Effets secondaires du droit du bail

La demande en propriétés du logement continue de diminuer. Avec la baisse des taux d’intérêt, la propriété du logement sera toutefois bientôt à nouveau plus avantageuse que la location. Pour en savoir plus à ce sujet et sur d’autres thèmes, consultez la dernière étude «Immobilier Suisse» de Raiffeisen Economic Research.

Fredy Hasenmaile commente les résultats de l'étude

 

 

Infographie

 

 

Francis Schwartz
Francis Schwartz, économiste Raiffeisen Economic Research

«La dynamique des prix sur le marché de l’immobilier résidentiel continue de s’affaiblir. Avec la baisse des taux d’intérêt, la propriété du logement redeviendra bientôt plus attractive que la location. Ceci est aussi dû aux nouveaux loyers sur le marché locatif qui, en raison de la pénurie toujours plus sévère, n’ont jamais augmenté aussi rapidement depuis plus de 15 ans. La dynamique des loyers qui prévaut conduit à un nouveau creusement de l’écart entre les loyers proposés et les loyers existants, fortement réglementés par le droit du bail. Cet effet secondaire indésirable de notre droit du bail conduit à une utilisation inefficace des surfaces habitables qui ne sont pas assez nombreuses.»