Mandat de gestion de fortune

Portfolio Manager Report

Au troisième trimestre aussi, le coronavirus a tenu les marchés en haleine. Bien que les entreprises aient enregistré des pertes considérables à cause du confinement, le marché des actions suisse se rapproche de son niveau du début d'année.

Podcast 3er trimestre 2020

 

Messages clés

Messages clés
  • Le confinement a fait plonger l'économie mondiale et nous sommes en récession.
  • Les diverses mesures de soutien et l'espoir de trouver bientôt un vaccin ont, jusqu'à maintenant, permis d'écarter le pire.
  • Un quatrième trimestre volatil se dessine. Des décisions réfléchies et une large diversification demeurent la clé du succès d'un placement.

Performance

Comparaison des catégories de placement 3er trimestre 2020

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Suisse

 

Rétrospective

Suite à un confinement à l'échelle du globe, l'économie mondiale s'est effondrée de façon spectaculaire au premier semestre. Néanmoins, les marchés ont bien résisté au troisième trimestre grâce à la politique monétaire ultra-expansionniste des banques centrales, aux mesures de sauvetage mises en place par tous les gouvernements et, enfin et surtout, grâce à l'espoir de trouver bientôt un vaccin.  

La Réserve fédérale américaine a récemment balayé le dernier espoir des investisseurs d'assister bientôt à un changement de cap des taux d'intérêt. Les taux directeurs américains resteront probablement proches de zéro au moins jusqu'en 2023.  

Malgré les taux bas et des rendements faibles, les obligations ont toute leur place dans un portefeuille équilibré, car elles ont une fonction de stabilisation du portefeuille en raison de leur faible corrélation avec les marchés des actions. Cependant, la crise du coronavirus a confronté de nombreuses entreprises à des difficultés financières: les probabilités de défaillance sur le marché des obligations ont fortement augmenté, en particulier pour les obligations à haut rendement et celles des pays émergents. En raison du rapport risque/rendement peu attractif, nous maintenons notre sous-pondération de la part des obligations dans les mandats de gestion de fortune.

Certains indices d'action se rapprochent de leur niveau du début d'année même si les prévisions de bénéfices des entreprises ont dû en partie être massivement revues à la baisse. Ces deux éléments ont contribué à une expansion des valorisations, ce qui signifie que la valorisation des actions est élevée. Toutefois, les cours des actions reflètent non pas la situation actuelle, mais les attentes des acteurs du marché. Ceux-ci supposent en effet que les bénéfices recommenceront à progresser nettement à partir de 2021. Mais nous sommes d'avis qu'ils sont très optimistes. La reprise économique devrait se normaliser plus lentement que ce qui était prévu jusqu'à maintenant. Nous restons prudents et maintenons notre légère sous-pondération dans l'ensemble en ce qui concerne les actions. Dans notre part d'actions, nous privilégions le marché défensif suisse aux marchés plus cycliques. 

Face aux nombreux facteurs d'incertitude, nous maintenons notre forte pondération de l'or dans les placements alternatifs. L'or a également joué un rôle de stabilisateur dans le portefeuille.

 

Perspectives

Après un été relativement calme, le nombre de nouvelles contaminations a de nouveau nettement augmenté. Certains pays y réagissent en réinstaurant des confinements régionaux. Et, en général, l'automne est marqué par une plus forte volatilité. La peur d'une seconde vague de coronavirus, les élections présidentielles américaines qui approchent et la menace de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne sans accord font grandir l'incertitude au sein des bourses.  

Mais rétrospectivement, on constate que la peur est toujours de mauvais conseil. Nous recommandons de maintenir l'allocation d'actifs actuelle et la stratégie de placement définie car une large diversification demeure la clé du succès à long terme.

Podcast 2er trimestre 2020

Podcast 1er trimestre 2020