Commentaire sur le marché – Un coup d'œil sur la semaine en bourse

Une alternance de chaud et de froid, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’évolution de l’inflation en janvier. Alors qu’en Suisse, l’inflation est demeurée constamment au-dessous de 2% depuis juin 2023, elle reste obstinément élevée aux Etats-Unis.

Graphique de la semaine

Crise des banques régionales américaines 2.0?

Evolution du cours de la New York Community Bancorp et de l’indice des banques régionales américaines (KRX), en USD

Crise des banques régionales américaines 2.0?

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Schweiz CIO Office

Il y a tout juste un an, la crise des banques régionales américaines ébranlait les marchés financiers. Les deux établissements financiers Silicon Valley Bank et Signature Bank ont dû fermer leurs portes. Grâce aux mesures rapides prises par le gouvernement et la banque centrale américaine, un incendie généralisé a pu être évité. Aujourd’hui, le sujet est de retour à l’ordre du jour: en raison de corrections de valeur massives dans l’immobilier de bureau et commercial, des défaillances de crédit menacent. La New York Community Bancorp, dont le cours de l’action a chuté de plus de 50% depuis fin janvier, est notamment concernée.

Gros plan

Suppression de postes chez Continental

Le fournisseur automobile et fabricant de pneus Continental a annoncé la suppression de 7’150 postes. Cela représente 3,6% de ses employés. La conversion forcée des véhicules à combustion en véhicules électriques a un prix.

 

Le programme

Exportation de montres suisses

Les chiffres des exportations de montres seront publiés le 20 février. On s’attend à ce que les exportations aient encore augmenté en janvier.

Des chiffres de l’inflation mitigés

En Suisse, l’inflation s’est établie à 1,3% en janvier, se situant ainsi dans la fourchette visée par la Banque nationale suisse (BNS). Cela a renforcé les attentes selon lesquelles la BNS pourrait abaisser son taux directeur dès mars. De notre point de vue, il n’y a cependant aucun besoin immédiat d’intervenir, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, la politique monétaire actuelle n’est pas restrictive. Les taux d’intérêt réels, sauf à court terme, sont négatifs sur toute la courbe des taux. Les conditions de financement sont donc très souples. Deuxièmement, l’inflation devrait de nouveau progresser (légèrement) d’avril à juin, principalement en raison de la deuxième vague d’augmentation des loyers due à l’ajustement du taux d’intérêt de référence. Troisièmement, la situation s’est déjà nettement détendue depuis le début de l’année. Le dollar US a gagné plus de 5% par rapport au franc suisse, l’euro s’est apprécié de 2,2%. De plus, ni la Banque centrale européenne (BCE) ni la Réserve fédérale américaine (Fed) ne devraient abaisser leurs taux directeurs au printemps. Bien au contraire, l’inflation est restée très tenace en janvier aux Etats-Unis. Le taux d’inflation global a certes baissé, passant de 3,4% en décembre à 3,1%, mais l’inflation sous-jacente est restée inchangée à 3,9%. Ces deux chiffres ne laissent aucune marge de manœuvre à la Fed pour de prochaines baisses des taux directeurs. Il est donc probable que les taux seront plus élevés pour plus longtemps («higher for longer»).

 

Dollar fort, or faible

Les chiffres de l’inflation plus élevés que prévu aux Etats-Unis ont laissé des traces sur les marchés financiers. Le rendement des obligations d’Etat à 10 ans s’est envolé temporairement, en conséquence de quoi le cours du dollar US a bondi. Le billet vert s’est apprécié de 1,4% par rapport au franc. La combinaison d’une hausse des taux d’intérêt et d’un dollar plus fort est un poison pour l’or. Mercredi, le prix de l’once est retombé pour la première fois cette année au-dessous du seuil de 2’000 dollars. Les investisseurs suisses n’ont toutefois aucune raison de paniquer: en francs suisses, le métal précieux vaut toujours 1,5% de plus que fin 2023.

 

Récession au Japon et en Grande-Bretagne

Au Japon, le produit intérieur brut (BIP) s’est contracté au dernier trimestre 2023. La baisse de 0,3% fait suite à un effondrement de 3,3% de la croissance au troisième trimestre 2023. Le Pays du Soleil levant se trouve donc en récession technique. Il en va de même de la Grande-Bretagne, dont la performance économique a enregistré un recul au deuxième semestre. Si, au Royaume-Uni, les fortes hausses des taux d’intérêt font des ravages, le Japon, pays exportateur, souffre en dépit d’un yen bon marché de la faible demande mondiale.

 

Schindler au sommet

Le fabricant d’ascenseurs a présenté cette semaine de solides chiffres annuels. Son chiffre d’affaires a progressé de 1,3% pour atteindre 11,5 milliards de francs suisses. Le groupe est parvenu à augmenter ses marges bénéficiaires. Il en est résulté au bout du compte un produit de 935 millions de francs (+41,9%). Pour son 150e anniversaire, Schindler distribue un dividende spécial de 1,00 franc par action. Les actionnaires perçoivent donc au total un dividende de 5,00 francs, ce qui représente un rendement de 2,3%. L’action a réagi à ces nouvelles positives en progressant de 4%.

 

Les déplacements sont en augmentation

En janvier, le nombre de passagers à l’aéroport de Zurich a progressé de 13% pour atteindre 1,96 million de voyageurs, et se rapproche ainsi de plus en plus de son niveau d’avant la pandémie de coronavirus. Le nombre de passagers est encore 8% au-dessous du niveau de 2019. Les boutiques et les établissements de restauration de l’aéroport profitent, eux aussi, de la reprise des voyages. Leur chiffre d’affaires a augmenté de 4,3% en janvier, passant à 42,7 millions de francs suisses.