Ce qu'il faut savoir sur la transmission

Problématique de la transmission pour les PME suisses

Imprimer

Les petites et moyennes entreprises (PME) constituent l'épine dorsale de l'économie suisse et représentent 99,8 % des entreprises suisses. L'avenir de chacune d'entre elles dépend en partie du bon règlement de leur transmission.

Une PME sur sept n'a pas réglé sa transmission

L'économie suisse compte actuellement près de 591'000 PME. Des études montrent que 20 % d'entre elles envisagent une transmission dans les cinq années à venir. Ces changements de propriétaire concernent environ 600'000 salariés, soit près de 13 % des emplois dans le pays, ce qui crée une grande responsabilité pour les PME suisses.

Beaucoup de ces entreprises rencontrent des difficultés face à leur transmission. D'après la nouvelle étude «KMU Nachfolge Schweiz 2021» (Etude sur la transmission des PME suisses 2021) du cabinet d'analyses économiques Dun & Bradstreet, actuellement 15,1 % des entreprises en Suisse doivent se préparer à des problèmes de transmission car leurs propriétaires ou administrateurs ont déjà plus de 60 ans et ne sont pas encore suffisamment préoccupés par leur succession.

 

Les petites et moyennes entreprises sont les plus durement touchées

En pourcentage, ce sont les moyennes entreprises avec jusqu'à 49 employés qui sont les plus concernées par des «transmissions non réglées». Selon Dun & Bradstreet, 15,4 % des entreprises de 10 à 49 employés sont confrontées à ce problème. Les micro-entreprises de 1 à 9 employés sont presque tout autant impactées (15,2 %). Parmi les grandes entreprises de 50 à 249 employés, seules 7,8 % n'ont pas encore réglé leur transmission.

On note également que les transmissions non réglées concernent avant tout les entreprises individuelles (21,8 % des cas). Viennent ensuite les sociétés anonymes (15,8 %) et les Sàrl (9,6 %). Les sociétés en commandite (20,9 %) sont plus durement touchées par des transmissions non réglées que les sociétés en nom collectif (8,5 %).

Les entreprises de taille moyenne sont les premières concernées par le problème de la transmission.

Les entreprises de taille moyenne sont les premières concernées par le problème de la transmission.

 

Le secteur de l'impression est le plus touché par des problèmes de transmission

Selon l'étude réalisée par Dun & Bradstreet, les plus gros problèmes de transmission se concentrent dans le secteur de l'impression et de l'édition, où actuellement 23 % des entreprises y sont confrontées. Suivent les cabinets d'architectes (19 %), les services de réparation (18,7 %) et les cabinets de conseil en matière fiscale et aux entreprises (18,4 %). En pourcentage comme en chiffres absolus, les entreprises concernées sont également très nombreuses dans le secteur du commerce de détail (17,8 %) ainsi que parmi les agences immobilières et les entreprises de gestion immobilière (17,7 %).

Le secteur de l'impression est le plus touché par des problèmes de transmission

Le secteur de l'impression est le plus touché par des problèmes de transmission

 

La Suisse du Nord-Ouest présente la part la plus importante de transmissions non réglées

En considérant les régions suisses, le taux des transmissions d'entreprises en cours / non réglées fluctue entre 12,3 % (Tessin) et 17,8 % (Nord-Ouest).

 

Le taux de transmissions non réglées est le plus élevé dans la Suisse du Nord-Ouest

Le taux de transmissions non réglées est le plus élevé dans la Suisse du Nord-Ouest.

 

Quelle est la solution de transmission la plus fréquente?

Les résultats de Dun & Bradstreet montrent qu'en Suisse, actuellement, 41 % des transmissions d'entreprises sont des transmissions au sein de la famille. C'est ce qu'on appelle un «Family-Buy-Out» (FBO). Il est suivi de très près par la vente de l'entreprise et son rachat par une personne physique ou morale extérieure à l'entreprise (40 %). Il s'agit d'un «Management Buy-In» (MBI). Avec 19 %, la troisième solution est le «Management-Buy-Out» (MBO), à savoir la reprise de l'entreprise par un collaborateur interne.

S'agissant du temps effectivement nécessaire, les trois variantes de transmission présentent de nettes différences. Selon Dun & Bradstreet, la durée moyenne du premier contact entre le cédant et le repreneur, dans le cadre d'un Management Buy In (MBI) est de 1,6 an, de 3,3 ans en cas de Management Buy Out (MBO) et de 6,6 ans s'il s'agit d'un Family Buy Out (FBO).

Les transmissions au sein de la famille sont les plus fréquentes

Les transmissions au sein de la famille sont les plus fréquentes

 

La transmission concrètement: que conseillent les experts?

Thomas Zimmermann, spécialiste en transmission d'entreprise du Raiffeisen Centre des Entrepreneurs (RCE)
Thomas Zimmermann, spécialiste en transmission d'entreprise du Raiffeisen Centre des Entrepreneurs (RCE)

Thomas Zimmermann est responsable de la thématique «Transmission des entreprises» au Raiffeisen Centre des Entrepreneurs (RCE). Son principal constat: une transmission échoue très souvent en raison des émotions et presque jamais pour des questions contractuelles ou financières. C'est pourquoi l'entrepreneur a besoin d'avoir à ses côtés un partenaire conseil à la fois bienveillant et critique.