Marchés et opinions

Commentaire sur le marché – Un coup d'œil sur la semaine en bourse

L'évolution de la bourse montre que bon nombre d'investisseurs demeurent optimistes malgré les confinements qui sont à la une et l'activité économique fort réduite dans beaucoup de pays.

Graphique de la semaine

L'argent devient relativement attractif

Prix de l'once d'or en argent

L'argent devient relativement attractif

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Suisse CIO Office

Les cours de l'or et de l'argent ont quitté leurs sommets. Alors que l'or était très recherché pendant la crise, la reprise économique donne l'avantage à l'argent, car sa demande industrielle est plus importante. L'évolution de la courbe or /argent confirme cette tendance. Elle montre combien d'onces d'argent sont nécessaires pour acheter une once d'or. Plus cette quantité est faible et plus l'argent est cher par rapport à l'or en comparaison relative.

Gros plan

Des footballers meilleur marché

Selon la FIFA (Fédération Internationale de Football Association), le marché des transferts dans le football professionnel a enregistré un net effondrement en 2020. Le nombre de transfert a baissé de 5,4 %, le montant des transferts de 23,4 %. Les footballers sont donc devenus meilleur marché.

 

Le programme

Les entreprises du SMI en ligne de mire

Novartis, UBS, Lonza, SGS et Givaudan seront les cinq entreprises du Swiss Market Index (SMI) à publier, la semaine prochaine, leurs résultats sur l'exercice annuel écoulé.

Les actions suisses restent recherchées

La bourse a enregistré un bon démarrage en début d'année si bien que le SMI affiche une hausse d'environ 2 % après 3 semaines. Et l'évolution des actions est encore plus réjouissante pour les investisseurs: parmi les 20 entreprises suisses les plus grandes, seuls les titres du géant alimentaire Nestlé ainsi que ceux de Givaudan, producteur de parfums et d'arômes, enregistrent une baisse, alors que les valeurs de Swisscom tendent vers le cours de fin d'année. Pourtant toutes les autres valeurs ont, à ce jour, profité aux investisseurs, alors que la fourchette est grande entre la hausse de 10 % pour le spécialiste en ophtalmologie Alcon et la baisse de 4 % pour Givaudan, mais encore plus grande dans le SPI. L'entreprise de biotechnologie Obseva tout comme Blackstone Resources, active dans l'extraction et le commerce de métaux pour la fabrication de batteries électriques, ont vu leur valeur doubler. Bien progressé ont aussi les titres de la pharmacie en ligne Zur Rose et ceux de la banque en ligne Swissquote. Toutefois, les actions du fournisseur automobile Autoneum ou les bons de participation du fabricant de chocolats Lindt & Sprüngli ont performé moins bien. Ces derniers ont surtout pâti des faibles ventes à Pâques et à Noël. Il n'y a pourtant pas encore eu tant de déceptions pendant l'actuelle saison de publication des résultats. Grâce à la digitalisation accrue et à la tendance au télétravail, Logitech, le fabricant d'accessoires pour ordinateurs et jeux, fait partie de ceux qui ont su tirer leur épingle du jeu à l'heure du coronavirus. Rien que d'octobre à décembre, son chiffre d'affaires a augmenté de 85 %. De ce fait, l'entreprise a de nouveau relevé ses objectifs pour son exercice entier qui dure jusqu'à fin mars. Malgré la bonne évolution des affaires, les investisseurs ont saisi l'occasion à court terme pour des prises de bénéfices. En revanche, la situation chez Richemont, le fabricant de bijoux et de montres, était moins bonne mais revient désormais à la normale. Quant à l'économie chinoise, elle a enregistré une embellie.

 

La reprise au centre des attentions

Les restrictions économiques ne sont apparemment plus qu'un obstacle temporaire, même s'il est actuellement question de prolonger et de durcir les mesures contre le coronavirus. En effet, les entreprises se concentrent sur la période après la pandémie. Cette tendance est corroborée par les données sur les attentes économiques que les experts en finance allemands du Centre pour la recherche économique européenne (ZEW) ont publiées cette semaine. Les USA souhaitent littéralement provoquer une reprise: Janet Yellen, l'ancienne cheffe de la Fed et sans doute prochaine ministre des finances, s'est clairement exprimée lors d'une audition devant la commission. Selon elle, ce qui importe c'est «de ne pas lésiner sur les moyens» afin d'éviter une récession plus longue et douloureuse. Mme Yellen était connue pour sa politique monétaire accommodante.

 

Donald Trump manque à Twitter

Les actions de Twitter, service de messages succincts, ont mal commencé l'année. Depuis le début de l'année, ses titres ont perdu environ 13 % et figurent ainsi en dernière position du S&P 500 pour avoir notamment privé Donald Trump, le président américain sortant, de son compte après l'envahissement du Capitol. Après une violente baisse, le cours n'a cessé de s'éroder. Le fait de perdre l'un de ses clients clés réduit ses recettes sur le marché publicitaire et se reflète dans les estimations des analystes. Seul encore un bon quart des professionnels en placement conseillent l'achat de l'action. Avec 47.43 USD, l'objectif moyen ne dépasse à peine le cours actuel. Le nouveau président Joe Biden, en poste depuis mercredi, communiquera sans doute aussi via Twitter, mais certainement beaucoup moins.