personnes sont interrogées régulièrement sur une période longue, montre l’existence, au-delà de la corrélation, d’un véritable lien de causalité. Les personnes qui, sans autre changement dans leur vie, sont simplement passées d’un logement loué à un logement dont ils sont propriétaires, sont plus heureux après ce changement, et ce sur la durée.

Un taux de propriété plus élevée n’augmente donc certes pas le PIB cher aux économistes, mais il augmente le Bonheur National Brut, ce qui est tout aussi voire bien plus important! 

Avez-vous des questions en matière de logement?

Nous avons bien reçu votre formulaire. Merci!

Le traitement du formulaire a échoué. Veuillez essayer de renvoyer le formulaire ultérieurement.

Nous avons bien reçu votre formulaire et vous en remercions. Malheureusement l'accusé de réception n'a pas pu être envoyé à votre adresse e-mail {0} en raison d'une erreur technique.

A propos de l’auteur

Francis Schwartz

Francis Schwartz

Francis Schwartz est expert en marché immobilier auprès de Raiffeisen Suisse. Il exerce son savoir-faire au profit de l’unité Economic Research depuis 2018, où il analyse les évolutions et les tendances observées sur le marché suisse de l’immobilier, au sein de l’équipe dirigée par le chef économiste Martin Neff. Francis Schwartz a étudié à l’Université de Zurich puis travaillé à la Banque cantonale des Grisons, à Coire, et auprès du Swiss Real Estate Institut de la Hochschule für Wirtschaft Zurich, avant d’intégrer le Groupe Raiffeisen.