Perspectives placements – Le guide pour votre patrimoine

Classe d'actifs du mois: Actions

Les actions du secteur de l'énergie font partie des perdants relatifs de ces dix dernières années. En ce début des années 2020, les choses pourraient à nouveau changer. Le secteur bénéficie d'une valorisation attractive et verse des dividendes élevés.

Les actions technologiques ont dominé les années 2010

Les tendances et les cycles nous accompagnent toujours sur les marchés des actions. Il est un secret de polichinelle que les années 2010, totalement dominées par le marché haussier installé depuis mars 2009, ont été la décennie des titres de croissance et technologiques. En effet, ce sont désormais quatre géants de la technologie qui ont franchi la barrière d'une capitalisation à hauteur de mille milliards de dollars US, avec Apple, Microsoft, Amazon et Alphabet (Google).

Ces dix dernières années, la supériorité d'un petit nombre de groupes technologiques s'est notamment reflétée dans la surperformance d'actions US, et l'évolution bien meilleure des bénéfices aux USA par rapport à celle dans d'autres régions du monde, soit tout le contraire des actions du secteur de l'énergie dans la même période. Elles ont en effet généré un rendement assez maigre, d'à peine plus de 2 % (dividendes inclus), contrairement au secteur technologique qui lui a réalisé globalement un rendement annuel de 16 % entre 2010 et fin 2019, et de plus de 10 % pour le MSCI Monde. La performance avait été tout une autre dans les années 2000: à cette époque-là, c'était bien le secteur de l'énergie qui séduisait les investisseurs avec des rendements annualisés de plus de 9 %. En revanche, les actions technologiques ne s'étaient redressées que lentement après l'éclatement de la bulle technologique au début du millénaire, et leur niveau fin 2009 était encore de plus de 50 % inférieur à leur plus haut de 2000. 

Indice mondial et secteurs de 2010 à 2019

Sources: Bloomberg, CIO Office Raiffeisen Suisse

Aucune décennie ... ne ressemble à une autre

Indice mondial et secteurs de 2000 à 2009

Sources: Bloomberg, CIO Office Raiffeisen Suisse

Assisterions-nous à un changement de préférence, en ce début d'année 2020, alors que s'ouvre une nouvelle décennie? Il serait certainement exagéré de l'affirmer. Certes, le secteur technologique n'a plus le vent en poupe, comme nous l'avions déjà esquissé dans le numéro d'août 2019. Or, il en devrait être de même pour le secteur de l'énergie en cette nouvelle décennie, qui apporte son lot de défis, mais aussi d'opportunités. En raison du faible impact des prévisions à long terme, nous nous limitons donc à la perspective tactique. Dans cette optique, la situation initiale se présente de manière prometteuse pour les titres énergétiques. Le rendement sur dividendes, proche de 5 %, est presque le double de celui de l'ensemble du marché. Et le secteur profite également d'une valorisation attractive, sur la base du ratio cours / bénéfice. Plus la conjoncture économique se redresse, plus le secteur de l'énergie pourrait bien faire partie à nouveau des gagnants, du moins à moyen terme, en tant que représentant classique de la catégorie «Value».