Classe d'actifs en vue: obligations

Les incertitudes quant à l'évolution des taux d'intérêt et la conjoncture accentuent la volatilité des marchés obligataires. Il est recommandé de gérer son portefeuille de manière active pour en tirer profit.

De grandes fluctuations pour l'ensemble des durations

L'espoir des investisseurs quant à de prochaines baisses des taux directeurs a aussi entraîné une reprise des marchés obligataires en fin d'année. Conséquence: les rendements ont sensiblement reculé. Par exemple, celui des obligations d'Etat suisses à 10 ans est descendu jusqu'à 0,58% en décembre – son plus bas niveau depuis l'automne 2022. Toutefois, avec la nouvelle année, la désillusion s'est propagée en bourse. L'inflation étant tenace, les banques centrales ne changeront probablement pas de cap avant l'été. Les incertitudes liées à l'évolution future de l'économie persistent donc. Aussi, le rendement des obligations fédérales à 10 ans est à nouveau remonté à près de 0,90% courant janvier. La situation est similaire pour les obligations comparables de la zone euro et des Etats-Unis.

Mais la volatilité élevée des rendements du marché des capitaux ne se limite pas à certaines durées: elle concerne toute la courbe des taux. C'est pourquoi, contrairement à l'indice VIX, son équivalent pour les actions, l'indice MOVE évolue depuis longtemps bien au-dessus de la moyenne à long terme.

Courbes des taux en Suisse et aux Etats-Unis en octobre 2023, en décembre 2023 et en janvier 2024

Sources: Bloomberg, CIO Office Raiffeisen Suisse

Eu égard à la politique monétaire plus restrictive et aux risques conjoncturels associés, nous estimons que les fluctuations des taux persisteront encore quelques mois. Un investissement statique dans les différents segments du marché et zones de la courbe des taux ne suffit donc pas pour obtenir des rendements constants avec un risque raisonnable. Aussi, nous conseillons aux investisseurs de gérer activement leur portefeuille obligataire. Dans cette catégorie de placement, nous privilégions actuellement les obligations d'émetteurs de qualité élevée ou moyenne et d'une duration plutôt courte. Une poursuite de la hausse des taux pourrait offrir d'intéressantes opportunités d'achat de dernière minute.