Perspectives placements – Le guide pour votre patrimoine

«Messages clés» – Notre vision des marchés

La spirale de l'escalade commerciale entre les USA et la Chine se poursuit. Dans le même temps, la probabilité d'une fin brutale de l'essor économique record US s'accroît.

Donald Trump tweete toujours plus fort

La spirale de l’escalade commerciale entre les USA et la Chine s’amplifie. Début août, le président américain, Donald Trump, avait annoncé des tarifs douaniers de 10 % sur les exportations chinoises encore épargnées jusqu’ici et accusé la Chine de «manipuler la monnaie». Le président chinois Xi n’a pas cédé de son côté. Donald Trump s’est alors emporté contre cette mesure et a donc taxé toutes les marchandises en provenance de Chine d’une hausse supplémentaire de 5 % via un simple tweet.

 

Le risque d’une récession augmente à vue d’oeil

Alors que tout accord entre les deux poids lourds s’éloigne en raison de l’impasse actuelle, la fin abrupte de l’essor économique record US se dessinerait à l’horizon, selon toute probabilité. La mauvaise ambiance, régnant depuis longtemps dans l’industrie, risque de se propager également sur le moral des consommateurs US, encore robuste, si cette période emprunte d’une forte inquiétude ne se termine pas bientôt. La voie vers une récession, déclenchée pour la première fois par le président lui-même, ne serait alors plus très longue.

 

La pression augmente sur la politique monétaire 

Les banquiers centraux sont actuellement sous pression comme jamais. Jerome Powell, le chef de la Fed, devrait procéder à une nouvelle baisse des taux ce mois-ci, sans pour autant apaiser la Maison blanche. La BCE présentera un train de mesure complet, mais le rapport entre efforts et bénéfices est déséquilibré selon nous. Nous attendons également avec impatience l’«Examen de la situation économique et monétaire de la BNS», mais ne tablons pas sur une baisse du taux directeur en première place dans l’agenda.

Suffisamment d’autres foyers de risque

Il n’y a pas que les tweets de Donald Trump qui nous préoccupent pendant le vide estival cette année. Le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a mis fin au 65e gouvernement italien. L’échéance du «Brexit» qui approche à grands pas, conjuguée aux interventions du Premier ministre Boris Johnson sans compromis, restent risquées. Dans ce contexte également, nous maintenons notre position légèrement défensive dans notre tactique de placement.

 

Les obligations de la Confédération, désormais «fortement sous-pondérées»

Après une nouvelle baisse frappante des rendements ces dernières semaines, la valorisation des obligations en francs suisses est extrêmement élevée et pas du tout attractive. C’est pourquoi nous abaissons le segment à «fortement sous-pondéré» et réinvestissons les liquidités disponibles dans la catégorie de placement Immobilier Suisse.