Marchés et opinions

Commentaire sur le marché – Un coup d'œil sur la semaine en bourse

Le prix du pétrole joue les montagnes russes cette année. Le nouveau désaccord entre les pays de l'OPEP et leurs partenaires alimente le débat. Le commerce du détail suisse affiche, quant à lui, bien des surprises.

Graphique de la semaine

Le meilleur mois de tous les temps

Le Stoxx Europe 600 (EUR) au top 5 des rendements mensuels

Le meilleur mois de tous les temps

Sources: Bloomberg, Raiffeisen Suisse CIO Office

Les actions européennes se sont envolées en novembre: le vaste indice Stoxx Europe 600 a enregistré une progression de 13,7 %, soit le meilleur mois de son histoire. La nette victoire de Joe Biden aux élections présidentielles américaines et les bonnes nouvelles annonçant le développement d'un vaccin contre le coronavirus ont grandement contribué à ce résultat.

Gros plan

La Chine accélère à fond

L'économie chinoise poursuit sa reprise post-coronavirus. L'indice des directeurs d'achat (PMI) pour le secteur manufacturier a atteint son plus haut niveau depuis septembre 2017 (52,1 points en novembre); le secteur non-manufacturier affiche même sa valeur la plus élevée depuis octobre 2013 (56,4 points).

 

Le programme

Tourisme estival 2020

L'Office fédéral de la statistique (OFS) publiera les chiffres des nuitées de la saison estivale 2020 le 7 décembre prochain. Bien que de nombreux suisses aient passé leurs vacances d'été dans leur patrie, cela ne devrait toutefois pas compenser le recul du nombre de touristes étrangers, dû au coronavirus.

Le commerce de détail suisse sort de sa baisse liée au coronavirus

La tendance est clairement à la hausse. Après l'effondrement massif ce printemps suite au confinement et aux fermetures d'entreprises, les chiffres réels du détail, corrigés des variations de vente et de jours fériés, ont augmenté de 3,1 % en octobre en glissement annuel, et de 3,2 % corrigés des variations saisonnières, par rapport au mois précédent. L'alimentaire affiche la plus forte croissance, avec une hausse de 5,4 %, le non-alimentaire, dont les produits étaient moins prisés, n'a augmenté que de 1,6 %. Les semaines précédant Noël affichent traditionnellement le plus de ventes dans l'année. On peut donc espérer concrètement que le commerce de détail suisse pour-suivra sa reprise pour le moment.

 

Changement de cap?

Urs Rohner quittera le Credit Suisse (CS) en avril prochain, après dix ans à la tête en tant que président du conseil d'administration. Son bilan est plutôt maigre. En effet, on se souviendra notamment de l'affaire d'espionnage autour de l'ancien CEO, Tidjane Thiam, dévoilée par les médias, et la chute du cours de l'action de plus de 67 %, dividendes compris, depuis sa prise de fonction en avril 2011. Les actionnaires ne regretteront, eux non plus, son départ. En revanche, le concurrent UBS tire beaucoup mieux son épingle du jeu à la même période – avec une hausse de 3 %. On connaît déjà le successeur de Rohner, António Horta-Osório; encore faut-il que les actionnaires le confirment lors de la prochaine assemblée générale du 31 avril 2021. Le Portugais de 56 ans n'est pas un inconnu dans la finance. En effet, la Lloyds Bank, la plus grande banque retail et d'affaires de Grande-Bretagne, a connu un succès faramineux sous son égide depuis 2011. S'il arrive à donner de nouvelles impulsions et à en convaincre les investisseurs, l'action CS pourra redécoller et atteindre de nouveaux sommets. Les actionnaires malmenés du CS et lui-même le mériteraient.

 

Vif débat autour de l'or noir

Les montagnes russes du cours du pétrole cette année s'expliquent par les faiblesses de l'économie mondiale dues au coronavirus et le désaccord des pays exportateurs de pétrole (OPEP) autour de la politique de production. En effet, l'Arabie Saoudite et la Russie se sont livrées une véritable guerre des prix en début d'année. L'OPEP et ses alliés (OPEP+) se sont ensuite mis d'accord sur la plus grande réduction de production de l'histoire. Ils ont ainsi décidé de produire près de dix millions de barils de pétrole en moins chaque jour – soit 10 % de la production quotidienne mondiale brute; huit millions de barils en moins par jour de juillet à décembre, et, enfin, encore six millions de barils en moins entre janvier 2021 et avril 2022. Une nouvelle réunion de l'OPEP+ était au programme mardi dernier, avec, en priorité, la discussion de la politique commune de production. Concrètement, il s'agirait de ne pas l'augmenter dès le début 2021, comme il était prévu jusqu'ici, mais de continuer à la limiter, dans le sillage de la pandémie du coronavirus. La réunion a été repoussée à la fin de la semaine pour le moment, en raison d'une dispute entre l'Arabie-Saoudite et la Russie bien avant cela. Reste à savoir si l'OPEP+ pourra maintenir ce rendez-vous, et s'il y aura un accord. Le vif débat autour de l'or noir a, quant à lui, été sanctionné par une hausse de la volatilité du cours sur le marché.