Perspectives placements – Le guide pour votre patrimoine

Classe d'actifs en vue: actions

De nombreux facteurs se normaliseront en 2022 après une année boursière excellente. Les rendements devraient être plus faibles, les dividendes seront au centre de l'attention.

Les dividendes suisses convainquent – les distributions américaines sont à la traîne

Tout rentrera dans l'ordre. La croissance des entreprises se normalisera, les investisseurs se concentreront de nouveau plus fortement sur les données fondamentales et les valorisations évolueront vers leurs moyennes à long terme. En effet, bon nombre de signes indiquent que l'an prochain, le monde des investisseurs rentrera dans l'ordre.

Même si, après deux ans, un tel cas de figure peut sembler paradoxal: le coronavirus a déséquilibré le monde dans de nombreux domaines, détruit des emplois et ruiné ou presque des entreprises. Malgré cela, 2021 a été une année réjouissante pour de nombreux marchés des actions. Plusieurs indices boursiers se négocient à des niveaux record. Grâce à la forte reprise de la conjoncture, à la croissance rapide des bénéfices et au manque d'alternatives de placement, les investisseurs se sont massivement positionnés. Les revenus élevés des entreprises ont également fait pression sur le niveau de valorisation, rendant les actions encore plus attractives. En 2022, les valorisations devraient être plus favorables, mais en raison d'un retour à la normalité.

En effet, la baisse de la dynamique dans l'évolution des bénéfices et la perspective de taux d'intérêt plus élevés motiveront les investisseurs à exiger pour les actions une prime de risque plus élevée qui pèsera forcément sur les cours. Dans un tel contexte, les dividendes, qui témoignent de la stabilité d'une entreprise, devraient également gagner en importance. Quant aux distributions, le marché des actions suisse présente un contexte attractif: comparé aux USA, par exemple, il se démarque par un rendement sur dividendes plus élevé, même à long terme. Les dividendes en nature sont aussi fort appréciés.

Rendement sur dividendes du SMI et du S&P 500

Sources: Bloomberg, CIO Office Raiffeisen Suisse

L'impact du coronavirus sur les bourses diminue cependant toujours plus: depuis un certain temps déjà, les évolutions actuelles de la pandémie ne suscitent plus qu'une incertitude de courte durée en bourse. A notre avis, cela ne changera pas de sitôt, même l'an prochain, et n'entraînera aucun bouleversement notable. Là aussi, la voie vers une normalisation est ouverte.

Malgré cette normalisation, nous penchons pour une légère sous-pondération tactique en actions. En effet, bon nombre de questions restent sans réponse. A quelle allure la politique monétaire des banques centrales va-t-elle être réduite? Et de combien? Quand est-ce que la situation va se détendre concernant les goulets d'étranglement? Et combien de temps l'inflation restera-t-elle à un niveau élevé? Pour le moment, nous ne changeons pas de positionnement, mais maintenons notre surpondération en actions suisses. Le caractère défensif, la valorisation élevée des entreprises et les dividendes attractifs plaident clairement pour l'entrepreneuriat suisse. De même, nous avons une préférence pour les actions des marchés émergents. Ces marchés ont certes vacillé en 2021, mais ils se démarquent par une valorisation attractive et présentent un bon potentiel de croissance: toutes des caractéristiques qui seront demandées aussi en 2022.