Marchés et opinions

Commentaire sur le marché – Un coup d'œil sur la semaine en bourse

Selon les indicateurs avancés, la conjoncture devrait s'effondrer au deuxième trimestre. Entretemps, le gouvernement US met en place un gigantesque paquet fiscal à hauteur de 2'000 milliards de dollars. Les marchés financiers semblent se stabiliser.

Graphique de la semaine

La récession est là

Indicateurs avancés en Europe et aux USA en chute libre

La récession est là

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Suisse CIO Office

Les indices des directeurs d'achat (PMI), considérés comme des indicateurs économiques avancés, ne sont pas de bon augure. En Europe, le Markit Composite PMI est tombé à 31,4 points en mars. La même valeur pour les USA est passée de 49,6 à 40,5. Les valeurs supérieures à 50 points indiquent une expansion de l'économie et les valeurs inférieures, une contraction. Une croissance négative au T2 2020 est donc une suite logique.

 

Gros plan

La situation se normalise

Après plusieurs semaines de quarantaine, la vie reprend lentement son cours à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, considérée comme l'épicentre de la pandémie du coronavirus. Les parcs, les musées, les magasins et les usines y ont rouvert leurs portes et la production a redémarrée. Cette évolution est encourageante et montre le potentiel d'efficacité des mesures drastiques dans la lutte contre le coronavirus..

 

Le programme

Volume des ventes au détail en Suisse

Les ventes au détail en Suisse pour le mois de février seront publiées le 31 mars.

L'arrêt dû au coronavirus

La conjoncture européenne se paralyse de plus en plus. L'Italie, troisième économie de la zone euro, va au bout de ses contre-mesures pour endiguer la pandémie, au vu du nombre record de nouvelles infections. En effet, le gouvernement a ordonné à toutes les entreprises et exploitations industrielles non-essentielles pour la vie quotidienne de fermer leurs portes jusqu'au 3 avril. La Suisse connaît, elle aussi, des évolutions similaires. Ainsi, en début de semaine, le canton du Tessin a ordonné la fermeture de pratiquement tous les sites de constructions et de toutes les entreprises industrielles pour au moins sept jours – bien que cette mesure aille contre le droit fédéral. Les mesures visant à contenir la pandémie vont toujours plus loin et mèneront inévitablement à une récession. En effet, selon les indices des directeurs d'achat pour l'Europe et les USA, publiés cette semaine, l'économie devrait s'effondrer massivement dans les prochains mois (cf. graphique de la semaine).

 

Le plus grand plan de relance de tous les temps

Démocrates et Républicains sont parvenus à un accord pour un programme de relance après de longues discussions. Le plan pour lutter contre le coronavirus est unique en son genre: 2'000 milliards de dollars en tout, soit 10 % de la production économique US annuelle mesurée au produit intérieur brut (PIB), seront ainsi injectés dans l'économie et viseront à aider différents secteurs. 500 milliards seront versés aux entreprises, aux Etats et aux villes en tant qu'aide. 350 milliards supplémentaires iront aux PME. 150 milliards seront versés aux hôpitaux et aux établissements de santé. Enfin, le gouvernement souhaite également distribuer des chèques à la majorité des Américains, ou, plus concrètement, 1'200 dollars pour chaque personne disposant d'un faible revenu. Bien que le plan d'aide suisse, présenté par le Conseil fédéral, semble modeste en termes absolus, force est de constater qu'il est tout aussi impressionnant, mesuré au PIB: en effet, avec 42 milliards de francs, le soutien à l'économie s'élève à près de 6 % du PIB, sachant que ce dernier atteint environ 700 milliards de francs annuellement. 

 

Hausse des cours sur les marchés des actions

Les marchés des actions ont anticipé le paquet fiscal US et réagi par des hausses de cours. L'indice du Dow Jones a fortement progressé (+11,5 %), tout comme la Bourse suisse. Malgré une phase de consolidation qui semble se dessiner lentement mais sûrement, après la chute brutale des cours, une reprise durable exige des progrès visibles dans la lutte contre la pandémie. L'évolution de la crise en Chine et en Corée du Sud est une lueur d'espoir au moins à cet égard. La courbe s'est nettement aplatie en Corée du Sud, alors que la Chine n'a signalé plus aucune nouvelle infection depuis plusieurs jours. Les mesures adoptées en Europe devraient, elles aussi, produire leurs effets dans les deux à trois prochaines semaines probablement, et la courbe exponentielle décliner peu à peu. Les marchés des actions connaîtront probablement des fluctuations élevées ces prochaines semaines, sachant qu'on espère que le nombre de nouvelles infections se stabilise, mais que les données des entreprises et de l'économie sont encore mauvaises. Les investisseurs avec un horizon de placement à long terme disposent ainsi de possibilités d'achat ou de rachat de titres de bonne qualité à des cours bon marché, dont certainement Nestlé, Novartis ou Roche. Leurs chaînes d'approvisionnement sont toujours aussi bien rodées, et la vente de leurs produits n'est pas menacée: au contraire, produits alimentaires et médicaments restent prisés même en période de crise.

 

 

Ceci pourrait également vous intéresser