Des constats qui changeront votre regard sur les placements

La réalité est tout autre: 3 préjugés concernant les placements

Imprimer

Les préjugés concernant les placements sont légion. Certains pensent que les actions sont réservées aux personnes fortunées, d'autres considèrent les placements comme un jeu de hasard. Ces clichés ne correspondent toutefois pas à la réalité. Trois préjugés courants par rapport aux placements et pourquoi ils ne sont pas vrais.

 

Préjugé 1: La bourse est un casino

On associe souvent les placements avec le risque, la chance et la spéculation. Certains considèrent même la bourse comme un casino, à savoir comme un moyen de perdre de l'argent à coup sûr. Car il est bien connu qu'à la fin, c'est toujours le casino qui gagne, car celui-ci gagne son argent avec celui des perdants. C'est pourquoi les chances de gagner sont relativement faibles au jeu de hasard d'un point de vue rationnel et mathématique. Nombreux sont ceux qui pensent qu'il en va de même en bourse.
 

La bourse offre des chances de succès plus importantes que le casino

La bourse et le casino n'ont guère de points communs. Contrairement au casino, il n'y a pas de banque sur les marchés financiers, qui doit gagner de l'argent. En outre, les chances de gagner sont nettement plus grandes qu'avec les jeux de hasard. Alors qu'à la roulette, par exemple, seul un numéro sur 37 peut gagner, tous les numéros peuvent, dans une certaine mesure, être gagnants en même temps en bourse: si l'économie croît, les bénéfices des entreprises augmentent, ce qui tire en retour les cours des actions à la hausse. 

Comme la tendance à long terme est toujours orientée à la hausse depuis le début de l'histoire de l'économie, il y a surtout des gagnants à long terme sur les marchés financiers. Le graphique suivant illustre ce rapport entre la croissance de l'économie et la performance des actions.

La croissance économiquetire la performance des actions à la hausse

Evolution du PIB (chiffres absolus) en Suisse et du SPI de 1991 à 2020

Evolution du PIB (chiffres absolus) en Suisse et du SPI de 1991 à 2020

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a grandement influencé l'évolution du Swiss Performance Index (SPI) au cours des 50 dernières années.

Investir n'a ainsi pas grand-chose à voir avec de la spéculation. Si on poursuit une stratégie à long terme et si on réparti largement les risques grâce à une bonne diversification du portefeuille, on n'a rien à craindre. Car faire des placements n'est pas une question de chance, mais bien plus une question de patience: investir avec un horizon de placement à long terme offre nettement plus de chances de succès que de vouloir faire de l'argent «facile» en bourse ou au casino.

 

Préjugé 2: Investir nécessite beaucoup de capital

«J'ai bien trop peu d'argent pour les actions», dit une idée fausse très répandue. Pour constituer un portefeuille largement diversifié par l'achat de certains titres, il faut effectivement investir un montant conséquent. De nombreuses personnes ne sont toutefois pas conscientes que l'achat des titres individuels ne constitue pas, de loin, le seul moyen en bourse, et que de nombreuses solutions de placement ne nécessitent pas de grands investissements.

 

On peut également investir avec des montants minimes

Les solutions de fonds ont nettement abaissé les barrières d'entrée en ce qui concerne les placements ces dernières années. Les Exchange Traded Funds, ou ETF en abrégé, et autres types de fonds de placement permettent également d'investir dans un portefeuille largement diversifié avec des montants minimes. Les risques peuvent être ainsi largement répartis et les opportunités de rendement des marchés financiers peuvent également être saisies avec un petit budget. Ainsi, à long terme, les investisseurs peuvent déjà obtenir des rendements appréciables avec de petites sommes.

Différentes solutions de placement, comme par exemple les plans d'épargne en fonds de placement, offrent en outre la possibilité de placer régulièrement des montants minimes. Au lieu de déposer l'argent épargné sur le compte épargne, l'épargne peut être investie ainsi de manière régulière et successive, par exemple pour le filleul, l'achat d'une voiture ou la construction d'une maison. On peut avoir de bons résultats sur plusieurs années et ce, dès un montant de 100 francs par mois. En outre, les solutions de placement digitales abaissent encore plus les barrières d'entrée financières: des apps telles que Raiffeisen Rio rendent les placements encore plus faciles et comme de nombreuses opérations se déroulent de manière automatisée en arrière-plan, les frais sont également plus faibles.

Préjugé 3: Les placements bloquent le capital à long terme

De nombreux épargnants ont peur de se retrouver dans une impasse financière et de perdre en flexibilité, lorsqu'ils investissent leur épargne dans des titres. Ils considèrent que leurs fonds investis sont bloqués pendant des décennies, tout comme avec la caisse de pension ou un compte de prévoyance du pilier 3a.
 

L'argent placé est disponible au moment utile

Les stratégies de placement qui promettent du succès sont orientées à long terme. Lors de l'élaboration de la stratégie individuelle, il sera ainsi fait attention à n'investir que les fonds qui ne sont pas nécessaires à court terme. Adapté aux besoins individuels de patrimoine et financiers, l'horizon de placement est choisi de telle sorte que les fonds placés soient de nouveau disponibles quand on en aura besoin. On peut ainsi prévoir par exemple des retraits réguliers après le départ à la retraite afin de couvrir le coût de la vie au cours de la troisième phase de vie.

L'argent placé n'est toutefois pas non plus lié obligatoirement à long terme. Les titres courants, qui sont échangés quotidiennement en bourse, tels que les actions, les obligations ou les fonds, peuvent être revenus à tout moment en cas de besoin d'argent à court terme et non prévu. La plupart des solutions de placement offrent en outre une disponibilité libre: elles ne posent aucune exigence, comme par exemple une période de détention minimale, et n'exigent aucun versement fixe régulier à long terme, comme par exemple certains produits d'assurance.

 

Il n'y a pas que les préjugés qui empêchent les gens d'investir.