Le système suisse de prévoyance

Baromètre de la prévoyance 2020

La troisième édition du «Baromètre de la prévoyance Raiffeisen» montre que les Suisses ressentent une certaine désillusion quant à leur situation en matière de prévoyance. Ils ne modifient cependant pas leurs habitudes d'épargne, en dépit de la pandémie de coronavirus. D'autre part, beaucoup moins de personnes qu'auparavant prévoient une retraite anticipée. Découvrez les résultats les plus intéressants de l'étude.

1. Les connaissances en matière de prévoyance restent faibles

Par rapport aux années passées, la part de personnes ayant de faibles connaissances à propos de la prévoyance a augmenté. La tranche d'âge la plus jeune (moins de 30 ans) et les femmes, en particulier, jugent que leurs connaissances en la matière sont assez faibles. L'intérêt grandit toutefois car les Suisses lisent leur certificat de la caisse de pension plus souvent qu'auparavant.

 

Les femmes veulent s'intéresser à la prévoyance plus tôt.

Savoir tirer profit des événements de la vie

Les événements qui modifient les conditions de vie (par exemple le premier salaire ou l'achat d'une maison) sont d'importants incitateurs à se pencher sur la question de la prévoyance vieillesse. Mais ces événements sont encore trop peu exploités aujourd'hui. Près de la moitié des personnes interrogées pensent qu'il faudrait s'occuper de sa prévoyance personnelle dès qu'on entre dans la vie active car c'est en général à ce moment-là qu'on est rattaché à une caisse de pension. 

2. Les sondés considèrent que la prévoyance relève d'abord de leur propre responsabilité

Par rapport à l'an dernier, les personnes interrogées sont moins nombreuses à considérer que la responsabilité de la prévoyance vieillesse incombe à l'État et pensent plutôt qu'elle relève de leur propre responsabilité. Mais celles-ci n'épargnent pas beaucoup plus pour autant. Bien au contraire, le groupe des 51-65 ans aimerait même épargner moins. L'augmentation de l'âge de la retraite chez les femmes, de 64 à 65 ans, n'est plus un tabou pour beaucoup de gens. Plus d'un tiers des personnes interrogées l'approuveraient.

 

Les hommes veulent plus souvent prendre une retraite anticipée.

La retraite anticipée perd de son attrait

D'autre part, beaucoup moins de sondés prévoient une retraite anticipée. Alors que plus d'un tiers des hommes le souhaitent encore, les femmes ne représentent même pas un cinquième à l'envisager. Il se pourrait qu'un examen plus approfondi du certificat de la caisse de pension montre à beaucoup ce que coûte une retraite anticipée. Par ailleurs, une grande partie de la population peut s'imaginer travailler au-delà de l'âge ordinaire de la retraite, même si c'est moins volontiers que l'an dernier.

3. Méfiance à l'égard des institutions

Le 2e pilier (caisses de pension) subit une perte de confiance par rapport aux années précédentes. «Le versement du capital de caisse de pension est préféré de plus en plus souvent à une rente», déclare Tashi Gumbatshang, responsable du Centre de compétences en planification de la fortune et de la prévoyance de Raiffeisen Suisse. De manière générale, les personnes interrogées n'ont pas une grande confiance dans le système des trois piliers. Sa dépendance envers l'évolution démographique, en particulier, est préoccupante.

 

Les femmes attachent plus d'importance à la durabilité des placements.

Produits de prévoyance: la durabilité prend davantage d'importance

C'est toujours le 3e pilier, c'est-à-dire la prévoyance au moyen d'un compte de prévoyance ou de placements de prévoyance, qui bénéficie de la plus grande confiance. Plus de 60 % des personnes interrogées souhaitent toujours un conseil en agence à ce sujet. La durabilité prend davantage d'importance, en particulier chez les femmes et les personnes âgées. La durabilité des produits de placements passe pour elles avant la recherche de rendement. Les hommes donnent, quant à eux, la priorité au rendement et aux frais. 

L'avis de l'expert

Le Baromètre de la prévoyance a apporté beaucoup d'enseignements nouveaux et soulevé beaucoup de questions. Notre expert en prévoyance Tashi Gumbatshang résume les résultats de cette étude dans un entretien.

Enregistrement du streaming en direct- Baromètre de la prévoyance 2020

Tashi Gumbatshang

 

 

 

Le 29 septembre 2020, l’événement virtuel sur le Baromètre de la prévoyance 2020 s’est déroulé en direct. Notre expert en prévoyance Tashi Gumbatshang a commenté les résultats de l’étude sur la prévoyance et a répondu aux questions des participants. Cet événement a été enregistré:. 

A propos du Baromètre de la prévoyance

le Baromètre de la prévoyance 2020

le Baromètre de la prévoyance 2020

Le Baromètre de la prévoyance s'appuie sur une enquête réalisée entre le 17 et le 26 juin 2020. 1'028 personnes de 18 à 65 ans ont été interrogées. Les résultats sont représentatifs de toutes les régions suisses et font un état des lieux de la prévoyance vieillesse financière en Suisse. L'étude a été publiée pour la première fois en 2018 et est réalisée chaque année, pour continuer à recueillir de nouveaux éléments sur le thème de la prévoyance.

Téléchargez l'étude actuelle