Combien de maisons y a-t-il et combien valent-elles?

Si l’on voyage en Suisse, on a parfois l’impression que le paysage est déjà bien urbanisé et que la tendance ne cesse de s’accentuer. Un mot nous vient donc à l’esprit: mitage. Les chiffres nationaux du marché immobilier livrent des enseignements intéressants à cet égard. Apprenez-en plus dans le numéro de septembre de «Question logement».

Le parc immobilier suisse

En 2017, 232’038 hectares, soit environ 5,6% de la superficie totale du pays, étaient classés en zone constructible. Plus de 80% de celles-ci sont déjà construites. Le parc immobilier suisse comprend près de 2,75 millions de bâtiments, dont environ 1 million de maisons individuelles. La Suisse compte donc un bien immobilier pour 3 personnes. Le parc immobilier a augmenté d’environ 90’000 nouveaux bâtiments entre 2011 et 2017 et offre au total près de 1,05 milliard de mètres carrés de surface de plancher utile. Deux tiers environ sont des bâtiments d’habitation, et les deux tiers de ces derniers correspondent à des immeubles locatifs. La population suisse dispose au total d’environ 4,5 millions d’unités de logement. Près de 1 million de nouveaux logements ont été construits, rien que ces 20 dernières années.

 

Ce parc immobilier a une valeur considérable. La valeur de construction assurée de l’ensemble des bâtiments suisses représente près de 2’800 milliards de francs. Composante importante du prix, la valeur du terrain n’est toutefois pas prise en compte dans cette évaluation. Comprise dans le calcul, la valeur du marché de l’ensemble de l’immobilier suisse atteint 3’600 milliards de francs, une somme considérable qui représente plus de cinq fois le PIB de la Suisse.

 
 
Le parc immobilier suisse

Le parc immobilier suisse comprend près de 2,75 millions de bâtiments

 
 

Et à qui appartient-il?

Selon la BNS, environ 44% des valeurs patrimoniales de l’ensemble des ménages suisses sont investis dans l’immobilier. Près de 57% des logements – maisons individuelles, appartements en propriété et logements locatifs – appartiennent donc à des particuliers. Même si l’on ne considère que les logements locatifs, près de la moitié des objets loués appartiennent à des ménages privés. Les Suisses sont donc toujours nombreux à profiter des opportunités de rendement très intéressantes de l’immobilier résidentiel. Mais le boom de la construction de logements ces dernières années, alimenté par la crise des placements, a clairement fait glisser le rapport en faveur des investisseurs professionnels et surtout institutionnels. Les prix élevés, les taux d’intérêt durablement bas et l’activité de construction toujours intense devraient avoir pour effet de réduire encore la part des ménages privés dans le parc immobilier.

 

Avez-vous une question?

Nous avons bien reçu votre formulaire. Merci!

Le traitement du formulaire a échoué. Veuillez essayer de renvoyer le formulaire ultérieurement.

Nous avons bien reçu votre formulaire et vous en remercions. Malheureusement l'accusé de réception n'a pas pu être envoyé à votre adresse e-mail {0} en raison d'une erreur technique.

 

 

Martin Neff, chef économiste de Raiffeisen

Martin Neff, chef économiste de Raiffeisen

A propos de l’auteur

Martin Neff est le chef économiste de Raiffeisen Suisse depuis début 2013. Il a étudié l'économie à l'Université de Constance. De 1988 à 1992, il a travaillé au sein de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) de Zurich, avant d'entrer à l'Economic Research du Crédit Suisse et d'y mettre en place le «Suisse Research