Mandat de gestion de fortune

Portfolio Manager Report

La reprise économique et la forte progression des bénéfices des entreprises ont permis à beaucoup d'indices boursiers d'atteindre de nouveaux niveaux record au cours du quatrième trimestre. Les rendements des portefeuilles devraient toutefois être un peu plus modestes lors les prochains trimestres.

Podcast 4ème trimestre 2021

 

Messages clés

Messages clés
  • Le coronavirus, les problèmes d'approvisionnement et le niveau élevé de l'inflation ont dominé les gros titres durant le quatrième trimestre.
  • Beaucoup d'indices ont atteint de nouveaux records historiques. Dans ce contexte, l'évolution des rendements des portefeuilles a été très satisfaisante. 
  • Les actions d'entreprises dotées d'une force d'innovation importante, de modèles d'affaires solides et ayant le pouvoir de fixer les prix devraient sortir gagnantes en 2022.

Performance

Comparaison des catégories de placement 4ème trimestre 2021

Sources: Bloomberg, Portfolio Management Raiffeisen Suisse

 

Rétrospective

Au quatrième trimestre, le coronavirus a été une fois de plus largement en tête de nos préoccupations. En raison des craintes suscitées par le nouveau variant omicron, de nombreux pays ont à nouveau mis un coup de frein à l'activité économique ainsi qu'à la vie sociale. Néanmoins, l'économie mondiale a continué, durant l'année écoulée, de se remettre de la récession due au coronavirus. La politique monétaire et fiscale expansive a permis à la croissance économique de s'établir à environ 5,5% en 2021. Dans beaucoup de pays, le niveau antérieur à la crise a déjà été de nouveau atteint, voire même dépassé. Le revers de la médaille de la forte reprise économique et de l'augmentation de la demande de biens et de la consommation s'est soldé par une forte hausse de l'inflation. Les difficultés d'approvisionnement persistantes ainsi que l'accroissement des coûts des matières premières et du transport ont renforcé cette tendance. 

Le dynamisme de l'évolution conjoncturelle a également permis aux bénéfices des entreprises de repartir à la hausse. A l'échelle mondiale, leur croissance a été à deux chiffres. Beaucoup d'indices ont atteint de nouveaux records historiques. Dans l'ensemble, nous avons maintenu notre légère sous-pondération tactique de la quote-part d'actions dans les portefeuilles de gestion de fortune au cours du quatrième trimestre. Néanmoins, grâce notamment à une bonne sélection d'actions, ces dernières ont à nouveau contribué pour la plus grande part à la performance globalement très satisfaisante.

La persistance d'un rapport risque / rendement peu attractif des obligations nous a conduits à maintenir une forte sous-pondération de cette classe d'actifs. Bien que les faibles rendements à échéance ne plaident pas en faveur des placements à taux fixe, ils ont toutefois leur raison d'être dans un portefeuille équilibré, car ils réduisent globalement le risque et confèrent de la stabilité au portefeuille.

L'or n'a pas non plus pu brillé au quatrième trimestre. Ce sont surtout la force du dollar US ainsi que la hausse des taux d'intérêt escomptée par les investisseurs qui ont maintenu la pression sur le prix de l'or. Comme les incertitudes sur les marchés ont recommencé à s'accentuer, la demande d'or devrait à nouveau augmenter, raison pour laquelle nous avons maintenu une légère surpondération de cette catégorie de placement. 

L'accentuation de l'excédent de la demande de biens immobiliers suisses a continué de faire croître les prix des fonds immobiliers. Leur surpondération a permis une contribution positive appréciable à la performance de nos portefeuilles. L'immobilier constitue une protection efficace contre l'inflation et les rendements sur distributions restent attractifs, en particulier par rapport à ceux des obligations.

Perspectives

L'inflation se révèle nettement plus tenace que prévu et elle met les banques centrales sous pression. La politique monétaire de plus en plus restrictive des banques centrales va conduire à ce que le soutien important dont les marchés ont bénéficié se réduise progressivement. Compte tenu des taux d'intérêt en légère hausse, d'une plus faible croissance des bénéfices et des valorisations élevées, les futurs rendements des marchés des actions devraient être plus modérés, raison pour laquelle la sélection gagnera encore en importance. Les actions d'entreprises dotées d'une forte capacité d'innovation, de modèles d'affaires solides et ayant le pouvoir de fixer les prix devraient sortir gagnantes en 2022. Cette orientation vers la qualité plaide en faveur du marché suisse des actions. Nous continuons à suivre de près l'évolution des marchés et réagissons immédiatement dans les mandats de gestion de fortune lorsque des opportunités se présentent.

Podcast 3ème trimestre 2021

Podcast 2ème trimestre 2021

Podcast 1er trimestre 2021

Archives – Manager Report